MICHELE HARDENNE

Je suis une rêveuse et je vous invite à visiter un jardin imaginaire où les mots sont des fleurs qui poussent dans le champ de mes lubies.

 
  • Accueil
  • > Archives pour octobre 2010

Halloween 31 octobre, 2010

Classé dans : MOMENT MUSICAL — michelehardenne @ 13:19

p1080234.jpg

Ce soir, la lune sera rousse

alors…auriez-vous la frousse

http://www.youtube.com/v/cipyZnP2KvA?fs=1&hl=en_US

 

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour octobre 2010

Etincelle virtuelle 29 octobre, 2010

Classé dans : POESIES, TEXTES — michelehardenne @ 12:15

p1050668.jpg

Une étincelle virtuelle

Comment cela a-t-il pu se produire ?

Comment ais-je pu me laisser tenter?

Je ne suis pas si facile à séduire

Et pourtant, tu occupes mes pensées.

                                                              araignee.gif

C’est la faute à cette maudite araignée

Je m’en suis trop approchée

Dans mes nuits sans sommeil

Elle m’a piégée, cette jolie demoiselle

Elle brillait dans mon ciel sans étoiles

Et j’étais sous le charme de sa toile

Un ouvrage aux milles illuminations

Tissé de peine, de joie et de passions

                                                                                 araignee.gif   

Elle m’invitait à me faire connaître

Me montrait des sites merveilleux

J’y rencontrais des peintres et des poètes

Des voyageurs, des gens heureux

                                                                        araignee.gif

Tous voulaient être mon ami

Alors je me suis présentée en utilisant les ondes

J’avais tant besoin de compagnie

C’est si tentant d’accéder à ce nouveau monde.

                                                                                              araignee.gif

L’araignée généreuse, éblouissante m’accueillit 

Elle me conseillait, me guidait, m’initiait

Et faisait en sorte que restent éclairées mes nuits

J’avais tant de chose à écrire, à partager

Que je ne voulais plus rester confinée

Dans mon quotidien, où la réalité

Est devenue une grande solitude

De par le fait que tout n’y est plus qu’habitude

Formalité, inertie, morosité.

                                                                        araignee.gif  

Je me plaisais dans cet univers de relations

Où des affinités, des amitiés se créent

Je pouvais enfin laisser libre cours à mon imagination

Et écrire, lire ou écouter ce qui me passionnait

araignee.gif

Puis, un soir, je t’y ai rencontré

Toi, un être de lumière et de douceur

Tu t’es emparé de mes pensées

Que même en éteignant l’ordinateur

Je n’arrive plus à t’en chasser.

araignee.gif

Mais tu n’es pas le soleil 

Juste une onde qui m’a transpercée

Une bien jolie « étincelle virtuelle » …

Que me suis-je donc imaginée !

(M.H). 

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour octobre 2010

Le cerisier de la discorde. 24 octobre, 2010

Classé dans : POESIES, TEXTES — michelehardenne @ 20:31

p1080103.jpg 

Le cerisier de la discorde

Un oiseau venant d’un pays lointain, prit dans une averse, chercha un endroit pour se protéger.

En ce mois d’avril, les arbres d’un verger commençaient à être en fleurs.

Du ciel, l’oiseau aperçut un magnifique cerisier.

Il le survola une première fois, hésita, puis il prit la décision de s’y poser.

L’arbre était feuillu et abritait pas mal d’autres volatiles. 

Leur plumage était à chacun différent mais ils avaient le même ramage.

L’oiseau au début fut accueilli chaleureusement.

Un nouveau voisin est toujours un sujet intéressant.

D’autant plus qu’il était différent de par son plumage qui était très coloré et sans doute un peu trop voyant, mais également de par son sifflement.

L’oiseau était infatigable, il chantait de jour comme de nuit.

Les diurnes commencèrent à l’ignorer et dès la tombée de la nuit les nocturnes fuirent le cerisier pour aller sans doute chasser dans d’autres lieux.

L’été arriva et le cerisier chargé de fruits attira de nouveaux arrivants.

Mais les oiseaux, ceux qui les premiers avaient occupé ce cerisier, commencèrent à piailler car les branches les mieux fournies se trouvaient à présent occupées par ce nouvel arrivage.

La discorde s’installa dans le cerisier.

