MICHELE HARDENNE

Je suis une rêveuse et je vous invite à visiter un jardin imaginaire où les mots sont des fleurs qui poussent dans le champ de mes lubies.

 

Le petit garçon. 26 novembre, 2012

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 9:25

Le petit garçon. dans MOMENT DE VIE embara10

Le petit garçon.

 

Le regard que l’on a en venant au monde, nous l’emporterons avec nous là-bas.

Dans les yeux de ce vieil homme, je vois un petit garçon.

La machine composée d’un squelette, et d’une peau fine et ridée, a commencé à remonter le temps.

Assis dans un fauteuil, il tapote nerveusement du doigt  la tablette, qui le bloque pour l’empêcher de se lever, ou de glisser, il s’impatiente, il sait que bientôt son repas lui sera servi.

La pluie frappe le carreau, il sort la langue comme pour lécher les gouttes d’eau, c’est sa façon maintenant de nous dire qu’il a soif.

Il faut ignorer ce qu’il nous demande, la dernière fois, il s’est mis à tousser violemment en prenant une gorgée d’eau du verre que j’avais approché de ses lèvres.

Je regarde les murs et lui parle du vent, qui la nuit dernière a emporté les dernières feuilles des arbres, mais il est ailleurs.

Dans le couloir, les roues d’un chariot viennent rompre le silence.

Il se redresse, tape des deux mains sur la petite table, et laisse s’échapper un rire, qui tient plus du couinement que du « hahaha » gras, qui  nous transportait de joie, autrefois, il y a un mois.

Une grande serviette lui est passée autour du cou, le vieil homme a les yeux fixés sur le décolleté de la jeune femme. Elle se dirige vers une petit meuble pour prendre des médicaments, son regard ne la quitte plus, il sourit. Le papy vient de faire un bond dans son temps, il a 16 ans et d’un pouce levé la complimente, tout en s’exprimant par onomatopées.

Il mange goulûment et essaye de retirer la cuillère de la main qui le nourrit.

Son voyage se poursuit, il a à peine deux ans. Il parvient à accrocher le bord du bol contenant un repas mixé, le liquide épais se répand sur la table, il y met les mains et les porte à sa bouche.

Je cherche une serviette, pendant qu’il se fait gronder. Ma vue se brouille, ma respiration se bloque.

Je file dans la petite salle de bains, annexée à la chambre, je rince un gant de toilette et viens le rejoindre.

Sa main saisit la mienne, ses yeux ternis plongent dans les miens, « j’ai fait caca » me dit-il en articulant chaque syllabe.

La jeune infirmière appuie sur un interrupteur, des bruits de pas qui courent parviennent du couloir, il est temps pour moi de le quitter.

Je lui dépose un baiser sur le front, mais papy est de nouveau parti vers une autre époque de sa vie.

 

M.H. (Michèle Hardenne).

26/11/2012

 

6 Commentaires

  1.  
    linda009
    linda009 écrit:

    Grâce à vous, j’ai pu apprendre beaucoup de choses intéressantes. J’espère en apprendre encore. Je vous félicite pour ces merveilleux partages. Continuez ainsi !

    voyance gratuite

  2.  
    voyance gratuite par mail
    voyance gratuite par mail écrit:

    Magnifique texte!Bravo pour cette sublime expression et interprétation.

    ***
    Nous vieillissons tous, et même si le corps à ses limites physiques, les pensées, elles, peuvent continuer à le faire voyager !

    A bientôt.

    **

  3.  
    despritetdecoeur
    despritetdecoeur écrit:

    Bonsoir Michèle !!!
    Beau texte ….très expressif dans le détaille de la situation. Bravo !!!

    Stéphane !
    ***
    Bonsoir Stéphane,

    il y a des moments de vie qui sont gais, un peu fou fou, mais il y en aussi qui nous rappelle qu’ils ne sont pas éternels !

    A bientôt.

    ***

  4.  
    Wilshet
    Wilshet écrit:

    Bonsoir Michelehardenne,

    Merci pour cette phrase : « je rends hommage à toutes les personnes qui se mettent au service de la personne âgée, et qui en prennent soin, parce qu’elle, elle ne sait plus s’occuper d’elle ! »

    Cordialement

    Willa

  5.  
    ALAIN
    ALAIN écrit:

    Un texte très émouvant !!!
    ARSENE GRISALI

    ***
    Bonjour Alain,

    merci Alain, mais ce sont des moments de vie…aussi !

    Bises et à bientôt.

    ***

  6.  
    FANETTE
    FANETTE écrit:

    Bonjour Michèle
    et voilà comment on me fait pleurer un lundi matin. Cet homme que tu connais se voit partir vers un autre monde et n’accepte pas (et je le comprend) tout ce qui lui arrive. Il était tellement vaillant avant, il y a un mois.
    bon courage à vous
    bonne journée
    bisous

    **
    Bonjour Fanette,
    Le père de mon compagnon a de brefs instants de lucidité, et il est convaincu que grâce aux petits soins que lui accordent le personnel de l’hôpital, il va se rétablir et rentrer chez lui, il fait encore des projets. Mes ces moments sont courts, il se fatigue vite et la démence prend le dessus.
    A plus de 80 ans, et ayant une bonne constitution physique, il peut encore voyager longtemps et ses bagages sont remplis de souvenirs.
    Il confond les époques, les lieux, les gens, mais il n’a oublié aucune date importante de sa vie. Ses pensées font une farandole dans sa tête !
    En racontant mon ressenti quant à le voir à présent, comme un enfant dépendant d’un adulte, je rends hommage à toutes les personnes qui se mettent au service de la personne âgée, et qui en prennent soin, parce qu’elle, elle ne sait plus s’occuper d’elle !

    C’est la vie, aussi et il ne faut jamais oublier que sous la peau et les os, il y a une personne qui en connait plus que nous, parce qu’elle a déjà de longues années de vécues !

    Gros bisous.

    ***

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

 
 

Il y a penser et pensées ... |
mademoisellec |
carnet de notes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Je suis un "écrit-rien"
| Publications Patrice Gros-S...
| Litteratures Negro Africain...