MICHELE HARDENNE

Je suis une rêveuse et je vous invite à visiter un jardin imaginaire où les mots sont des fleurs qui poussent dans le champ de mes lubies.

 

Fragile 25 novembre, 2012

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 11:00

Fragile dans MOMENT DE VIE femme10

 

Fragile

 

A chaque blessure,

Tu te caches et te tais,

Tu pleures et tu jures,

Qu’il ne te frappera plus jamais,

Et pourtant, tu restes là,

La tête baissée,

Repliée sur toi,

Tu te fais oublier.

 

Tu vis dans la peur d’être belle,

Tu n’es là que pour son désir,

Il t’arrive de rêver du soleil,

Mais chacun de ses rayons te fait souffrir,

Alors tu restes dans l’ombre,

Tu n’oses plus le regarder,

Si tu croises son regard sombre,

Tu sais que tu vas le regretter.

 

Tu voudrais t’en aller,

Le quitter pour le meilleur,

Mais tu ne sais pas où aller,

Alors tu acceptes ses humeurs,

En pensant qu’il va changer,

Qu’il va redevenir  l’homme d’avant,

Celui qui te prenait dans les bras,

Et puis, il y a tes enfants.

 

Alors, à chaque coup qu’il te donne,

Tu disparais dans tes silences,

Sans témoins, sans personne,

Tu t’enfuis le corps en souffrance,

Dans ta tête ses mots résonnent,

Mais tu veux sauver les apparences

Tu pleures, et puis tu lui pardonnes,

Tu l’excuses encore pour sa violence.

 

Il sait que  tu es trop fragile,

Et que tu ne pourras pas le quitter

Alors, hors de son monde imbécile,

Retrouve toute ta dignité !

 

M.H. (Michèle Hardenne)

25/11/2012

 

6 Commentaires

  1.  
    linda009
    linda009 écrit:

    Merci pour ces conseils forts intéressants, cela fait vraiment plaisir de tomber sur des articles aussi intéressants que les votre ! Je vous souhaite santé, longévité, succès, bonheur et la paix du cœur.

    voyance gratuite par telephone

  2.  
    FANETTE
    FANETTE écrit:

    Bonsoir Michèle
    Un poème touchant et qui me prend les tripes personnellement, mais il faut qu’elle réagisse on ne reste pas pour les enfants, parce qu’eux vivent par procuration les mêmes choses qu’elle même s’ils ne voient rien, et puis un jour ils feront leur vie et reprocheront peut être à leur mère d’être restée à se faire cogner
    Quant à lui, il a besoin d’aide,
    bonne et douce nuit
    bisous

    ***
    Bonsoir Fanette,

    si la personne qui est victime de maltraitance se tait, elle restera sous le joug de son bourreau.
    Il faut du courage pour avouer ses souffrances et dénoncer le responsable, le chemin pour une justice est souvent difficile, mais il existe des structures qui aident la personne en difficultés, si elle en fait la demande en commençant par déposer plainte contre son agresseur que ce soit pour une violence physique, verbale ou morale.
    Le dépôt de plainte est pris très au sérieux, et les interventions rapides des services compétents évitent l’irréparable.

    Gros bisous et prends soin de toi.

    ***

  3.  
    despritetdecoeur
    despritetdecoeur écrit:

    Un jour une amie virtuel m’à raconter sa vie…Voilà ce que j’en ai écris sur le coup de la…colère.

    * EN COLERE *

    Ce soir, je suis en colère !!!

    En colère contre toi…
    Toi !!!
    Oui toi !!!

    Toi…qui te permet d’humilier et frapper une femme
    Toi…qui te permet de donner des coups dans le drame
    Tu t’avilis en montrant les muscles, en faisant le fier
    Tu n’es que haine en faisant de leurs vies un enfer

    On dit que la jalousie est quelque part une preuve d’amour
    Foutaises que tout cela, lorsque les mots sales pleuvent aux alentours
    On dit que le manque de confiance en soi touche la femme au coeur
    Fadaises que tout cela, lorsque la ceinture vole dans toute sa hauteur

    Ce soir, je suis en colère !!!

    En colère contre toi…
    Toi !!!
    Oui toi !!!

    Toi…qui ne comprends pas ce que l’être humain à de plus beau
    Toi…qui crois aimer alors que tu es un ignoble et beau salaud
    Tu n’es rien d’autre qu’une souillure dans la vie de ces femmes
    Qui sont bien plus fortes que toi, dans leur coeur dans leur âme

    On dit que chacun traversent des moments lourds et difficiles
    Mais tu n’as aucunes d’excuses, même si tu es trop fragile
    On dit que chacun trimbalent son histoire, son passé
    Mais tu n’auras pas ma considération, vu que tu les à frappé

    Je n’ai que mes mots pour dire tout mon dégoût, ma rancœur
    Mais elles sont plus fortes que toi, elles auront droit à leur bonheur !

