MICHELE HARDENNE

Je suis une rêveuse et je vous invite à visiter un jardin imaginaire où les mots sont des fleurs qui poussent dans le champ de mes lubies.

 

Ils rêvent d’un sourire et de…vivre. 7 mai, 2010

Classé dans : DIAPORAMA — michelehardenne @ 19:34

cliquez sur ce lien pour visionner la vidéo

Votre coeur est une porte, laissez-la ouverte, et de certains rêves faites en une réalité. 

 

enfantdutogoetmer.jpg

Ils rêvent de sourire et de vivre. 

Juste fermer les yeux, quelques instants,

Ecouter la chanson de la pluie,

Ses petites gouttes, qui s’invitent sur la vitre, par milliers,

Et inviter dans mon monde, cet enfant.

Une petite fille, qui s’appelle Noémie.

Je ne la connais pas, dans la réalité,

C’est seulement ce matin, que j’en ai entendu parler.

Un grand garçon s’est présenté à ma porte d’entrée,

Il portait un blouson, et son nom était écrit sur un carton.

Je ne vous demande pas la charité, a-t-il précisé,

Je fais juste du porte-à- porte pour vous demander,

Si vous le souhaitez, de faire un don.

J’ai ouvert ma porte et l’ai écouté,

Il avait un petit classeur,

Avec des photos, de sa petite sœur.

Il m’a raconté la lourde maladie,

Dont était atteinte, cette jeune vie.

Son cas était rare, une maladie orpheline,

Et, pour laquelle était impuissante la médecine.

Maladie isolée, pas répertoriée,

Par assez de cas pour faire appel

À la solidarité de la mutuelle,

Il m’a tendu, un portrait qu’il avait dessiné.

Ce grand frère en avait les larmes aux yeux,

Un peu penaud, un peu honteux,

Il n’osait pas me regarder,

Et puis, il y avait cette pluie, il était tout mouillé.

Je l’ai invité à entrer, lui ai demandé où il habitait.

Juste là, au coin de votre rue.

J’y vis depuis que je suis né.

J’ai baissé les yeux, j’ai regardé le portrait, 

Et je me suis souvenue,

D’une jeune femme qui portait un bébé,

Elle faisait le tour du quartier,

Un jeune garçon l’accompagnait.

J’ai vidé mon sac, lui ai donné tout ce que j’avais,

Comme liquidité, comme monnaie,

Il m’a laissé le portrait et m’a remis un carnet,

Dans lequel, il y avait des dizaines de photos d’enfants,

Tous souriaient, alors qu’il leur restait si peu de temps. 

                                                                                  M.H.

 

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

 
 

Il y a penser et pensées ... |
mademoisellec |
carnet de notes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Je suis un "écrit-rien"
| Publications Patrice Gros-S...
| Litteratures Negro Africain...