MICHELE HARDENNE

Je suis une rêveuse et je vous invite à visiter un jardin imaginaire où les mots sont des fleurs qui poussent dans le champ de mes lubies.

 

Juste toi et moi 27 octobre, 2012

Classé dans : POESIES, TEXTES — michelehardenne @ 7:00

 

Juste toi et moi dans POESIES, TEXTES p1130010

 

Juste toi et moi

Et si on partait tous les deux,

Pour quelques jours en amoureux,

On ne préviendrait personne,

On décrocherait le téléphone,

Et on irait changer d’air,

En allant au bord de la mer.

 

On ferait comme les grands oiseaux,

Qui se retrouvent au bord de l’eau,

On déploierait nos ailes,

En les offrant au bleu du ciel,

Le vent nous emporterait,

Et on se laisserait emmener,

Vers des îles désertées,

Où l’on pourrait à nouveau s’aimer.

 

Et si on partait demain matin,

Rien d’important ne nous retient,

Nous ne sommes pas indispensables,

Alors, allons marcher sur ce sable,

Pour y laisser l’empreinte de nos pas,

Comme autrefois, juste toi et moi !

 

M.H.(Michèle Hardenne)

27/10/2012

 

4 Commentaires

  1.  
    linda009
    linda009 écrit:

    C’est avec plaisir que je regarde votre site ; il est formidable. Vraiment très agréable à lire vos jolis partages .Continuez ainsi et encore merci.

    voyance par mail

  2.  
    FANETTE
    FANETTE écrit:

    Coucou Michèle
    Ah l’océan !!!!!!!!!!! C’est ce qu’il me faut moi aussi pour me retrouver, alors je prend mon chien et j’y vais. Bon je n’ai que 11 kms pour aller me ioder :lol:
    Parce que non, tu as raison, nul n’est indispensable, j’ai pour habitude de dire  » les cimetières sont remplis de gens indispensables  » et quand tu as cette phrase en ligne de mir, plus rien n’est vraiment important
    belle journée et bonne pause
    bisous

    ****
    Bonsoir Fanette,

    l’océan, je viens d’aller le saluer, il est déchainé !
    Mais demain, il devrait être un peu plus calme!

    Gros bisous

    ¨¨

    Dernière publication sur FANETTE : lll

  3.  
    gref
    gref écrit:

    La photo.

    Il y a, dans certains cas, rien à dire. Juste à regarder.

    Quand l’image laisse suggérer mille et une impressions, lorsque les traits sont si imprécis,
    l’esprit peut voyager, immodérément.

    On voit l’océan, sans le voir. On voit un ciel qui n’en est pas un.

    Là où on pose le pied, ça peut être du sable, un tapis mal déplié… mais il se peut
    que l’on soit allongé sur son matelas, que l’on fasse un rêve d’une incroyable suavité… d’où
    il nous restera au petit matin, sous les ongles, ou dans le creux d’une oreille, un peu de
    sable fin.
    Merci pour la photo, qui, évidemment, m’a donné envie d’écrire.
    Fais de beaux rêves !
    Manu

    ***
    Bonsoir Manu,
    cette photo provient de l’endroit où je vais, et où je vais bientôt retourner aller chercher cet air dont j’ai besoin pour me régénérer…quitter la ville et les pigeons, la campagne et ses corbeaux et retrouver l’océan et ses goélands !

    Rien que de l’écrire, mes rêves seront beaux !

    A bientôt.

    ***

  4.  
    ALAIN
    ALAIN écrit:

    Un très beau poème !!!
    ARSENE GRISALI

    ***

    Bonjour Alain,

    parfois la pause s’impose et à deux…c’est toujours mieux !

    Bises et à bientôt.

    ***

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

 
 

Il y a penser et pensées ... |
mademoisellec |
carnet de notes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Je suis un "écrit-rien"
| Publications Patrice Gros-S...
| Litteratures Negro Africain...