MICHELE HARDENNE

Je suis une rêveuse et je vous invite à visiter un jardin imaginaire où les mots sont des fleurs qui poussent dans le champ de mes lubies.

 

Les mots qui le disent 9 avril, 2012

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 1:12

Les mots qui le disent dans MOMENT DE VIE images61

Les mots qui le disent.

 

Pourquoi écrire ?

Voilà bien une question que se pose tout un chacun qui se met un jour, à prendre la plume.

Quoi qu’il en soit, on a tous des « histoires » à raconter.

Pour certain, l’écriture est un exutoire. Il y a des maux que l’on ne peut pas dire, et que l’on ne peut plus garder à l’intérieur de soi, il y a un trop plein qui fait mal, et dont on veut se libérer, mais à qui le confier ?

Alors, on prend un carnet, et l’on commence à y mettre un peu,ensuite beaucoup de son intimité, de ses secrets et de ses émotions.

Pour d’autres, elle est considérée comme une volonté de transmettre son savoir-faire, sa culture. Ils font appel à des règles littéraires, des techniques et constructions qui ne sont pas hasardeuses mais réfléchies, tout comme un véritable travail.

Et puis, il y a ces personnes pour qui l’écriture, comme la peinture, est une source de bien-être, le moyen de s’exprimer, de laisser libre cours à leurs émotions, leur imagination, leur créativité.

On se joue des lettres et on se les approprie, on les personnalise, on crée sa propre langue, on innove un style, on transmet un récit.

C’est pour cela que j’écris, juste pour être lue, et vous transmettre un peu de mon plaisir.

 

M.H (Michèle Hardenne)

 

 

Joyeuses Fêtes de Pâques 8 avril, 2012

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 8:46

Joyeuses Fêtes de Pâques dans MOMENT DE VIE images60

 

 En cette période de Pâques, les actes comptent plus que mots !

L’oeuf est un symbole de Vie, alors partagez-le !

Je vous souhaite à toutes et tous, bonheur et joie en ce dimanche.

M.H.

 

 

Il était une fête à Pâques 7 avril, 2012

Classé dans : CONTE — michelehardenne @ 11:14

Il était une fête à Pâques dans CONTE dmy5sc13

 

Il était une fête à Pâques.

 

Ce matin, la terre tremble au bout du jardin. C’est qu’il y a de l’agitation là-dessous !

Le petit monticule de terre était apparu la semaine dernière et une hase en sortit fièrement accompagnée de trois de ses lapereaux.

Dans le terrier, toute la petite famille se préparait pour participer à la fête de Pâques.

Depuis plusieurs générations, c’est le plus clair des petits qui sort le premier et cette année, il est tout blanc !

Cette tradition remonte à bien longtemps, chez la famille Lapin, elle se transmet de père en fils.

Tout a commencé, un jour de printemps.

Une vieille femme vivait paisiblement dans cette maison.

Elle aimait son jardin et y apportait beaucoup de soin. Elle y avait aménagé des parterres et des allées couverts de fleurs, un joli petit potager et affectionnait particulièrement son poulailler.

Les quatre poules, qui y vivaient, étaient de bonnes pondeuses et il n’y avait pas un jour où le nid se trouvait vide.

La fête de Pâques approchait, la vieille dame s’en réjouissait. Ses enfant et petits-enfants viendraient passer la journée auprès d’elle, elle leur préparerait un succulent repas et leur offrirait des œufs frais, qu’elle aurait colorés.

Elle aimait raconter à ses petits-enfants que la veille de Pâques elle nourrissait ses poules avec des paillettes d’arc-en-ciel qui donnaient leurs jolies couleurs aux œufs.

Au début de la semaine des préparatifs de la fête, elle se rendit au poulailler et s’étonna de voir les plumes qui s’étaient accrochées au grillage.

La porte de l’entrée était ouverte. Plongeant la main dans un seau de graines, elle les lança en les appelant par leur petit nom, mais aucune des poules ne se montra.

Elle glissa la tête à l’intérieur et en aperçut une qui tremblait sur son nid. En y passant la main, elle ne ramassa que des coquilles vides.

La vieille dame prit la poule dans ses bras et la consola, tout en maudissant le renard qui avait dû se faire un repas de roi.

Le poulailler fut réparé et la poule se remit à pondre.

Mais, il n’y aurait pas assez d’œufs que pour les offrir à ses petits-enfants et la vieille femme n’avait pas suffisamment d’argent que pour en acheter.

Alors, il lui vint une idée. Elle se souvint qu’au dernier Noël, elle avait reçu du chocolat, mais ses mauvaises dents ne lui permettaient plus de le croquer.

Elle le fit fondre dans un poêlon et le mit refroidir dans des coquetiers. Chacun donnant la forme d’un demi-œuf, elle les assembla et les emballa dans du papier coloré.

Le jour de Pâques arriva. Le soleil était au rendez-vous.

Les petits-enfants jouaient au jardin, lorsque elle les entendit l’appeler : « mamy, mamy, viens voir, ce sont les lapins qui font des œufs, cette année ! ».

