MICHELE HARDENNE

Je suis une rêveuse et je vous invite à visiter un jardin imaginaire où les mots sont des fleurs qui poussent dans le champ de mes lubies.

 

Sur le quai du virtuel 26 août, 2012

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 1:00

 Sur le quai du virtuel dans MOMENT DE VIE deconn10

Sur le quai du virtuel

 

Le départ est proche, il ne me reste plus qu’à vérifier que je n’ai rien oublié et que je n’ai pris que le nécessaire.

Le superflu n’est pas utile dans une valise, il la rend encombrante et trop lourde à porter.

Etant donné que je pars pour une destination au soleil du réel, je n’ai pas besoin de tant de mémoire,  je me passerais de rancune et de mots blessants, de larmes et de pardons.

Mon bagage est léger, je le remplirais au cours de mon voyage. J’imagine déjà les sourires, les mains douces, les bras ouverts et les étoiles qui se posent dans des yeux.

J’en ai profité pour également préparer ton sac à malice.

J’y ai mis tes derniers mensonges, ta fausse sincérité , tes « moi-je » démodé, ton outrecuidance, sans oublier ta suffisance, sachant à quel point  tu y tiens !

Il était si pesant que je l’ai abandonné dans un coin des ondes.

Je te souhaite un bon voyage  dans ce monde parallèle et si un pseudo venait à me ressembler, passe ton chemin, il ne serait que pure coïncidence.

Je te fais un gros « clic » !

 

M.H.(Michèle Hardenne)

(Un petit clin d’œil aux ruptures virtuelles. Je rassure mes amis internautes qu’aucun de vous ne m’avez inspiré ce texte !)

 

 

Pause été 25 août, 2012

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 11:46

 Pause été dans MOMENT DE VIE p1160910

Pause été

 

Derniers jours d’été,

Fraîches senteurs iodées,

Eau de mer,

Et crustacés,

Plages blondes,

Et peu de monde,

Pas besoin d’un dessin,

J’y serai demain !

 

Les pieds au soleil,

Les yeux dans le ciel,

Les cheveux balayés par le vent,

Dansant au rythme de l’océan,

Et puis toi, juste à mes côtés,

Ces vacances , j’en ai rêvées

Plus besoin d’un dessein,

Nous y serons demain !

 

M.H. (Michèle Hardenne)

 

 

Graine du …24 août 24 août, 2012

Classé dans : PENSEE DU JOUR — michelehardenne @ 8:47

 

Graine du ...24 août dans PENSEE DU JOUR 30893312

 

 

 

 

 

Prendre des vacances,

c’est mettre dans une valise du linge propre,

partir avec un corps fatigué et une tête vide,

Et revenir avec des vêtements sales,

mais une tête remplie de souvenirs

 

M.H. (Michèle Hardenne)

 

 

 

Juste un reflet 22 août, 2012

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 21:26

Juste un reflet dans MOMENT DE VIE reflet10

Juste un reflet

Tu me parles, mais je n’entends que ma voix.

Tes yeux me regardent, et ils ne me voient pas.

Tu imites à la perfection tous mes gestes lents,

Et pourtant, quelque chose chez toi est différent.

Tu ne vis que dans la lumière d’un miroir,

Tu ne connais rien de mes rêves et de mes espoirs.

Tu es froid, et ma main contre la tienne ne laisse qu’une trace,

Un simple chiffon, un peu d’eau, et elle s’efface.

Sans moi tu n’existerais pas, et cependant,

Tu es la preuve que mon corps est encore vivant.

C’est en te faisant face que je peux apercevoir,

La tristesse ou la joie sur mon visage, et dans mon regard.

Mais, tu n’es pas là pour les partager,

Tu n’es pas mon ami, juste de moi, le reflet !

 

M.H. (Michèle Hardenne)

 

 

 

Une graine du …21 août 21 août, 2012

Classé dans : PENSEE DU JOUR — michelehardenne @ 7:49

 

Une graine du ...21 août dans PENSEE DU JOUR 30893312

Dès l’aurore naît un jour nouveau.

