MICHELE HARDENNE

Je suis une rêveuse et je vous invite à visiter un jardin imaginaire où les mots sont des fleurs qui poussent dans le champ de mes lubies.

 

Un lutin dans le sapin. 19 décembre, 2011

Classé dans : CONTE — michelehardenne @ 8:03

 

Un lutin dans le sapin. dans CONTE lutin10

Un lutin dans le sapin.

 

Il ne restait plus que quelques nuits avant Noël.

J’aime cette période, quand les rues et les façades des maisons prennent des allures de fête.

Aucune autre période de l’année ne nécessite tant de belles décorations, d’illuminations.

Mais Noël, sans un sapin dans la grande pièce de séjour, ne serait pas une veillée exceptionnelle à laquelle toute la famille serait conviée. Les cadeaux emballés de papiers précieux aux rubans de soie ou de satin, n’apporteraient pas autant de joie, s’ils étaient simplement déposés sur un guéridon dans l’entrée.

La veillée de Noël sera toujours une soirée privilégiée, où l’on se retrouve, grands-parents, oncles et tantes, cousins et cousines, frères et sœurs, et parfois à la famille vient se joindre un voisin ou une voisine.

Je me souviens d’un vingt-quatre décembre, où la soirée allait se passer à la maison.

Cette année-là, je venais d’aller chercher le sapin chez un pépiniériste qui s’était installé sur le parking du centre commercial.

Il ne restait exposé que quelques pièces avec le pied recouvert d’un épais plastique noir.

Le vendeur me laissait libre de le choisir. J’avais beau les regarder, ils me semblaient plus chétifs les uns que les autres.

C’est alors qu’un vieil homme s’approcha de moi, il me salua en soulevant d’un doigt le bord du bonnet qui lui couvrait la tête, et une partie des yeux.

« Profitez-en ma petite dame, nous les faisons à moitié prix, ce soir, et ce sont les derniers », me dit –il d’une voix enrouée.

« Ils n’ont pas l’air en bien grande forme », lui répondis-je.

« Qu’à cela ne tienne, il n’en sera que plus beau, une fois que vous l’aurez décoré. Et puis, vous savez, il ne faut jamais vous fier aux apparences ! ».

Je pris celui que je venais de toucher. Le vieil homme le déposa dans le coffre de ma petite voiture, où il s’’adapta parfaitement.

Installé dans le salon, je lui trouvais une mine encore plus triste que celle qu’il faisait sur le parking.

Je l’avais enfoui dans un pot, où la motte semblait se perdre. Il m’avait fallu remettre de la terre pour le stabiliser.

J’avais été au grenier chercher dans les cartons, les décorations des années passées.

Des boules de verres, des petits personnages en terre cuite peints à la main, quelques pommes de pin dorées, des colliers de perles nacrées, des rubans de soie argentés et pour finir une guirlande lumineuse, allaient parer cet arbre qui dans la nature aurait pu être majestueux.

Je l’avais placé dans un coin de la pièce et avait étendu à ses pieds une épaisse couche d’ouate pour rappeler la neige  sur laquelle les cadeaux viendraient se déposer.

Les branches alourdies par le poids de sa parure, le rapetissait davantage tout en élargissant sa base. L’étoile que j’avais placée sur son sommet, s’inclinait en cachant son brillant.

J’avais changé quelques ampoules défectueuses de la guirlande et je l’avais allumée avant de la mettre dans le sapin, mais une fois installée, elle refusa de l’éclairer.

Il se faisait tard, la veillée de Noël avait lieu le lendemain.

Assise dans le canapé, je regardais le triste sapin en pensant à la soirée qui serait une fête avec ou sans illuminations. Quand soudain, je vis les boules s’agiter, les pommes de pin se couvrir de paillettes brillantes, les perles prendre des éclats irisés, les branches se redresser et l’étoile pointer fièrement sur le sommet.

La guirlande lumineuse se mit à clignoter, faisant briller de mille feux les ornements dont était paré l’arbre et cet alors qu’il apparut.

Il était vêtu d’un costume de strass et portait des bottes dorées, sa tête était couverte d’un chapeau pointu avec au bout un petit grelot. Il se dandinait sur une branche du sapin,  et lançait de la poussière d’étoiles qui en retombant étincelait sur les accessoires.

Il me regarda, secoua sa tête et dans un tintement de clochette, il disparut.

Depuis, lorsqu’arrive les préparatifs de la fête de Noël, je sais que ce n’est pas le sapin qui a le plus d’importance, mais le petit lutin qui s’y accroche, pour faire de la veillée une nuit de féérie.

 

M.H.(Michèle Hardenne)

 

3 Commentaires

  1.  
    ALAIN
    ALAIN écrit:

    Très beau conte de Noël, je vais regarder si le petit lutin est bien accroché !!!
    ARSENE GRISALI

    ****
    Bonjour Alain-Arsène,

    n’y va pas trop fort en secouant le sapin, sinon gare aux boules !

    Bises et à bientôt.

    ****

  2.  
    canelle49
    canelle49 écrit:

    Bonjour Michèle,

    joli conte de Noël, je vais rester éveillée cette avant vielle de Noël pour le voir ce petit lutin redonner vie au sapin de mon enfance.

    Gros bisous, Helene

    ****
    Bonjour Helene,

    Le lutin est un malin, il ne se montre que devant les coeurs d’enfants et je suis sûre que tu le verras et que tu entendras son petit grelot tinter !

    Gros bisous

    ****

    Dernière publication sur air du temps : Un cri d'amour !

  3.  
    FANETTE
    FANETTE écrit:

    Re bonjour ma Michèle
    whou quelle histoire, quel beau conte pour la Noël
    Attention à ce que le lutin ne devienne pas un petit malin prêt à te faire n’importe quelle blague hihihi
    bonne journée moi sans blog
    bisous

    ***
    Rire
    J’ai failli l’écrire en imaginant un magnifique sapin , superbement décoré, et un lutin fâché de voir que l’esprit de Noël n’habitait plus les maisons et les familles. Ce petit personnage, perché sur l’étoile aurait attrapé les boules et les auraient lancées à la tête de ceux qui ne peuvent en ce jour faire la paix !
    Mais, pour moi Noël, reste magique , autour de l’arbre tous les souhaits restent permis !

    Bisous

    ****

    Dernière publication sur FANETTE : lll

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

 
 

Il y a penser et pensées ... |
mademoisellec |
carnet de notes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Je suis un "écrit-rien"
| Publications Patrice Gros-S...
| Litteratures Negro Africain...