MICHELE HARDENNE

Je suis une rêveuse et je vous invite à visiter un jardin imaginaire où les mots sont des fleurs qui poussent dans le champ de mes lubies.

 
  • Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 3 juin 2011

Vole, vole…envole-toi ! 3 juin, 2011

Classé dans : POESIES, TEXTES — michelehardenne @ 19:22

 Vole, vole...envole-toi ! dans POESIES, TEXTES oiseau12

Vole, vole …envole-toi ! 

Prends une feuille de papier

La plus blanche de ton cahier

Doucement, arrache-la

Et sur ton visage pose-la.

*

Attends encore un peu

Laisse agir le merveilleux

Maintenant ferme les yeux

Et crois en l’heureux.

*

La feuille devient un oiseau blanc

Tes pensées se fondent dans l’instant 

Et tu te sens léger, emporté par la magie

Du vent des rêves et des envies

*

Vole, vole, envole-toi mon chéri

Profite de ce moment béni

Entre l’extase et la lévitation

Qui redonne vie à tes passions.

*

Tu seras entre ciel et terre

Dans un monde de lumière

Là où tout a commencé

Où ton âme rayonnait de bonté

*

Et lorsque tu reviendras de ce voyage

Dans le cahier tu glisseras la page

Qui contiendra tes vérités

Celles que tu avais oubliées.

*

Dans le carnet de la vie, on y dépose des mots

Certains se sont écrits par défaut

Parce qu’on n’a pas pu les choisir

Mais il n’est jamais trop tard que pour vivre.

*

Les pages sont faites pour être tournées

Et certaines peuvent être déchirées

Pour alors devenir un oiseau de papier

Que l’on regarde s’envoler.

*

 

M.H. 

 

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 3 juin 2011

Communication.

Classé dans : POESIES, TEXTES — michelehardenne @ 7:09

Communication. dans POESIES, TEXTES garde_10 

Les moyens de communication.

Les portes s’ouvrent en poussant un soupir, je descends les deux marches métalliques en trainant une petite valise aux roulettes capricieuses.

Sur le quai, des voyageurs s’agitent en tous sens, leur portable collé à l’oreille, leur regard fixé sur leurs chaussures.

Les aiguilles sur la grande horloge du hall trottinent sans se laisser distraire par le brouhaha de pas rythmés d’une foule excitée, des bagages qui se trainent ou qui sont secoués, s’accompagnent d’un juron grommelé par leur propriétaire.

Je regarde des gens qui utilisent des moyens de communication et qui pourtant  ont l’air bien seul !

Mais dans mon rêve, toi tu es là, sur ce quai de gare, immobile, les bras ouverts et tu souris à l’horloge .

M.H. 

 

 
 

Il y a penser et pensées ... |
mademoisellec |
carnet de notes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Je suis un "écrit-rien"
| Publications Patrice Gros-S...
| Litteratures Negro Africain...