Prenons-le à bras-le-corps, maintenant,

et emmenons-le vers l’important,

pour qu’il  puisse sortir de sa banalité

et ne jamais s’oublier !

M.H. (Michèle Hardenne)

 

 

Merci ! 20 août, 2012

Classé dans : POESIES, TEXTES — michelehardenne @ 12:14

 

Merci ! dans POESIES, TEXTES mel10

http://myelitetmoi.unblog.fr/

Les cadeaux entretiennent l’amitié , surtout quand ils sont accompagnés de petits mots doux écrits à l’encre de la sincérité et du coeur.

Merci à toi Mel, de ta gentillesse, et de ton envoi, qui me touche énormément.

Je te souhaite beaucoup de plaisir à la lecture du « Chant des souris ».

Je te fais de gros bisous.

Michèle.

 

 

 

Une meule de foin

Classé dans : LES 4 SAISONS — michelehardenne @ 10:01

Une meule de foin dans LES 4 SAISONS meule_11

(les Marnières, entre Villers et Rutten, nos campagnes)

Une meule de foin

 

La moisson est terminée,

Le blé s’en est allé

Rejoindre le meunier,

Qui va l’égrener, l’écraser,

Le broyer et l’affiner.

Puis, ce sera au tour du boulanger,

De le travailler pour nous régaler.

 

Les bruits de la ville sont loin,

Et la campagne nous tend les bras,

Avec ses étroites routes aux confins

De plaines d’or que le vent balaye sans voix.

Allongés sur une meule de foin,

Toi et moi, nous restons là,

Le coeur au soleil et le corps en émoi.

 

Tu enfouis dans ma chevelure rebelle,

Quelques épis qui n’ont pas été emportés,

N’ayant pour témoin que le bleu du ciel,

Je m’abandonne au plaisir de l’été,

Sous tes caresses habiles et sensuelles,

Je suis comme un épi de blé,

Heureuse d’une campagne si belle !

 

M.H. (Michèle Hardenne)

 

 

Une perle au jardin 18 août, 2012

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 11:21

 

Une perle au jardin dans MOMENT DE VIE 26846110

(photo de Didier Massé )

 

Une perle au jardin

 

Jolie goutte d’eau, perle de vie, pourquoi fuis-tu au réveil du soleil, et où vas-tu?

Te caches-tu au cœur d’une fleur, où te laisses-tu porter sur les ailes d’un papillon ?

Cette nuit, tu l’as passée au fond de mes yeux, et maintenant où vas-tu aller ?

Je te tiens au creux de ma main et je me vois dans tes reflets nacrés. A peine ais-je envie de t’offrir un baiser, que déjà tu disparais.

Jolie goutte d’eau, née de la rosée d’un destin, inutile de se dire à demain, et chacune , poursuivons  notre chemin.

 

M.H.(Michèle Hardenne)

 

 

Une valse d’amour 17 août, 2012

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 10:04

 Une valse d'amour dans MOMENT DE VIE la-val10

Une valse d’amour

Danse avec moi cette valse du temps,

Et surtout ne t’arrête pas de tourner,

Un pas en arrière, deux pas en avant,

Laissons la musique nous entraîner,

Et glissons ensemble sur cet océan,

Laissant nos corps onduler et s’aimer.

Main dans la main, pensées légères,

Danse avec moi la valse des amants,

Deux pas en avant, un pas en arrière,

Deux cœurs pour un seul battement,

Nos yeux unissant leur lumière,

Pour faire naître une étoile au firmament.

Danse avec moi cette valse d’amour,

Un pas en arrière, deux pas en avant,

Et même, si elle s’arrête un jour,

Car rien ne dure éternellement,

Ces pas en avant que nous avons faits, mon amour,

Nous auront menés au-delà du temps.