    A bientôt !
    Stéphane !

    ***
    Bonsoir Stéphane,

    merci de partager ce texte en commentaire sur le mien.
    Les mots peuvent être durs quand on est face à de telles situations et cette « amie virtuelle » a été courageuse de les dénoncer, en rompant le silence !

    A bientôt.

    ***

  4.  
    Wilshet
    Wilshet écrit:

    Re-bonjour,

    Pour ne pas vous le cacher, j’aime le silence !
    Quand il se rompt, par des cris et des souffrances, ma vie n’a plus qu’un sens, et mon sang ne fait qu’un tour !
    Cordialement.

    Willa

  5.  
    Wilshet
    Wilshet écrit:

    Madame Michelehardenne,

    Je vous remercie de votre réponse que j’attendais vivement.
    Je ne vous ferais pas l’éloge de Paul ELUARD, que je connais, par ailleurs très bien de par ses textes.
    Il me semble bien dommage que vous ne connaissiez pas le nom de votre voisine, et que vous l’appreniez, comme vous l’écrivez, lors d’une réunion d’association .
    Pour répondre à votre question, oui, je connais tous mes voisins !
    J’ai moi aussi une vie privée, et quand le silence est rompu, je me sens obligée, d’intervenir, sans demande ni formulaire !
    J’espère simplement, que cette aide que vous avez accordée à cette personne, lui aura été bénéfique, et qu’elle sait à ce jour vous en remercier.

    Cordialement.

    Willa
    ***
    Je vous cite : « quand le silence est rompu, je me sens obligée, d’intervenir, sans demande ni formulaire « , c’est le comportement que nous devons tous adopter, et cette journée mondiale contre les violences faites aux femmes doit nous y sensibiliser !
    http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/11/25/une-journee-nationale-contre-les-violences-faites-aux-femmes_1444648_3224.html

    Merci de votre intervention.

    ***

  6.  
    Wilshet
    Wilshet écrit:

    Bonjour Madame,

    Dans un premier temps, je tiens à saluer votre texte, qui concerne le sort des femmes battues, et dont tristement aujourd’hui, nous « fêtons » la journée.
    Quelle journée !
    Mais au fait, savez-vous que des violences sont aussi commises contre les hommes, par leur propre femme ?
    Savez-vous qu’un enfant meurt toutes les 3 secondes dans le monde d’aujourd’hui ?
    Comme je l’ai lu sur un des forums d’Unblog, vous intervenez, pour expliquer que votre voisine a été victime de telles violences.
    La question que je me pose, en tant qu’indépendante, libertaire et affranchie, c’est de savoir comment comprendre, qu’une personne, qui plus est, écrit, et observe dans son quotidien la vie en général, a pu ne pas s’apercevoir du calvaire vécu par sa propre voisine ?
    Votre texte est louable, mais votre pensée reste personnelle, et votre engagement semble bien néant !
    Par ailleurs, je tiens à signaler ici, la qualité de votre site, et de certains de vos écrits, qui, je peux le dire, sont de vraies perles de bonheur !
    J’espère que vous ne me tiendrez pas rigueur de cette critique, mais quand le coeur veut parler, parfois il hurle !
    Cordialement.

    Willa

    ***
    Bonjour Willa,

    Vous semblez apprécier la poésie de Paul Eluard, connaissez-vous de lui cette citation :
    « Celui qui n’a jamais senti la pluie se moque des nénuphars.
    [ 152 Proverbes mis au goût du jour (1925), 147 ]
    Citations de Paul Eluard
    En réponse à votre intervention sur ce blog, plutôt que sur le forum, cette « voisine « vit dans mon quartier, pas dans mes murs.
    Je l’apercevais de temps à autre au supermarché, et je n’ai appris son nom que lors d’une réunion d’une association.
    Mais, peut-être connaissez-vous tous vos voisins, leurs habitudes, entrez-vous dans toutes les familles, vous informez-vous de tous leurs faits et gestes, écoutez-vous à leur porte,…moi pas !
    Comment cela est-il possible, m’écrirez-vous, et je vous répondrais que j’ai une vie privée et que je respecte celle des autres !
    Mon texte est en relation avec le « silence » gardé par des victimes de maltraitance et de rappeler qu’il existe dans notre société,des structures mises en place pour les protéger, si elles en font la demande.
    Pour ma part, j’ai voulu aider une personne en détresse, qui souffrait de solitude, cela a fini en coup de téléphone à toute heure du jour et de la nuit, jusqu’à des menaces de mort.
    La maltraitance n’est pas forcément physique, et le harcèlement sous toutes ses formes est également répréhensible dès qu’il est dénoncé.!

    ***

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

 
 

Il y a penser et pensées ... |
mademoisellec |
carnet de notes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Je suis un "écrit-rien"
| Publications Patrice Gros-S...
| Litteratures Negro Africain...