La vieille dame se rendit au poulailler et qu’elle ne fut sa surprise de voir un lapin blanc sur le nid de brindilles.

Depuis ce jour, à chaque Pâques, des œufs colorés garnissent les jardins.

Qui sait, peut-être que cette année, pourriez-vous, vous aussi, voir un lapin blanc les protéger !

 

M.H.(Michèle Hardenne)

 

 

Le chant du matin 6 avril, 2012

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 9:51

 

Le chant du matin dans MOMENT DE VIE melodi10

Le chant du matin.

 

Le soleil s’est levé rieur et ses éclats frappent au carreau.

Trois pigeons, sur le balcon, s’accordent sur leur roucoulement.

En fond sonore , il y a le bruit des moteurs, accompagné de quelques coups de klaxons.

Le goutte à goutte du percolateur donne la cadence.

Le son et la lumière s’harmonisent , il ne me reste plus qu’à venir sur la scène pour vous saluer et vous faire partager, mon aria de cette belle journée.

 

M.H.(Michèle Hardenne)

 

 

Ding, ding, dong 5 avril, 2012

Classé dans : POESIES, TEXTES — michelehardenne @ 8:10

Ding, ding, dong dans POESIES, TEXTES lapin_10

Ding, ding, dong

 

Ding, ding, dong !

Mais que se passe-t-il donc ?

Ding, ding, dong !

Entends-tu  ce joli son ?

 

Se prépareraient-elle ,

A prendre la voie du ciel ?

Le coq n’arrête plus de chanter,

Les lapins sortent de leur terrier,

Et les poules, ces pauvres demoiselles,

Ce matin, se retrouvent sans ailes !

Elles ont pondu toute la nuit,

Et ne veulent  plus quitter le nid !

Ding, ding, dong,

Sonnent les cloches de mon village,

Ding, ding, dong,

Elles se préparent pour un voyage,

Et c’est le ventre rempli  d’œufs,

Qu’elles s’envoleront deux par deux.

Qui sait, peut-être que demain matin,

Une surprise t’attendra au jardin !

 

M.H.(Michèle Hardenne)

 

 

LA PEUR 4 avril, 2012

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 10:07

LA PEUR dans MOMENT DE VIE the_sc10  »The scream », Edvard Munch

La peur.

 

Elle est dans ta tête et dans ton cœur,

Te ferme si fort  les poings et les yeux,

Tu redoutes tellement sa douleur,

Que tout ton être en est malheureux.

 

Tu ne comprends pas pourquoi,

Elle s’installe et ne te quitte plus,

Même ton âme est en émoi,

Dans ton regard, elle n’apparaît plus.

 

Si seulement, tu pouvais me parler,

Laisser sortir tes mots, sans couleurs,

Qui ternissent les plus belles de tes pensées,

Et de la vie te font oublier ses valeurs.

 

Ne reste pas dans cette stupeur,

Ouvre les yeux, et donne-moi la main,

Ne craint plus rien, et n’aie plus peur,

A deux, il y aura toujours un lendemain.

 

M.H.(Michèle Hardenne)

 

 

Au clair de ma plume 3 avril, 2012

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 10:54

Au clair de ma plume dans MOMENT DE VIE images59 

Au clair de ma plume

 

Où sont passés mes rêves et mes envies de voyages ?

Pourquoi, mon esprit fait-il fuir toutes ses belles images ?

La Lune m’a-t-elle abandonnée, m’a-t-elle oubliée ?

Je la cherche dans ce ciel qui n’est plus éclairé.

 

Mon ami Pierrot, reviens et prête-moi ta plume,

La mienne s’est couverte de tant d’amertume,

Qu’elle a fini par ressembler à celle d’un corbeau,

N’arrivant plus à écrire les mots les plus beaux.

 

De mon jardin, elle est la clé de la grille,

Car sans elle, plus rien dans cet endroit ne brille.

Le saule y a perdu son vert feuillage,

Et les oiseaux, les couleurs de leur plumage.

Même la fontaine s’est faite silencieuse,

Et l’étang n’est plus qu’une mare bourbeuse.

 

Mon ami Pierrot, reviens avec le clair de Lune,

Pour que  j’échappe à ce désert de dunes,

Et que je puisse à nouveau retrouver,

Tout ce qui faisait ce monde enchanté.

Que ma plume redevienne légère,

Et mes rêves merveilleux d’imaginaire. 

 

M.H.(Michèle Hardenne)

 

 

Graine du…1er avril 1 avril, 2012

Classé dans : PENSEE DU JOUR — michelehardenne @ 11:54

Graine du...1er avril dans PENSEE DU JOUR images58La tolérance est une graine qui plantée dans un terreau de mansuétude,

 s’ouvrira au soleil de notre humanité,

en une belle fleur de paix…

Si l’Homme pouvait retrouver le goût de jardiner !

 

M.H.(Michèle Hardenne)

 

12
 
 

Il y a penser et pensées ... |
mademoisellec |
carnet de notes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Je suis un "écrit-rien"
| Publications Patrice Gros-S...
| Litteratures Negro Africain...