M.H.(Michèle Hardenne)

 

 

 

 

Une sentinelle de lumière 16 août, 2012

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 0:35

 Une sentinelle de lumière dans MOMENT DE VIE sentin10

Une sentinelle de lumière

 

Devant la grille, il monte la garde pour ne pas que les pensées vêtues de noires s’introduisent dans ce paradis imaginaire.

Elles ne viendront pas ternir les fleurs de souhaits et d’espoirs qui poussent dans ce jardin, en répandant  leurs senteurs hypocrites , et fouler le sol où des graines de petits bonheurs sont en attente d’une germination.

Elles pourront prendre tous les sourires, et de leurs voix mielleuses chanter aux oiseaux bleus leurs plus belles mélodies, rien n’y fera tant qu’il sera là !

« Il », c’est une sentinelle de lumière, qui un jour s’est adressée à mon cœur.

Elle voulait que je retrouve toute la sérénité qui mène au pays des rêves, et depuis qu’elle veille sur mon sommeil, les ombres n’existent plus.

 

M.H. (Michèle Hardenne)

 

 

 

Un été de papier 15 août, 2012

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 0:53

Un été de papier dans MOMENT DE VIE oiseau10 

Un été de papier

 

En soignant chaque pli,

Il est devenu un origami.

Léger comme l’oiseau,

Tu m’en as fait cadeau.

Et près de moi,  je l’ai gardé

Durant tout un été.

 

Tu l’avais décoré

De tant de mots d’amitié.

Riche de ses lettres,

Sur le bord de ma fenêtre,

Il venait doucement s’y poser,

Chaque matin d’été.

 

Maintenant, il s’est froissé,

Les mots se sont effacés,

Et le soleil s’est couché,

Sur cet été de papier.

 

M.H. (Michèle Hardenne)

 

 

 

Un adieu 14 août, 2012

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 13:24

 Un adieu dans MOMENT DE VIE adieu10

Un adieu

On ne peut pas se dire adieu avec un sourire, ni même l’écrire, parce que le visage se durcit, les lèvres se pincent, les yeux se ferment, la main tremble et le cœur s’arrête, pour un instant.

Un instant seulement, celui de laisser le temps à l’esprit de comprendre que c’est fini.

Un adieu n’est pas un au revoir, il est une porte, sans serrure, sans clé, sans verrou, qui va se refermer sur tout ce qui a été vécu et ressenti.

Il est une page qui se tourne, chargée à l’encre des souvenirs, des passions partagées, des larmes et des rires,  du « tu » et du « je ».

Un adieu est un aller sans retour, il reste invariable, il est unique.

Le livre des rencontres dans une vie, se remplit d’un adieu à la fois, et chaque nouvelle page aura un début heureux et une fin particulière.

 

M.H.(Michèle Hardenne)

 

 

Une matinée à la plage 13 août, 2012

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 11:34

 Une matinée à la plage dans MOMENT DE VIE atoile10

Une matinée à la plage

Le seau, la pelle, le râteau, les moules en plastique donnant au sable mouillé de jolies formes de poissons et coquillage, étaient déposés autour de Jeanne.

La journée s’annonçait belle, et la plage n’était pas encore envahie par les nombreux touristes qui s’y installaient avec parasols, nattes et serviettes de bains de toutes les couleurs.

Les mouettes dansaient dans le ciel, et Jeanne riait de les voir se poser sur l’eau et fuir dès qu’elle s’en approchait avec son petit seau.

Elle avait creusé un trou dans le sable encore humide, à quelques mètres des vagues, et faisait des allers-retours pour le remplir d’eau de mer.

A peine avait-elle vidé son seau, que l’eau disparaissait, avalée par un sable assoiffé.

« Elle doit sans doute retourner à la mer ! », pensa-t-elle.

Avec la pelle, elle se mit à tracer un canal pour que l’océan puisse venir jusqu’à la fosse.

Elle avait rempli le seau de sable mouillé et l’avait retourné, puis avec le râteau, elle avait dessiné de jolies rayures sur cette tour de sable. Elle en fit quatre, presque identiques, entourant le bassin qu’elle avait creusé et que la mer remplissait par ses va-et-vient.

