MICHELE HARDENNE

Je suis une rêveuse et je vous invite à visiter un jardin imaginaire où les mots sont des fleurs qui poussent dans le champ de mes lubies.

 
  • Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 6 juillet 2012

Un grain de sable 6 juillet, 2012

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 9:11

Un grain de sable dans MOMENT DE VIE grains10

Un grain de sable

Je suis une fille de la terre, de l’air et de la mer,

Je n’ai plus de racines, je ne suis que poussière,

Mais, je fais sans doute le plus beau des voyages,

Ne m’attachant à aucun cliché, aucun rivage.

Je suis comme un grain de sable dans le temps,

Et je profite de cette liberté,

Que j’ai de penser et de rêver !

 

M.H. (Michèle Hardenne)

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 6 juillet 2012

Extrait : Le chant des souris

Classé dans : RECITS - EXTRAITS — michelehardenne @ 8:09

Extrait du « Chant des souris », à paraître très bientôt !

Roman tout en s’appuyant sur le manteau de la cheminée, se laissa à raconter l’histoire des murs, qu’il regardait.

- Le propriétaire est un grand sentimental, il a acheté le domaine pour sa femme et c’est ici qu’elle est décédée.

- Il y a eu un mort dans cette maison ?

- Fabula Lancaster était une femme exceptionnelle, elle était passionnée d’histoire, de musique, de peinture et de sciences occultes. Elle aimait le manoir, mais a voulu que cette maison soit son atelier, elle venait y peindre. Un matin, son mari est venu la chercher, elle était allongée sur un divan et ne respirait plus. Elle était si belle, si apaisée, elle venait d’avoir trente-trois ans. Monsieur Lancaster en a eu un tel chagrin, que la maison est restée inoccupée depuis vingt-cinq ans. Chaque fois qu’il y venait, il disait qu’il sentait la présence de Fabula, il l’entendait chanter. Il y a cinq ans, une de ses nièces est venue y passer ses vacances d’été, elle avait rencontré un jeune homme du village et lui avait donné rendez-vous dans cette bâtisse. Fabula lui aurait demandé de quitter les lieux. La jeune fille a prétendu que les meubles de la pièce s’étaient soulevés du sol, faisant tomber la vaisselle,  et que l’eau de la baignoire coulait sous la forme d’une vase épaisse et gluante.

- La maison serait hantée, vous n’êtes pas sérieux !

M.H. (Michèle Hardenne)

 

 
 

Il y a penser et pensées ... |
mademoisellec |
carnet de notes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Je suis un "écrit-rien"
| Publications Patrice Gros-S...
| Litteratures Negro Africain...