MICHELE HARDENNE

Je suis une rêveuse et je vous invite à visiter un jardin imaginaire où les mots sont des fleurs qui poussent dans le champ de mes lubies.

 

Les lignes du destin (première partie). 10 janvier, 2011

Classé dans : LES LIGNES DU DESTIN,RECITS - EXTRAITS — michelehardenne @ 13:00

xy682b8u.jpg

Les lignes du destin.

S’il suffisait d’un signe ou d’une ligne tracée au creux de la main gauche pour connaître notre destinée.

Après avoir réalisé un dessin au fusain, je regardais mes mains noircies par la mine de charbon et soudain me revient en mémoire ces deux femmes que j’avais croisées dans une petite rue de Paris.

Elles avaient toutes les deux la cinquantaine, l’une était blonde et l’autre avait des cheveux d’ébène qui dépassaient d’un foulard en soie noir. Elles prétendaient venir de Compostelle.

Très souriantes, elles m’abordèrent.

Celle, aux longs cheveux noirs, me prit les deux mains et me regarda dans les yeux.

Il faisait très froid, je portais des gants.

Elle m’attira vers le porche d’une ancienne bâtisse.

-« Je ne suis pas intéressée » lui dis-je poliment.

- « j’ai croisé ton regard et j’ai besoin de te parler, je ne te demande rien, si tu veux me donner quelque chose, ce ne sera pas pour moi, mais pour nos enfants ».

Sa voix avait un accent prononcé du Sud et tout comme son regard, ils étaient doux.

La femme blonde me fit un sourire et me dit : « écoute Magda, elle sait des choses sur toi, pour toi ! ».

J’étais en balade, qu’avais-je à y perdre.

Mes mains toujours serrées dans celles de Magda, je la regardais, mais je ne peux me l’expliquer, je n’avais plus envie de sourire.

Ses yeux gris, presque translucides, ne quittaient pas les miens.

Ses pupilles rejoignaient les miennes.

Après quelques secondes, elle me dit : « je vois la paix revenir dans ton cœur, tu trouveras cet homme et ton fils l’acceptera… ».

Je ne lui avais encore rien dit, ni mon prénom, ni rien de ma vie ou de ma famille.

- « Tu n’es pas d’ici, tu quitteras ton pays, tu vas vivre tes rêves…donne-moi ta main ! ».

Cela se voyait-il donc que je ne vivais pas en France, que j’étais une touriste, juste une personne de passage…Pourtant dans la foule, j’étais invisible.

Je m’exécutais sans davantage me poser de questions.

La rue était animée, les gens passaient sans nous  voir. J’étais prête à retirer mon gant…

- « Donne-moi l’autre main, celle du cœur » me dit-elle en souriant.

La femme aux cheveux blonds s’était mise un peu à l’écart et d’un hochement de tête m’invitait de me mettre en confiance.

Je lui tendis la main gauche qui ne portait aucun bijou, ni montre, ni bagues.

Elle glissa sa main droite sous la mienne et de son autre main me frotta la paume, puis elle ferma les yeux.

- « Ta santé va aller de mieux en mieux, tes nuits vont redevenir belles et tes matins vont retrouver le sourire ».

Je l’écoutais, un petit rictus se dessinait sur mon visage.

Elle prit son index et toucha une de mes fossettes, puis me fit un signe sur le front.

Ensuite, elle se pencha sur ma main et de son long doigt dessina des lignes imaginaires.

De temps à autre, elle relevait la tête.

Pendant qu’elle analysait les rides au creux de ma main, je regardais les passants qui tête baissée, couraient dans tous les sens.

Les yeux de Magda rencontrèrent à nouveau les miens. Ils étaient à la fois tendres et rieurs, puis en prenant ma main entre les siennes me dit :

- « Tu ne t’es pas trompée de vie, ce que tu sais te rend forte, tu as eu une grave maladie mais maintenant le soleil est entré en toi…tu vas enfin être vue telle que tu es et … ».

Elle avait dit trop de mots qui m’interpellaient : santé- matin –nuit – maladie -soleil.

Je voulais retirer ma main, mais Magda m’expliqua en tendant ma paume qu’entre le pouce et l’index, se trouvait une ligne : la « ligne de vie ».

La mienne lui paraissait longue ; elle se terminait sous le pouce et était le signe d’une grande vitalité et d’une énergie forte qui me permettaient d’affronter les difficultés de ma vie.

Puis elle m’indiqua la ligne de tête, qui débute entre le pouce et l’index, et traverse la paume de ma main. Celle-ci lui indiquait que j’avais des aptitudes qui allaient enfin être reconnues, sans les détailler de quelque nature qu’elles soient.

Elle lisait à voix haute des écritures qu’elle seule voyait.

Elle me parla de la ligne du cœur, de celle du destin, de la chance, des lignes secondaires… Elle voyait dans ma ligne de cœur des signes d’alerte, dans celle de mon destin,une étoile et elle finit par me dire : « c’est bien, tu remercies la vie et la vie t’aime ».

Cela faisait plus d’un quart d’heure que cette femme me lisait ce qu’elle voyait être mon avenir : j’allais rencontrer mon « unité universelle », la personne qui complèterait la moitié de l’être que je suis, j’allais m’épanouir dans une activité artistique où ma créativité et mon imagination seraient libres et exprimées au grand jour et pour finir, que j’aurais un bel automne et un long hiver.

J’avais l’impression de me retrouver dans un roman de Victor Hugo, ma main lue par une « diseuse de bonne aventure », dans une ruelle de Paris, et les dires de cette femme qui étaient à la fois hallucinants et qui me touchaient personnellement , si intimement, si fort.