Elle s’occupait de décorer les tours de coquillages moulés dans le sable, lorsqu’elle aperçut au centre de son édifice, une étoile de mer, sans doute apportée par une vague.

Celle-ci semblait endormie, elle ne bougeait pas.

« Tu as dû tomber du ciel, cette nuit ! » pensa la petite fille.

Elle l’a pris doucement dans ses mains et la déposa sur une des tours.

« Voilà, tu y seras bien ! Repose-toi et ce soir tu pourras retourner chez toi », lui dit-elle.

Le lendemain matin, Jeanne se rendit à l’endroit où elle avait pris l’habitude de s’installer, depuis le début de ses vacances d’été.

Les quatre tours avaient disparu, ainsi que l’étoile qu’elle y avait installée.

Elle salua les goélands, qui se laissaient bercer sur une mer encore endormie, puis elle regarda le ciel azuré.

Pas un nuage ne venait l’entacher, juste une petite étoile, qui là-haut, en ce début de matinée, était encore éveillée.

 

M.H. ( Michèle Hardenne)

 

 

La nuit des étoiles 11 août, 2012

Classé dans : POESIES, TEXTES — michelehardenne @ 13:47

La nuit des étoiles dans POESIES, TEXTES nuit_e10

La nuit des étoiles

 

File, file, jolie demoiselle

Tes cheveux entrainant  la lumière,

Tu emportes en tombant du ciel

Le vœu que je viens juste de te faire.

 

Messagère, de cette belle nuit,

C’est avec la main posée sur le cœur,

Et les yeux qui de mille feux brillent,

Que je te demande, ce soir, cette faveur.

 

File, file, belle amie de la Lune,

Et trouve-le quelque part sur cette Terre,

J’espère et je  crois en ta bonne fortune,

Je sais que tu exauceras ma prière.

 

M.H. (Michèle Hardenne)

 

 

Partir 10 août, 2012

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 12:35

 Partir dans MOMENT DE VIE coeur_10

Partir

Sans te retourner, va où tes pas te mènent,

Laisse derrière toi, ce qui n’en vaut plus la peine,

Oublie ce qui t’a brisé le cœur,

Tu peux encore trouver du beau, ailleurs.

N’emporte pas avec toi tes regrets,

Ils font partie de ton passé, désormais.

Pour voyager heureux, il faut être léger !

Alors, je te souhaite un bon vent,

Pars, va-t-en, maintenant !

 

M.H. (Michèle Hardenne)

 

 

Des larmes de silence 9 août, 2012

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 0:03

 

Des larmes de silence dans MOMENT DE VIE images13 

Des larmes de silence 

J’ai fermé le livre de mon cœur,

Rempli de tant de peine et de trop d’amour.

Et je serre mes lèvres, encore,

Sur ces mots qui resteront sourds,

Et qui finiront par disparaître tout seul,

S’effaçant à tout jamais de mon regard,

Avec cette tendresse qui s’en ira, toute seule,

En emportant tous mes espoirs.

 

J’ai laissé couler de mon cœur

Ses larmes de silence,

Et je ferme les yeux, encore,

Sur des mots qui restent en souffrance.

Mais, tout s’en ira avec le temps,

Son vent emportera tes traces de pluie,

Et ne laissera de nos tourments,

Que quelques étoiles éteintes dans la nuit.

 

M.H. ( Michèle Hardenne)

 

 

 

Une fleur particulière 8 août, 2012

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 0:13

Une fleur particulière dans MOMENT DE VIE images11

Une fleur particulière

Sur le sommet d’une montagne, une fleur s’ouvrait au soleil.

Ses racines étaient fragiles, elles n’avaient que très peu d’attaches dans la roche, mais elles’y accrochaient.

La nuit, elle prenait les couleurs de la Lune, et aux premières lueurs du matin, elle conservait encore une peu de l’éclat des étoiles sur les perles de rosées, que l’air plus frais y déposait.

