MICHELE HARDENNE

Je suis une rêveuse et je vous invite à visiter un jardin imaginaire où les mots sont des fleurs qui poussent dans le champ de mes lubies.

 
  • Accueil
  • > Archives pour le Samedi 6 août 2011

Samedi 6 août 2011. 6 août, 2011

Classé dans : CORRESPONDANCE SENTIMENTALE,POESIES, TEXTES — michelehardenne @ 15:21

Samedi , le 06 août 2011.

Bonjour Poète et source de mes rêveries…sentimentales.

Ce matin, il est 15 h 25, et c’est le coeur qui bat au ralenti, au rythme d’une sérénité, que je te lis.

Déphasée dans ma vie, mes jours et mes nuits, je souris…je te souris !

Je prends cette tasse de thé, que tu as déposée sur le bord de ta fenêtre.

Il est au parfum de ta gentillesse et s’il n’est plus si chaud, j’en apprécie tout autant sa tiédeur.

Je le bois doucement et me délecte à chaque gorgée, mes yeux posés sur cette fenêtre.

Sur la vitre éclairée, j’aperçois mon reflet et je vais te l’abandonner pour toute la journée.

Ce soir, je passerais le récupérer et je compte sur toi pour me préparer un de tes savoureux thés.

A bientôt, Poète, tes mots vont m’accompagner !

Je te laisse la tasse et dans le fond tu y trouveras un baiser.

Michèle. 

(jeu d’écriture: réponse au courrier de http://paulstendhal.unblog.fr/ du 06 août 2011)

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour le Samedi 6 août 2011

Un bouquet d’étoiles.

Classé dans : DIAPORAMA,POESIES, TEXTES — michelehardenne @ 13:18

 Un bouquet d'étoiles. dans DIAPORAMA nuage_10

Un bouquet d’étoiles

Pas de réveil qui se met à sonner , pas de radio qui se met à siffler, pas d’odeur de café,…même le soleil s’est fait discret ce matin.

Le calme règne sur cette journée, le bruit, les odeurs, la lumière, le temps, tous se sont posés sur fil de l’horizon et ils sont là, figés, à attendre…

Cette nuit, j’ai pris le train des rêves, celui qui me ramène chez moi, dans mon monde imaginaire.

Sur le quai de la gare,  tes mots s’accrochaient les uns aux autres, puis la porte de tes sentiments s’est ouverte et je suis montée dans un de ces wagons aux banquettes roses et bleues, où tu m’attendais.

Sur les rails de la Voie Lactée, nous sous sommes laissés emporter par ce train qui faisait le trajet de la Terre à Neptune, faisant un arrêt sur la Lune.

Pendant cette pause, les mots se sont détachés et nous nous sommes assis sur un banc, au bord de la Lune. 

Tu as attrapé quelques étoiles, que tu as relié avec le fil du temps, et tu me les as offertes en un bouquet scintillant.

En un battement de coeur, je suis revenue dans ma réalité et les étoiles je les ai gardées, elles sont là dans mes yeux et ce soir, je te les déposerais au creux de ta main, pour que tu puisses les lancer par la fenêtre ouverte sur ma tendresse et qu’elles rejoignent le ciel du merveilleux, afin de pourvoir encore pour longtemps y briller.

M.H.

 

 
 

Il y a penser et pensées ... |
mademoisellec |
carnet de notes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Je suis un "écrit-rien"
| Publications Patrice Gros-S...
| Litteratures Negro Africain...