Je fouillais les poches de mon manteau et en sortis un billet de dix euros que je lui tendis.

La femme prit mes doigts et les referma sur le billet.

- « Il n’a pas de valeur pour toi, alors pour moi non plus » me dit-elle en refusant le billet. 

Devais-je voir cela comme un signe ?

L’avenir me le dira !

M.H. 

 

3 Commentaires

  1.  
    canelle49
    canelle49 écrit:

    Bonjour Michèle,

    Je suis aussi dans la croyance du destin, je reste persuadée que les rencontres de notre vie ne sont pas le fruit du hasard et je veux ici te souhaiter que ces belles choses qu’elle t’a annoncées ne soit que du bonheur, tu viens de me faire une révélation qui va mettre en moi peut-être la réponse que j’attendais, il a cette lettre H comme moi et dire que j’avais encore des hésitations…………..voilà une preuve de plus que ma rencontre virtuel avec toi avait un sens !

    Bisous, Helene
    ***
    Bises Hélène,
    Mon nom commence aussi par un H.
    J’ai un tatouage dans le dos qui a une histoire incroyable, un jour je la raconterai sur ce site. Elle m’a rapprochée d’une personne, une femme de mon âge que je côtoyais régulièrement de par mes activités professionnelles et un jour, il s’est produit quelque chose d’inexpliqué, nous avons partagé au même moment la même vision.
    Elle faisait des recherches en rapport avec un voyage qu’elle comptait faire en Angleterre et avait pris ses renseignements sur différents sites internet et moi de mon côté, j’étais en pleine écriture de mon récit «  »les filles de Minahytu  » et tout en relisant, pour la correction, les quelques pages que je venais d’écrire, je me suis mise à faire un dessin sur un papier.
    Le lendemain, nous avions rendez-vous, elle avait commencé à lire mon écrit. Nous étions en train d’en parler lorsque je sortis le griffonage.
    Depuis, notre relation n’a jamais plus été la même.
    Elle s’est mise à consulter des voyantes, à faire des tarots, elle est devenue accroc à tout ce qui touche le paranormal. Elle pense que nous sommes au niveau astral « connectée ».
    Je n’ai pas d’avis sur la question, mais son amitié me fait du bien.
    *****

    Dernière publication sur air du temps : Un cri d'amour !

  2.  
    kathy85
    kathy85 écrit:

    bonjour je suis passionnée par ton histoire j’aime les gens qui me diraient la bonne aventure peut être cela m’arrivera un jour comme toi. Et pour moi cette dame est bien car elle n’a pas voulu de ton billet car il y en a qui veulent dire la bonne aventure et qui raconte n’importe quoi. Ces personnes seulement pour un petit billet. Bonne semaine et au fil des jours on saura peut être la suite…. C’est sur que tu es déjà une artiste alors pour écrire d’aussi jolies textes. Bonne semaine amitiés
    ***
    bonjour Kathy,
    je ne suis pas quelqu’un qui a des croyances et suis d’une nature à ne pas me poser trop de questions.
    Mais la rencontre avec cette femme m’a perturbée, positivement perturbée.
    Une fois rentrée à l’hôtel, je n’étais pas rassurée de me promener à Paris seule après 20 h, alors je tenais un petit journal sur mon pc de mes visites et de mes rencontres.
    Les prédictions de Magda, je les y ai relatées, en faisant appel à ma mémoire de façon à ne rien oublier. C’est la première fois que l’on me lit dans la main, en général, mes yeux suffisent à eux mêmes.
    De ses dires, deux événements se sont déjà produits et ce n’est pas une interprétation de ma part. Je ne m’en suis rendue compte qu’en relisant les lignes du journal que j’ai tenu.
    J’ai écris ce petit article sans vouloir entrer dans les détails, juste pour raconter qu’il peut y avoir des rencontres surprenantes et des gens passionnants et surtout que les préjugés sont ridicules.
    Je poursuivrais ma narration , il me faut juste trouver comment vous la raconter sans vous dévoiler toute ma vie et en gardant une certaine intimité liant ces événements et leur réalité.
    Merci pour ton gentil commentaire et comme l’on dit : « …à suivre… »
    Bises.

    Dernière publication sur le quotidien de la vie et des gifs : DEJA UN AN

  3.  
    canelle49
    canelle49 écrit:

    Bonsoir Michèle, je ne connais pas la suite, mais oui c’est un signe du destin, si tu as eu ce grand bonheur qu’elle t’annonçait c’est bien que ton destin t’emmenait là où tu es en ce moment, je crois au destin qui nous est dévolu dès notre naissance, alors pourquoi pas des gens capables de le lire, ce grand livre de notre destinée !

    Tres belle histoire et bien écrite, merci

    Helene
    ***
    Bonsoir Hélène,
    cette histoire m’est arrivée le mois passé.
    Où je n’en reviens pas, ce sont certains des événements qu’elles m’avaient prédits clairement et qui sont entrain de se réaliser.
    Je ne suis pas quelqu’un de vite impressionnable et j’ai pris les dires de cette femme un peu comme des contes.
    En la quittant, elle m’a dit: nos prénoms ont la première lettre soeur et notre rencontre n’est pas le fruit du hasard…le hasard n’existe pas! Souviens-toi de Magda et elle m’embrassa.
    J’ai passé des nuits à me rappeler ces phrases et j’essaie encore de les mettre en relation avec ce que je vis.
    Merci Hélène de ta visite et à bientôt,
    bises.
    ***

    Dernière publication sur air du temps : Un cri d'amour !

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

 
 

Il y a penser et pensées ... |
mademoisellec |
carnet de notes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Je suis un "écrit-rien"
| Publications Patrice Gros-S...
| Litteratures Negro Africain...