MICHELE HARDENNE

Je suis une rêveuse et je vous invite à visiter un jardin imaginaire où les mots sont des fleurs qui poussent dans le champ de mes lubies.

 

Les lignes du destin (fin) 10 janvier, 2011

Classé dans : LES LIGNES DU DESTIN,RECITS - EXTRAITS — michelehardenne @ 10:00

lignesdemains.jpg

Notre destin est entre nos mains, pour moi cela ne fait aucune doute.

Que Madga ait pu y lire des traces de ma vie passée et présente dans les lignes de ma main gauche et surtout qu’elle ait pu m’envisager un avenir reste pour moi un mystère, une énigme.

Je n’ai pas un métier manuel, mes mains ne portent pas des stigmates qui auraient  pu être causées par un travail laborieux, mes ongles sont courts et le bout de mes doigts est plus dur sans doute dû au fait que je tape souvent sur un clavier d’ordinateur.

Magda prenait peu de risque de se tromper en me disant que je travaillais dans un bureau, mais lorsqu’elle a ajouté « ce n’est pas ton travail, la façon dont tu gagnes ta vie qui te plais, ce sont les gens que tu rencontres dans ton monde et dans l’autre,… oui cet autre monde qui t’appelle… mais tu n’as rien à craindre… ».

Elle continuait à passer son index le long des sillons gravés au centre de ma main tout en me regardant puis se replongea dans sa lecture des lignes de ma paume.

Elle me détaillait des signes d’alerte qu’elle lisait dans « la ligne de coeur ».

- Il y a un homme qui t’occupe l’esprit , il est gentil, il ne vit pas chez toi, il est d’ailleurs, il a belle allure mais ce ne sera pas celui de ton coeur, il ne veut pas, il ne peut pas te rejoindre, il te cherche pour lui mais pas pour t’aimer , pour t’aimer vraiment et longtemps…

Elle me regarda, attendant sans doute une réaction de ma part, ses yeux gris  s’étaient plissés en une mimique maternelle qui me décrocha un sourire.

- Tu vas avoir en début d’année des nouvelles qui vont te faire réfléchir à ton avenir et cet homme, celui qui t’attend depuis très longtemps, va te guider et t’aider à réaliser la femme qui est derrière ce joli minois….

Elle avait prononcer ces mots en posant son index sur mon manteau à l’endroit où se cachait mon coeur puis le posa sur mon front entre mes yeux et finit en le glissant le long de l’arête de mon nez.

Je l’invitais, me prenant au jeu de sa divination, à poursuivre sa lecture tout en agitant la main.

Magda éclata de rire, puis elle s’attarda sur « la ligne de vie ».

- L’année qui va arriver va mettre en lumière tes talents… tu peins ou tu dessines… tu écris… il aime ce que tu fais, cet homme a fait ta rencontre en découvrant tes capacités, il apprend à te connaître mais tu ignores encore tout de lui. Quand tu seras prête, il te rejoindra dans ton monde et se présentera à toi. Il faut croire aux rêves, il te montre le chemin de ton avenir… Tu as encore quelqu’un dans ta vie, il ne comprendra pas, ne te le pardonnera pas… tu sauras ce qu’il faut faire quand ce moment viendra…

Elle venait de suivre des lignes secondaires et dessinait une étoile.

Magda poursuivit sa consultation au milieu d’une foule en mouvement qui se densifiait, nous restions toujours invisibles.

Je l’avais écoutée, elle m’avait embrassée puis sans me retourner, j’ai repris ma promenade.

Début janvier, je recevais des nouvelles concernant une proposition professionnelle.

Pour le reste, je continue à marcher sereinement sur le chemin ma destinée.

Depuis que j’ai rencontré cette étrange femme, fascinante dans sa narration  et pour laquelle elle y mettait beaucoup de conviction, je regarde très souvent attentivement ma main gauche et je me suis rendue compte ce matin que j’avais une nouvelle ligne secondaire qui partait de la « ligne du destin ».

(Fin) 

M.H.

 

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

 
 

Il y a penser et pensées ... |
mademoisellec |
carnet de notes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Je suis un "écrit-rien"
| Publications Patrice Gros-S...
| Litteratures Negro Africain...