MICHELE HARDENNE

Je suis une rêveuse et je vous invite à visiter un jardin imaginaire où les mots sont des fleurs qui poussent dans le champ de mes lubies.

 
  • Accueil
  • > Archives pour le Samedi 10 décembre 2011

La mésange de mon jardin 10 décembre, 2011

Classé dans : MES ANIMAUX DE COMPAGNIE — michelehardenne @ 0:50

La mésange de mon jardin dans MES ANIMAUX DE COMPAGNIE charbo10

La mésange de mon jardin

 

Ce joli passereau avait disparu de mon jardin et quelle ne fût pas ma surprise de l’entendre chanter à nouveau ce matin.

Pourtant le ciel est gris, les arbres sont dénudés et avec la nuit, arrivent les premières gelées.

La nature semble s’endormir, et le chant métallique de ce magnifique oiseau, la berce en ce mois de décembre.

Au printemps dernier, je l’avais repéré dans le creux du tronc d’un arbre.

 Il allait et venait, volait d’arbres en corniches, voletait de sapins en haies, se baignait dans la mare, et il n’était pas rare de le voir la tête en bas, accroché à une fine branche du saule.

Je l’avais pris en photo, alors qu’il s’était posé sur le bord de la balustrade de la terrasse.

Sa tête noire, son corps aux multiples couleurs allant du jaune citron au vert pâle, avec çà et là quelques plumes bleu-gris, m’avaient permis de l’identifier.

Cette mésange charbonnière faisait partie des hôtes de mon jardin, et elle s’y plaisait : les fleurs attiraient moult insectes dont elle raffolait. Les papillons et les moucherons devaient être ses préférés, et elle s’en délectait.

Elle n’avait pas bon caractère, et peu discrète, elle le faisait savoir aux autres oiseaux, qui évitaient de trop s’approcher de son nid. Celui-ci, semblait si douillet, et était occupé par une femelle toute aussi jolie qu’elle.

Et puis les chants se sont tus, et des pies sont venues occuper l’arbre.

J’ai cru que la disparition de cet oiseau aux si belles couleurs, trouvait une cause dans l’apparition de ces indésirables des jardins.

Mais « Otis », mon chat, aurait été également capable de la faire fuir, et j’avais même été jusqu’à imaginer le pire, quant au sort de la mésange.

L’entendre ce matin, donne à la grisaille, du jour qui se lève, la gaieté du printemps.

Elle s’est installée dans un trou du mur de la façade, entre deux briques fissurées, mais je suis sûre que, si je lui installais un nichoir dans le saule, avec une mangeoire remplie de graines de tournesol, elle se plairait à s’y abriter, et qui sait au printemps, pourrais-je à nouveau l’entendre chanter, elle et sa famille.

 

M.H.(Michèle Hardenne)

 

 
 

Il y a penser et pensées ... |
mademoisellec |
carnet de notes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Je suis un "écrit-rien"
| Publications Patrice Gros-S...
| Litteratures Negro Africain...