Seuls les oiseaux la saluaient, et parfois, ils leur arrivaient de venir se poser à ses côtés.

Ils lui racontaient alors des histoires de la vallée, et des fleurs, toutes plus belles les unes que les autres, qui la tapissaient, leur donnant mille et une couleurs.

Il y avait surtout toutes ces fragrances sucrées qu’elles dégageaient au vent de l’été, si ennivrante, et attirant une foule d’insectes dont ces oiseaux raffolaient.

La fleur se dandinait en les écoutant, elle aurait tant aimé, elle aussi, être parfumée et se faire butiner.

Mais, elle ne portait que l’odeur du vent frais de montagne. Il était le seul à la caresser, et ses couleurs étaient le reflet du ciel azuré sur ses pétales si frêles.

Les oiseaux s’en étaient allés, la fleur comprit alors, qu’étant la seule de son espèce, un matin, elle se flétrirait, que ses racines trop faibles lacheraient la roche, et qu’elle s’envolerait comme une poussière, pour retourner à la terre qui l’avait vu naître.

Mais ce temps n’était pas encore venu, elle pouvait encore, d’où elle était, sourire au soleil dès son lever, et rêver sous le clair de Lune qui la rendait si belle en l’habillant d’étoiles.

Cette fleur avait été déposée par un oiseau lorsqu’elle n’était qu’une graine.

La Nature lui a donné ses couleurs et son apparence pour en faire un être très particulier, qui garde la tête dans les nuages, les pieds dans les rochers et le cœur en liberté.

 

M.H. (Michèle Hardenne)

 

 

Une graine du 06 août 6 août, 2012

Classé dans : PENSEE DU JOUR — michelehardenne @ 22:33

Une graine du 06 août dans PENSEE DU JOUR 30893312

Les souvenirs ,

s’il fallait les inventer

ils ne seraient que les fruits de l’imagination ,

pas ceux du coeur !

 

M.H.(Michèle Hardenne)

 

 

Le temps des mots 5 août, 2012

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 12:45

Le temps des mots dans MOMENT DE VIE images10

Le temps des mots

 

A tous ces mots écrits sur les ailes d’un papillon,

Qui viennent se déposer sur des coeurs d’été,

Faisant croire que l’amour a encore ses saisons,

Et qu’avec du temps, tout peut continuer, d’exister.

 

Ce temps, un grain de sable plus lourd,

Chargé d’un vécu et de belles émotions,

Mais qui finalement, jour après jour,

Ne laisse plus que des souvenirs à foison.

 

Ces souvenirs, que l’on garde avec soi,

Dans un coffre fermé à double coeur,

A l’abri des pleurs, et que l’on ouvre, parfois

Quand  on est seul, et qu’ on a peur.

 

Les mots d’amour , peuvent s’envoler,

Et le temps,  comme un vent les emportera,

Mais leur souvenir, comme un bel été,

Sera toujours précieusement gardé, là !

 

M.H. (Michèle Hardenne)

 

 

 

Un coeur 3 août, 2012

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 7:23

Un coeur dans MOMENT DE VIE images84

Un cœur

 

Un cœur que se partage les amants,

Qui auront éternellement vingt ans,

Et qui murmure sa tendresse,

Sans aucun signe de faiblesse.

 

Un coeur qui met le feu au corps,

Et dans tes yeux des paillettes d’or,

Il se nourrit nuit après jour,

De mes rêves et de tes mots d’amour.

 

Un cœur au bord de l’espoir,

Qui fait le vœu chaque soir,

Que demain, il continuera

A ne battre que pour toi.

 

Un cœur qui t’appartient,

Et pourtant qui est le mien.

Je te l’ai offert en cadeau,

Et tu as su le rendre beau.

 

M.H.(Michèle Hardenne)

 

12
 
 

Il y a penser et pensées ... |
mademoisellec |
carnet de notes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Je suis un "écrit-rien"
| Publications Patrice Gros-S...
| Litteratures Negro Africain...