MICHELE HARDENNE

Je suis une rêveuse et je vous invite à visiter un jardin imaginaire où les mots sont des fleurs qui poussent dans le champ de mes lubies.

 

Mon voisin le poney 27 janvier, 2012

Classé dans : POESIES, TEXTES — michelehardenne @ 8:24

Mon voisin le poney dans POESIES, TEXTES p1180311

Mon voisin le poney.

A la campagne, en cette période hivernale, les herbes sont épaisses et courtes, et se recouvrent de givre le matin. Le bétail a déserté les champs et les fermes se reposent.

Le village est figé dans le temps.

Là, se trouve une petite maison, que j’affectionne. Elle m’accueille quand les jours ont le poids des heures, le lest des minutes, et que mon esprit ne se nourrit plus que de gris, et surtout elle sourit à toutes mes envies.

Les yeux de la maison sont clos, elle sommeille en mon absence.

J’en franchissais le seuil de la porte et j’y déposais mon léger bagage. A peine, avais-je ouvert les volets, que je l’entendis me souhaiter la bienvenue en faisant craquer les planches du parquet usé, sous mes pieds bottés.

Je lui avais dit « au revoir », au début de novembre.

La manne en osier, au pied de la cheminée était vide. Avant d’ôter mon manteau, mon bonnet et mes gants de laine, il me fallait aller chercher quelques rondins, stockés au fond du grand jardin.

Le bois provenait d’un cerisier, coupé il y a deux ans, il était rangé dans une vieille cabane et avait eu le temps de sécher.

En longeant la clôture séparant le jardin d’une prairie, où les vaches broutaient au printemps, et en évitant les monticules de taupes, je parvins au fond du terrain.

N’arrivant pas à porter mon lourd panier, je devais le tirer, en faisant une halte tous les dix mètres, pour me redresser et m’étirer, et c’est alors que je le vis.

J’ignorais depuis combien de temps il était près de la clôture. Il me narguait, avec l’air de me dire « allons, Miss, ce travail n’est pas pour toi, tu n’es pas bâtie pour tirer de pareille charge, moi, si ! ».

J’abandonnais le bois, qui se déversa sur le gazon humide et me rapprochais de lui.

Je passais ma main au travers du large grillage en prenant soin de ne pas toucher aux fils de barbelés rouillés. Il se pencha et me laissa  lui caresser sa crinière épaisse.

Je n’avais jamais vu un tel animal de si près, il avait une longue queue noire et un pelage fourni dans les tons marron, un corps large et musculeux, il avait tout d’un beau cheval…

Tout, non, il avait une particularité qui m’avait attirée, c’était que ses jambes, étaient bien plus petites et paraissaient plus solides.

Il me souriait en me montrant ses dents jaunies, et tout en battant des cils, il poussait sa grosse tête contre la clôture.

Une fine pluie commença de tomber.

Il se secoua la tête, fit un tour complet sur lui-même, puis se mit à courir dans la prairie.

Rapidement, je ramassais le bois, et le rentrais dans ma cuisine.

De la fenêtre, j’apercevais mon nouveau voisin, il était là sous la pluie qui se faisait battante.

Mais, j’avais été impolie avec lui, je l’avais caressé et j’avais oublié de me présenter.

Le lendemain, ce fut chose réparée, je l’invitais à déjeuner.

 

M.H. (Michèle Hardenne)

 

4 Commentaires

  1.  
    canelle49
    canelle49 écrit:

    Bonjour Michèle,
    ces petits shetland savent donner tellement de tendresse, il va attendre tes visites avec impatience, chaque jour. Ton nouvel ami ne te donnera que du bonheur!

    Gros bisous, Helene
    ***

    Bonjour Helene,

    Il ou elle, est adorable et si douce à caresser.

    Gros bisous

    ****

    Dernière publication sur air du temps : Un cri d'amour !

  2.  
    ALAIN
    ALAIN écrit:

    Tu as de la chance d’avoir un tel voisin !!!
    ARSENE GRISALI
    ***
    Bonjour Alain-Arsène,

    Il a de si beaux yeux ! Toute la gentillesse du monde dans son regard.
    Je suis allée acheter 25 kilos d’avoine, j’espère qu’il appréciera lors de notre prochain déjeuner.

    Bises et à bientôt.

    ****

  3.  
    FANETTE
    FANETTE écrit:

    Coucou
    Joli poney plein de tendresse et un peu curieux
    Mais au moins c’est un voisin bien sympa qui ne fera de mal à personne
    bonne journée à toi
    bisous
    ****
    Hello ma copine,

    En fait, je me demande si mon voisin ne serait pas …une voisine.
    La prochaine fois, que je le verrais, je m’accroupirais !
    En tout cas c’est un adorable petit poney, je l’ai surnomé Pauly ….souvenir de jeunesse !
    http://youtu.be/wy1g7o9m_fI

    Bisoussssssssss

    ******

    Dernière publication sur FANETTE : lll

  4.  
    galion
    galion écrit:

    Et toi le « yenop » tu me regardes du coin de l’oeil, tu as été surpris par le flash de l’appareil ou quoi ? Tu es mignon à croquer cela dit et je ne te parlerai plus en verlan, promis ; et, entre nous, tu es formidable et moi aussi j’t'aime bien, tu es déjà un voisin souriant (malgré la qualité douteuse de ta brosse à dents), ce qui prouve que tu as quelque chose dans la tête, à la différence de nombreux voisins humains. Tu ne sais pas lire, foutaise, tu survivras ! Cela t’aurait permis, nonobstant, de réaliser à quel point ta nouvelle voisine a oublié d’être sotte, elle a une plume exquise et t’a rendu un bel hommage, que tu mérites sans conteste, à mon humble avis.
    Sourire d’un voisin
    Manu

    ****
    Jourbon Manu,

    En effet, ce voisin est des plus sympathiques.
    Il aime mes crêpes, ce qui en soit démontre son amabilité.
    J’ai peur des chevaux, en général, mais mon voisin a une hauteur qui me plait bien.

    Merci de ta visite et à bientôt.

    *****

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

 
 

Il y a penser et pensées ... |
mademoisellec |
carnet de notes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Je suis un "écrit-rien"
| Publications Patrice Gros-S...
| Litteratures Negro Africain...