MICHELE HARDENNE

Je suis une rêveuse et je vous invite à visiter un jardin imaginaire où les mots sont des fleurs qui poussent dans le champ de mes lubies.

 
  • Accueil
  • > Archives pour novembre 2012

Le samedi… 10 novembre, 2012

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 9:31

Le samedi... dans MOMENT DE VIE caddy10

 

Le samedi, le jour le plus court de la semaine!

Le samedi est pour beaucoup d’entre nous, la journée que l’on va réserver à faire les « grosses courses » du ménage dans une hyper grande surface.

Cette activité demande une bonne préparation dès le lever.

A commencer, par dresser une liste en faisant appel à sa mémoire de ce qui n’est plus dans les placards. On pense au café, au sucre, au lait, aux sodas, on note qu’il faut de la viande, des légumes, puis on termine par le papier toilettes, les produits d’entretien,…

Ensuite, direction l’hypermarché !

Les courses commencent dès que l’on est équipé d’un caddy.

Mais le parcours pour arriver aux rayons les plus essentiels, est semé de tentations.

Tout d’abord, il faut traverser la galerie commerciale, avec ses petites boutiques qui affichent déjà leurs articles de fête. On « roule », en faisant un repérage rapide, on aura l’occasion de s’y attarder quand le caddy sera rempli.

Direction, le grand magasin!

Un petit tour dans les livres, CD, vidéo, ils sont les premiers rayons que frôle le caddy.

Souvent, ce qui n’est pas de première nécessité se trouvent à l’entrée du magasin.

Mais, nous nous sentons comme attirés par le contenu des grandes allées !

Ensuite, le remplissage du caddy commence, alors que la liste qui a été préparée est toujours glissée dans la poche du manteau.

Lorsqu’il devient pénible de le pousser, un rapide coup d’oeil sur les achats réalisés et c’est le passage aux caisses.

Tout glisse sur le tapis, et à l’autre bout, retourne dans le conteneur à roulettes.

Un bip final, une hôtesse de caisse peu souriante qui vous dit un chiffre que vous n’avez pas entendu, une carte glissée dans une fente électronique, une souche d’un demi-mètre que vous glissez dans votre sac et voilà une bonne partie de la matinée qui s’est achevée.

Repassage par la galerie, le pas est ralenti, on regarde les vitrines, on hésite,…on reviendra plus tard, il y a trop de monde !

Retour à la maison, rangement des achats !

Mais le samedi, c’est aussi le jour du « grand nettoyage », de la lessive, du repassage, des enfants à conduire à leurs activités sportives,…

Bref, un jour que finalement on ne voit pas passer !

Mais demain, c’est dimanche et…

M.H.(Michèle Hardenne)

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour novembre 2012

Nuits d’ivresse 9 novembre, 2012

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 11:13

Nuits d'ivresse dans MOMENT DE VIE alcool10

Nuits d’ivresse.

.

Nuits d’ivresse,

Sans tendresse,

L’alcool te grise,

Tu me méprises.

.

Dans tes éthyliques instants,

Tu repenses à ta vie d’avant,

Et maintenant ton pays des merveilles,

Se trouve au fond de ta bouteille.

.

Nuits d’ivresse,

Sans liesse,

L’alcool t’enivre,

Et tu délires.

.

Dans la quintessence de brumes,

Tu distilles ton amertume,

Trouvant ta force dans un verre,

Tu n’es plus qu’une ombre solitaire.

.

Nuits d’ivresse,

Sans caresse,

L’alcool te tue,

Tu as tout perdu.

.

Dans tes soûlographies morbides,

Ta vie ressemble au vide,

Dans le désert de tes sentiments,

La haine te rend transparent.

.

Nuits d’ivresse,

Âme en détresse,

L’alcool t’a tout pris,

Et tu n’as rien compris !

.

M.H. (Michèle Hardenne)

(texte écrit pour une personne que j’aime, et pour laquelle je serais toujours là… pour revoir le jour et le lever du soleil, il n’est jamais trop tard!).

09/11/2012

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour novembre 2012

Le réveil-café 8 novembre, 2012

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 9:21

Le réveil-café dans MOMENT DE VIE 6a64d410

Le réveil-café.

