MICHELE HARDENNE

Je suis une rêveuse et je vous invite à visiter un jardin imaginaire où les mots sont des fleurs qui poussent dans le champ de mes lubies.

 

Je rêvais de Muguet 30 avril, 2010

Classé dans : DIAPORAMA — michelehardenne @ 13:12

cliquez sur ce lien pour visionner la vidéo

nature.jpg 

Je rêvais de muguet

Je ferme les yeux, juste quelques instants,

Je suis dans une clairière, la forêt avec ses arbres majestueux à peine couverts de feuilles, m’entoure.

Je me dirige pieds nus vers le sous-bois.

Une odeur, d’humus et de fragrance sucrée, m’attire.

Mes pieds foulent un doux gazon vert tendre,

De petites grappes de clochettes blanches s’agitent sur mon passage, de petits grelots roses se font plus timides.

Leur odeur est pénétrante, enivrante, envoûtante,

La tête me tourne,

Je m’allonge sur le gazon, mes doigts frôlent les fragiles petits grelots,

Je me sens légère, apaisée, inspirée, amusée.

Je regarde cette petite fleur, peut-elle vraiment apporter du bonheur?

Mais, la cueillir, l’enlever à ses soeurs, risque peut-être de porter malheur!

J’ouvre les yeux, je te souris et le bonheur que mon esprit vient d’imager,

Je te l’offre pour ce premier mai.

(M.H.)

 

 

 

J’étais une sirène 26 avril, 2010

Classé dans : DIAPORAMA — michelehardenne @ 10:42

 

 J’ai fermé les yeux, juste quelques instants.J'étais une sirène dans DIAPORAMA wo9wgc6d-6587a2

Je vivais sous la mer avec ma famille.Lorsque la nuit tombait sur la Terre, je nageais jusqu’à la surface pour contempler le monde. Chaque nuit, à la faible lueur bleutée de la lune, je regardais le monde des Hommes.

Leur différence, leur culture, leur croyance, la lumière qui émanait de ces êtres m’attirait, je voulais tant leur ressembler.

J’étais prête à sacrifier mon immortalité pour être une femme humaine et vivre parmi eux.

Mais, on naît humain, alors de femme poisson dans mon monde imaginaire, je ne pouvais devenir qu’une femme oiseau.

Mon choix n’avait pas d’alternative, je ne pouvais plus rejoindre ma famille, et je ne pouvais me mêler au peuple de la terre.

La fille des airs, que j’étais devenue, demeurait un être invisible pour les Humains.

(M.H.)

 

 

 

 

 
 

Il y a penser et pensées ... |
mademoisellec |
carnet de notes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Je suis un "écrit-rien"
| Publications Patrice Gros-S...
| Litteratures Negro Africain...