MICHELE HARDENNE

Je suis une rêveuse et je vous invite à visiter un jardin imaginaire où les mots sont des fleurs qui poussent dans le champ de mes lubies.

 
  • Accueil
  • > Archives pour le Lundi 7 novembre 2011

Le sapin et le saule. 7 novembre, 2011

Classé dans : FABLE — michelehardenne @ 11:40

Le sapin et le saule. dans FABLE saule_10 

Le sapin et le saule

Dans mon jardin se côtoyaient un saule et un sapin.

Du printemps à l’automne, le saule était si imposant et prenait tant de place, que le sapin s’effaçait du paysage et se faisait oublier.

Les oiseaux préféraient de loin, le saule, qui leur offrait une protection derrière les longues feuilles vert tendre, ils y trouvaient un abri et pouvaient y  installer leur nid sur les plus hautes branches.

Le sapin avait été planté avant le saule, et était l’aîné des arbres du jardin.

Il avait été acheté, il y a bien des hivers, et fut, une nuit seulement, le roi d’une fête.

Ensuite, la motte fut enterrée et oubliée.

Le sapin avait mis longtemps à grandir, et puis les saisons passèrent et d’autres arbres vinrent remplir l’espace vert.

Et, c’est en ce matin de novembre, que je le redécouvrais !

Un ciel bas, une pluie battante et un vent froid du nord, donnaient  au  saule des allures de spectre.

Ses branches ressemblaient à de longs doigts filamenteux s’agitant  en tous sens, et les dernières feuilles aux reflets ocre étaient les lambeaux d’une robe qui avait été de bal, durant les belles saisons, et  maintenant, cet arbre faisait peur aux oiseaux.

Tandis que le sapin, qui était au fond du jardin, avait repris de sa superbe, iI se présentait fier et droit dans une tenue vert bleuté, son feuillage était touffu, le vent le caressait et les oiseaux  le courtisaient.

De l’automne au printemps, le saule se faisait discret, et de tous les arbres du jardin, le tour était enfin venu au sapin d’ouvrir la cérémonie des festivités de cette fin d’année.

Pour toutes les saisons, un bal y est donné.

Dans mon jardin, il n’est pas le plus grand, ni le plus parfumé, ni porteur des plus beaux fruits, mais il est là, fidèle et discret, sans grand apparat, et pour moi, il a tout d’un roi.

M.H. 

 

 
 

Il y a penser et pensées ... |
mademoisellec |
carnet de notes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Je suis un "écrit-rien"
| Publications Patrice Gros-S...
| Litteratures Negro Africain...