MICHELE HARDENNE

Je suis une rêveuse et je vous invite à visiter un jardin imaginaire où les mots sont des fleurs qui poussent dans le champ de mes lubies.

 
  • Accueil
  • > Archives pour le Lundi 30 avril 2012

Le lilas et le muguet 30 avril, 2012

Classé dans : CONTE,LES 4 SAISONS — michelehardenne @ 9:48

Le lilas et le muguet dans CONTE lilas_10

Le lilas et le muguet.

Dans le jardin, les pies et les merles faisaient le guet. Les fleurs du jardin, par manque de luminosité et de chaleur en ce mois d’avril, peinaient pour éclore et étaient désertées par la foule des petits insectes qui auraient pu se réjouir de les butiner.

Les oiseaux étaient plus visibles sur le gazon et dans le potager  à la recherche de quelques vermisseaux à se mettre sous le bec que perchés dans les arbres où ils commençaient à faire leur nid.

Un merle s’était installé dans le saule. Son excellente vue lui permettait de surveiller le lilas qui portait de jolies fleurs blanches  en bouquet. L’oiseau aurait apprécié que le parfum qui émanait de cet arbre attire davantage d’abeilles ou de papillons. Mais, excepté quelques taches brunes jurant sur le vert des jeunes feuilles, le lilas ne semblait animé que par le vent.

Le merle, s’en approchant, remarqua que les pustules le couvrant remuaient. Il les toucha du bec et en fit tomber quelques unes sur le sol.

Ce qui aurait pu être une graine ou un fruit se mit alors à bouger. L’oiseau intrigué en prit un dans le bec et le recracha tout aussi rapidement.

La carapace cireuse de couleur brune ne semblait pas faire partie de ses mets préférés.

Au pied du lilas, du muguet exposait fièrement ses petites clochettes aux timides rayons du soleil. L’oiseau cherchant désespérément une nourriture adaptée à sa progéniture se mit à gratter la terre humifère dans laquelle se plaisait le muguet. Son regard fut attiré par ce qui paraissait être de petites baies rouges. Il voulu en prendre une becquée, mais elles se mirent également à bouger. Leurs carapaces rouges ne cédant pas à ses coups de bec, le merle les recracha.

Sous un pied de lilas garnit de muguet, criocères et cochenilles  se moquèrent d’un pauvre merle affamé qui n’eut d’autres solutions que de retourner sur la branche du saule, en attente d’une nourriture plus succulente. En ce mois d’avril, même si les fragrances du jardin ouvrent l’appétit, le buffet n’en est pas pour autant plus accueillant !

 

M.H.(Michèle Hardenne)

 

 
 

Il y a penser et pensées ... |
mademoisellec |
carnet de notes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Je suis un "écrit-rien"
| Publications Patrice Gros-S...
| Litteratures Negro Africain...