MICHELE HARDENNE

Je suis une rêveuse et je vous invite à visiter un jardin imaginaire où les mots sont des fleurs qui poussent dans le champ de mes lubies.

 

Un virus invisible 12 mars, 2012

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 2:13

Un virus invisible dans MOMENT DE VIE burn_o10

 

Un virus invisible.

Jean avait pris une douche, enfilé son pyjama, puis s’était glissé sous la couette de son grand lit froid.

Il se recroquevillait, et seule une poignéede cheveux gris,  dépassait des draps.

Il laissait toujours la fenêtre de la chambre ouverte, pour  Mystic, sa chatte qui venait au milieu de la nuit, se blottir contre lui.

C’est elle qui le réveillait, chaque matin, dès sept heures, en jouant avec les mèches cendrées, et en y enfouissant ses griffes.

Jean se mettait à la caresser et les ronronnements mettaient fin aux ronflements.

Il faisait glisser l’édredon en bousculant affectueusement Mystic, il se levait en s’étirant et se rendait à la salle de bains.

Ensuite, il prenait son petit déjeuner en compagnie de son amie à quatre pattes, faisait la vaisselle et allumait l’écran de l’ordinateur, qu’il avait posé sur la table de la salle à manger.

Installé sur une simple chaise, il commençait par ouvrir sa boîte aux lettres virtuelles, qui contenait uniquement des publicités, allait ensuite lire les nouvelles économiques et politiques, puis s’attardait sur des textes en prose et poésie, écrits par des auteurs anomymes, et finissait par faire des recherches sur les sites de demandeurs d’emploi.

Jean, depuis un mois, n’avait pas repris son travail.

Un lundi de décembre, il s’était levé et s’était rendu au bureau.

Sa journée avait commencé comme les autres. Il avait accroché son manteau à la patère fixée sur la porte, avait glissé dans un tiroir son déjeuner, et s’était installé devant une pile de dossiers, qu’il devait complèter pour la fin de la semaine.

A la mi-journée, il n’avait encore ouvert aucun des petits classeurs. Il s’était avachi sur son bureau de métal, la tête enfouie dans ses bras croisés, et dormait.

C’est un de ses collègues qui l’avait remarqué en venant prendre de ses nouvelles.

Jean s’était réveillé , il avait le visage rougi et son front était perlé de sueur.

Une épidemie de rhume sévissait dans l’établissement, il fut autorisé à rentrer chez lui.

Une semaine passa, Jean n’avait pas, ou que très peu quitté son lit. Il se levait pour Mystic, prenait un petit déjeuner, puis retournait se coucher.

Les volets restaient clos, seule une étroite ouverture permettait à la chatte de sortir.

Le week-end se termina, et le lendemain, Jean,  téléphona au médecin. Il se sentait si fatigué, qu’il ne pouvait reprendre son travail.

Le médecin l’ausculta et lui remit une prescription pour effectuer des analyses sanguines, tout en prolongeant son congé d’une semaine.

Rien, dans la visite du médecin, ne décelait de troubles pathologiques.

Les analyses effectuées, ne justifiaient pas davantage l’état d’isolement, dans lequel Jean plongeait un peu plus chaque jour.

Le généraliste le mit en contact avec un  psychologue, et prolongea de deux semaines le congé maladie.

Jean se rendit à la consultation.

Il avait maigri, ne s’était plus rasé, et lui qui avait pour ses quarante-cinq ans, une allure sportive, ce matin-là, semblait porter toute la tristesse du monde sur ses épaules.

Quand il sortit du cabinet, il prit une grande respiration, ferma les yeux et hocha la tête.

Jean était contaminé par un virus malveillant, à son insu, qui s’est transmis par de longues journées sans répit, s’implantant  au centre de ses pensées, les parasitant, et développant de l’amertume.

Il ne se sentait pas plus animé d’une joie de vivre, mais un diagnostic avait été posé, et sa maladie portait un nom : le « burn out ».

