MICHELE HARDENNE

Je suis une rêveuse et je vous invite à visiter un jardin imaginaire où les mots sont des fleurs qui poussent dans le champ de mes lubies.

 

La « motigite » 16 février, 2011

Classé dans : POESIES, TEXTES — michelehardenne @ 22:30

imagescalt5cm9.jpg 

La « motigite » 

J’ai eu un refroidissement.

Cela a commencé avec un frisson dans les yeux, mes cils se sont mis a tremblés, la lumière qui émanait à ce moment de la page électronique était sans doute trop forte.

 Ensuite, j’ai senti un vent froid me pénétrer dans la bouche. 

Ce vent a rencontré l’air chaud qui circulait dans mes pensées et leur contact s’est transformé en un cyclone qui a commencé à emporter mes sentiments en les rendant totalement déchainés ; le mal se heurtait au bien, la haine provoquait l’amour, la méchanceté narguait la bonté.

Un chaos infernal régnait dans mon esprit alertant mon cœur à venir y mettre de l’ordre.

Mais là aussi l’anarchie affrontait les battements de mon cœur, qui sont en général modérés, une rivière de doute avait pris le pouvoir et s’écoulait dans toutes mes veines.

Ce flux bouillonnant est allé envahir une zone que je croyais neutre, protégée, libre et l’a contaminée. 

Mes rêves étaient à leur tour infectés.

Le sommeil, qui en général est de bon conseil, n’avait plus autorité que pour intervenir devant cette révolte d’un esprit et d’un corps qui ne peuvent se mettre d’accord, il a préféré attendre que les éléments se calment.

Mon corps le premier prit la décision de s’installer devant la page lumineuse, mes yeux se sont alors fixés sur les mots qui devaient être la cause de ce mal être, mon esprit les a regardés et mes sentiments se sont apaisés, mon cœur réussit à contrôler ses battements et à ramener le doute à sa source et quant au sommeil, il reprit à nouveau ses droits.

J’ai eu un refroidissement provoqué par des mots viraux.

Ces mots, que j’ai lus, étaient agressifs et virulents, ils se sont attaqués à ceux que j’avais en mémoire et les ont rendus faibles et malades.

Mais à la « motigite » il n’y a qu’un seul remède : écrire.

M.H. 

 

2 Commentaires

  1.  
    Maria
    Maria écrit:

    et quand on a perdu le remède que reste-t-il ?
    très belle plume… au plaisir de te relire
    ***
    Bonsoir Maria,
    on reste atteint de « motigite » chronique!
    Merci de ta visite et à bientôt.
    *************

    Dernière publication sur poésie émoi : Reconnaissance

  2.  
    canelle49
    canelle49 écrit:

    Bonjour Michèle,

    Le sourire ne peut qu’apparaître, bravo pour ce texte et ce petit mot inventé, tu es digne de figurer dans le dico de Fanette .

    Bisous, Helene
    ***
    les mots, les inventer…ce n’est jamais qu’un retour au source du langage : pourquoi le mot « rire » pour un son qui est propre à l’homme!
    Définition d’après La Rousse : motigite : inflammation du mot, elle peut être aigüe ou chronique.
    Bises Helene et au plaisir.
    *************

    Dernière publication sur air du temps : Un cri d'amour !

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

 
 

Il y a penser et pensées ... |
mademoisellec |
carnet de notes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Je suis un "écrit-rien"
| Publications Patrice Gros-S...
| Litteratures Negro Africain...