Les nouveaux avaient un chant mélodieux, ils se comprenaient entre eux, ce qui ne plaisait pas aux anciens.

Puis l’été passa à son tour et l’automne fit son entrée.

L’arbre commença à perdre ses feuilles, offrant moins d’ombrage et devenant la proie des premiers vents d’hiver.

Les anciens qui se faisaient rares, se cachaient dans des haies et attendaient que les oiseaux les plus colorés migrent afin de récupérer leur cerisier.

Mais les saisons mettent souvent du temps à s’affirmer.

Il aura fallu d’un orage pour que l’arbre de discorde soit foudroyé, alors ni les anciens oiseaux, ni les nouveaux, ne trouvèrent  d’aussi bel arbre que pour s’y arrêter, ne serait-ce que quelques instants.

 (M.H) 

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour octobre 2010

La libellule et la grenouille. 18 octobre, 2010

Classé dans : FABLE,POESIES, TEXTES — michelehardenne @ 13:30

 La libellule et la grenouille. dans FABLE Libellule

La libellule et la grenouille

Une petite libellule venant d’une région lointaine cherchait un endroit pour faire une halte, juste le temps de se reposer avant de poursuivre son long voyage.

Elle aperçut une petite mare bordée de lierre et de quelques lichens, un saule pleureur y laissait paresseusement tremper ses feuilles vert tendre et quelques joncs dépassaient de l’eau.

Un nénuphar avec de larges feuilles et un bouton de lotus à peine éclos l’invitait à s’y poser.

Lorsqu’elle s’en approcha, une  grenouille y séjournait déjà.

La  libellule salua gaiement sa nouvelle voisine dans son langage d’insecte.

La grenouille émit un  doux croassement.

Pensant qu’elle lui répondait courtoisement , l’odonate se posa sur le nénuphar et c’est là…

que se termina son voyage.

(M.H.)

Quelle leçon pourrais-je tirer de cette petite histoire?dyn002_original_360_250_gif_2570393_b7eb505c576221c8bc39de6378046ab7 dans POESIES, TEXTES

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour octobre 2010

L’oiseau de toutes les couleurs 15 octobre, 2010

Classé dans : POESIES, TEXTES — michelehardenne @ 23:13

femmeetoiseau.jpg 

L’oiseau de toutes les couleurs.

Les yeux fermés

Je me laisse aller dans le canapé

Je prends une grande inspiration

Et m’allonge de tout mon long

Je serre un coussin épais entre mes bras

Je suis enfin prête à partir… là-bas

Je me love, les genoux contre mon cœur

Je me sens légère comme en apesanteur

Et commence alors pour moi la grande évasion

Vers ce monde de pure création

Les portes de mon esprit

S’ouvrent sur un monde enchanteur

Et j’y retrouve mon ami

Un oiseau de toutes les couleurs

Son chant est mélodieux et charmeur

Il me fait rire et allège mon cœur

J’en oublie mes soucis de la réalité

Et sous ses ailes colorées

J’y trouve un abri et me laisse emporter

Je lui révèle ma vraie identité

Celle que de jour je dois masquer

Avec lui je retrouve ma féminité

Ma vraie nature, ma fragilité

Je lui ouvre mon cœur et libère des secrets

Que d’ordinaire je préfère confiner

L’oiseau fier est là, il m’écoute et me protège 

Mais ce volatile n’existe hélas… que dans mes rêves.

(M.H)

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour octobre 2010

Une pomme qui s’envole 12 octobre, 2010

Classé dans : FABLE,MOMENT MUSICAL,POESIES, TEXTES — michelehardenne @ 23:38

5.jpg 

Une pomme qui s’envole

Salut premières belles nuits d’automne
où dehors il n’y a que le vent qui chantonne

Devant son ordinateur  se retrouve une pomme
qui serait moins seule en somme…

Si elle  pouvait rencontrer un ver
ni l’une ni l’autre ne serait solitaire.