Mon premier réflexe de la journée est de me diriger, les yeux encore mi-clos, la main se perdant dans une tignasse en bataille, le corps perdu dans des vêtements légers, bien trop larges et froissés, les pieds-nus se trainant sur un sol froid, … vers le percolateur posé sur le plan de travail d’une cuisine qui a gardé les traces de mon dernier repas.

Machinalement, le café déjà moulu contenu dans une dosette, va se glisser dans l’appareil.

Le premier bonjour de la journée se lit sur la tasse que je vais mettre sous son bec.

Quelques secondes d’attente et mon doigt va enfoncer un bouton éclairé.

La bonne odeur qui se répand dans la pièce m’ouvre les yeux et assise sur un tabouret je regarde le liquide foncé s’écouler goutte à goutte.

A cet instant, rien n’est important ! Ni la vaisselle sale jonchant les meubles, ni la pluie qui frappe le carreau, ni les informations crachées par une radio qui s’est allumée automatiquement, ne viennent troubler ce moment.

Le réveil-café sonne la fin d’une nuit et comme un soleil d’été il me prépare à une belle journée !

 

M.H. (Michèle Hardenne)

08/11/2012

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour novembre 2012

Les mots d’amour 7 novembre, 2012

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 7:00

Les mots d'amour dans MOMENT DE VIE reagar10

Les mots d’amour

 

Les mots d’amour, au printemps,

Se disent du bout des lèvres,

Mêlant dans le drap des amants

La sueur de leur corps qui a de la fièvre,

À la ferveur de jeunes sentiments,

Rendant les gestes un peu mièvres.

 

Les mots d’amour, en été,

Sont les plus forts et les plus chauds,

Ils n’ont pas peur d’être criés,

Sous le soleil, ils sont tous beaux,

Et quand le cœur est enflammé,

Ils se dessinent à fleur de peau.

 

Quand arrive l’automne,

Les mots se font plus sages,

C’est dans le cœur qu’ils résonnent,

On en fait moins étalage,

Alors, avec pudeur on se les donne,

Dans de timides instants de partage.

 

Et puis, les mots d’amour quand ils se taisent,

Que  le corps est devenu vieux,

De toute leur tendresse

Brillent encore au fond des yeux,

D’une flamme éternelle de jeunesse,

Même s’ils restent silencieux.

 

M.H. (Michèle Hardenne)

07/11/2012

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour novembre 2012

Les choses changent 6 novembre, 2012

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 9:59

Les choses changent dans MOMENT DE VIE dachet10

 

 

 

 

 

 

Les choses changent.

En faisant du rangement dans la pièce où je passe principalement mes journées, quelle ne fut la surprise de retrouver dans un placard, mon premier ordinateur portable.
Il date de la fin des années 80 et pèse pas loin de 6 kilos.
Je l’avais surnommé Tosh.
Que d’émotions en le sortant de son sac, qui l’avait protégé depuis près d’une vingtaine d’années.
Dans une poche, je pris la batterie et la branchais.
Incroyable, Tosh respirait encore!
Dans son langage en dos, il me souhaitait une bonne journée.
Dans une autre poche, je découvris une souris de la taille de ma main grande ouverte, je la connectais et la voilà qui se mit à agiter sa petite main sur l’écran en noir et gris clair, et m’ouvrit un fichier en « multi plan ».
Je repensais à tous les services qu’il m’avait rendus et aux heures que nous avions passées ensemble.
Mais il avait fait son temps, et son cerveau électronique ne supportait plus les nouveaux logiciels informatiques.
Après une dernière caresse, je remis Tosh sous sa couette synthétique, et lui fis mes adieux !
Rien ne sert de s’accrocher aux choses, Il irait rejoindre les câbles, fiches, le vieux grille-pain, et le premier téléphone portable que j’avais acquis et qui était aussi grand qu’une de mes chaussures, et tous partiraient pour être recyclés.
C’est en le mettant dans le coffre de ma voiture, que je me rendis compte que plus les années passaient, moins j’avais de force dans les bras!

 

M.H. (Michèle Hardenne)

06/11/2012

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour novembre 2012

L’automne du Nord 5 novembre, 2012

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 8:43

L'automne du Nord dans MOMENT DE VIE automn10

L’automne du Nord.