 

M.H. (Michèle Hardenne)

 

6 Commentaires

  1.  
    FANETTE
    FANETTE écrit:

    re kikou :lol:
    oup’s au fait je t’ai taguée voir le lien ici si tu veux bien entrer dans la ronde :lol:
    http://caendheure.unblog.fr/2012/03/13/jai-ete-taguee/

    ****
    Coucou,

    et voilà je suis rentrée dans la ronde ! rire.

    Gros bisous

    ****

  2.  
    FANETTE
    FANETTE écrit:

    Bonjour Michèle
    bon apparemment la nénette est dans les bras de morphée :lol: je repasserai (ça tombe bien j’en ai plein)
    bonne journée à plus tard
    bisous

    ****

    Bonjour matinale Fanette,

    J’ai trois mannes de linge qui me narguent, elles seront faites avant ce soir.

    Allez courage et belle journée.

    Bisous.

    *****

  3.  
    paulstendhal
    paulstendhal écrit:

    Bonjour Michèle,

    Ah, quand le burn-out, nous fait reporter le burnous !

    Merci pour ce texte qui nous fait prendre conscience de ce Syndrome d’épuisement professionnel, dont personne n’est à l’abri, et qui vise principalement les personnes dont l’activité professionnelle implique un engagement relationnel important comme les travailleurs sociaux, les professions médicales, les enseignants.

    Tendres bises.

    Paul Stendhal

    ********
    Bonjour Paul,

    Merci pour cette réflexion qui ouvre le débat.

    La pension à 65 ans, ne va pas solutionner ce mal du siècle !

    Tendres bises.

    ******

    Dernière publication sur Oaristys : Citation

  4.  
    ALAIN
    ALAIN écrit:

    Une maladie qui devient de plus en courante, malheureusement !!!
    ARSENE GRISALI.

    ****
    Bonjour Alain-Arsène,

    Chaque siècle a ses maux, le 21 ème siècles a le sien !

    Bises et à bientôt

    ****

  5.  
    canelle49
    canelle49 écrit:

    Bonjour Michèle,

    J’ai un ami médecin, qui a fait cette terrible maladie, depuis il se bat avec les médicaments et la maladie afin de retrouver son métier, mais au fond de lui il sait que ce sera un parcours bien difficile, car avoir la responsabilité de faire des diagnostiques et de faire une ordonnance, demande un cerveau en santé et sa confiance avec le temps tente à disparaître. Il faisait des journées de 16, 18 hrs et voilà comment un jour on craque.

    Joli texte pour expliquer ce qu’est cette maladie qui n’a pas de médicaments miraculeux.

    Gros bisous, Helene

    ****
    Bonjour Helene,

    cette maladie est sournoise, ses effets se font ressentir quand il est souvent trop tard !

    Gros bisous et belle journée.

    *****

    Dernière publication sur air du temps : Un cri d'amour !

  6.  
    FANETTE
    FANETTE écrit:

    Bonjour ma toute belle
    Et bien il en avait marre un point c’est tout comme tant de gens dans ce monde.
    Le soucis c’est que ça peut faire des dégats irrémédiables chez certains
    bonne journée
    bisous

    ****
    Bonjour Fanette,

    L’épuisement professionnel , le « burn out », un mal qui frappe au hasard le monde du travail …Et curieusement, beaucoup de personnes qui en sont atteintes travaillent dans des services administratifs : bureaux, banques, Administrations…
    Serait-ce le fait de pratiquer une activité qui demande un raccordement « yeux-doigts » à une machine pendant sa journée de travail ?
    Des chercheurs se penchent sur la question, espérons qu’ils ne s’épuiseront pas à trouver une solution !

    Bon lundi,

    Gros bisous.

    ****

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

 
 

Il y a penser et pensées ... |
mademoisellec |
carnet de notes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Je suis un "écrit-rien"
| Publications Patrice Gros-S...
| Litteratures Negro Africain...