Alors que faire du temps qu’il lui reste avant de s’endormir
si ce n’est d’utiliser la toile pour partir…


http://www.youtube.com/v/C_owhTGFJPc?fs=1

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour octobre 2010

Habitudes 11 octobre, 2010

Classé dans : DIAPORAMA,POESIES, TEXTES — michelehardenne @ 18:22

cliquez sur ce lien pour visionner la vidéo

pleurs.gif 

Habitudes.

mon compagnon, mon ami

je te vois au lever du soleil et puis tu disparais

tu brilles par ton absence sur ma journée

et ce n’est que lorsque la lumière s’affaiblit

que tu réapparais

à la fois heureux et fatigué

tu me dis « bonjour mon amour » et me souris

tu m’embrasses et regardes ce que je fais

me parles de toi, de tes collègues, de ton métier

et je suis là, j’écoute ce que tu me dis

tête baissée, je n’arrive plus à te regarder

mes yeux ne sont plus éblouis par ta clarté

ils se sont aguerris de  toi probablement

d’un astre de lumière tu es devenu l’opposé

tu es sombre et presque transparent

l’habitude de vivre ensemble s’est installée

plus de surprise, plus d’étonnement

le soleil s’en est allé, la lune l’a remplacé

nous sommes des amants vieillissants

nous n’avons pas vu les années filées

pris dans la spirale du temps

impossible de nous retrouver, de nous isoler

et de refaire le point sur nos sentiments

qui semblent de plus en plus s’éloigner

nous n’y arriverons plus toi et moi

tu ne ressens plus ma peine ni mes pleurs

et même si je sais qu’au fond de toi

il y a encore une flamme qui te brûle le cœur

le mien est devenu si froid

que mes espoirs et mes rêves sont ailleurs

on ne peut revenir sur le passé

corriger nos faiblesses, nos manquements

C’est décidé je te quitte, je m’en vais

j’ai gardé en moi mes larmes trop longtemps

et je n’ai plus envie de rêver

que quelque part quelqu’un m’attend.

(M.H) 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour octobre 2010

La tristesse 10 octobre, 2010

Classé dans : POESIES, TEXTES — michelehardenne @ 16:33

soleildessin.gif 

La tristesse,

C’est comme un nuage qui voile le soleil, mais çela n’empêche pas la lumière de passer.

Certes, elle est moins forte, mais elle est là.

Il suffit juste qu’il y ait un peu de vent pour que le nuage se déplace et qu’il laisse l’astre de lumière rayonner dans son entièreté.

Ensemble, faisons ce courant d’air, il finira bien par s’en aller!

(M.H)

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour octobre 2010

le voyage en train 2 octobre, 2010

Classé dans : DIAPORAMA — michelehardenne @ 18:46

cliquez sur ce lien pour visionner la vidéo

tgvgaredunord15g600.jpg 

Le voyage en train. 

Prendre du temps, juste quelques secondes

Et partir dans cet autre monde

Les yeux fermés, je m’imagine dans cette gare

Je suis là sur le quai et me réjouis de ce départ 

Je pars en voyage

D’une main je porte un petit bagage

De l’autre je serre le billet

Mon rêve peut commencer

D’un tunnel sort un serpent de métal

Il est rapide et glisse sur les rails

Ses yeux jaunes sont éblouissants

Son sifflement est perçant

Le lieu en cette nuit est déserté

Le train ralentit et arrive à quai

Dans un grand claquement

Une porte s’ouvre automatiquement

M’invitant à monter dans un wagon

À peine éclairé par de petits néons

Je me déplace entre les rangées

De banquettes recouvertes de velours gris foncé

Un homme me dévisage et me sourit

Il m’invite à m’asseoir en face de lui

Tous les autres sièges sont occupés

J’hésite, mais l’homme s’est déjà levé

Il me prend mon bagage et le met dans un filet

Placé au dessus de la fenêtre et prévu à cet effet

Un coup de sifflet retentit  dans la nuit

Je m’installe sur la banquette et le remercie

L’homme reprend sa place, le train démarre

Les quais disparaissent, de même que la gare

J’appuie mon front contre la vitre

Je ne vois pas au travers, tout va si vite

L’homme  se laisse aller contre le dossier

Ses jambes sont tendues et ses bras croisés

Le carreau est devenu un miroir

Où se rencontrent nos regards

L’homme a une envie de rire

Intimidée je me mets à rougir

C’est lui en premier qui engage la conversation

Et nous en venons à parler de nos destinations

Tous deux nous nous rendons au même endroit

Il va y retrouver son amie, moi j’y vais… pour te rencontrer toi.

(M.H) 

 

 
 

Il y a penser et pensées ... |
mademoisellec |
carnet de notes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Je suis un "écrit-rien"
| Publications Patrice Gros-S...
| Litteratures Negro Africain...