.

Avec la pluie qui rebondit sur le béton,

Les feuilles qui font paillasson,

Ces vapeurs froides du brouillard,

Qui masquent tout du matin jusqu’au soir.

.

Avec quelques oiseaux qui sont restés au pays,

Mais qui ne chantent plus, ne font aucun bruit,

Ils restent figés sur des branches dénudées,

Dans l’attente que la pluie va cesser.

.

Avec des ombres qui cherchent un abri,

Un sol sec pour passer la nuit,

Le froid leur est encore supportable,

Mais leur couverture de cellulose n’est pas imperméable.

.

En novembre, l’automne,

Rend les journées tristes et monotones,

Mais bientôt, elles redeviendront belles,

Avec décembre et son esprit de Noël.

 

M.H. (Michèle Hardenne)

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour novembre 2012

Amnésie de passage 4 novembre, 2012

Classé dans : GRUISSAN — michelehardenne @ 7:00

 

Amnésie de passage dans GRUISSAN p1210411

Amnésie de passage

 

Comme les oiseaux migrateurs

J’ai fui le gris de mon esprit,

Pour aller chercher ailleurs

Un peu de couleur de paradis,

Quelques jours de ma vie,

Pour une cure d’amnésie.

 

Je suis partie voir l’horizon,

Là, où le soleil se lève,

Je ne voulais plus de ces questions

Qui me soudaient le bord des lèvres,

 

Je me suis approchée de l’eau,

Et j’y ai regardé mon visage,

Ce n’était plus moi, mais tes maux

Qui s’étalaient sur le rivage

Couvrant de chagrin les mots,

Que j’avais gravés sur ma peau.

 

J’étais prisonnière d’une ombre,

Qui te ressemblait trait pour trait,

Dans l’iris de mes yeux sombres,

Il n’y avait plus aucun reflet.

 

Le vent et l’eau salée,

Emporte chaque jour la trace,

De toi dans mes pensées,

Telle une vague, tu disparais et t’effaces,

Et comme le sable qui recouvre la plage

Mes yeux sont à nouveau dorés,

Je vais enfin  poursuivre mon voyage,

J’en ai fini de m’oublier.

 

M.H. (Michèle Hardenne)

04/11/2012

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour novembre 2012

Une barque sur l’étang 3 novembre, 2012

Classé dans : GRUISSAN — michelehardenne @ 9:12

Une barque sur l'étang dans GRUISSAN p1210410

 

Une barque sur l’étang.

 

Une petite barque s’est éloignée de l’océan,

Emportée par le courant

Elle est allée vers les étangs,

Sur une eau calme, elle attend…

 

Le vent à chacun de ses passages

Emporte un peu de son verni,

Et dans une nature plus sauvage,

Ses couleurs artificielles sont ternies

 

Son corps de bois retrouve son essence,

Débarrassé de ses écailles, iI respire à nouveau,

Et cachée par des herbes hautes et denses,

La barque semble apaisée sur l’eau.

 

Il arrive que des oiseaux viennent s’y poser,

Avant de poursuivre leur voyage,

Dans cet havre de beauté et de paix,

Elle fait maintenant partie du paysage.

 

Elle les laisse s’y reposer,

Et tout en écoutant leurs histoires.

Elle se souvient de ce matin d’été,

Où elle a largué les amarres.

Déchirant des liens trop serrés

Elle est  partie dans le brouillard,

Sur une mer noire et agitée,

Portée par une vague de l’espoir,

Elle a enfin trouvé sa liberté.

 

M.H. (Michèle Hardenne)

 

03/11/2012

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour novembre 2012

Les chemins 2 novembre, 2012

Classé dans : GRUISSAN — michelehardenne @ 7:00

Les chemins dans GRUISSAN p1210313

Les chemins

.

Tous les chemins mènent quelque part,

Ils ne sont pas tracés au hasard,

Et quel que soit celui que l’on prend,

Il faudra le suivre un moment.

.

Enfant, on nous apprend le pas,

En nous tenant par un doigt,

Puis on nous laisse grandir,

Sur les voies de l’avenir.

.

Sur  les sentiers de la vie,

Il se peut que des ponts soient détruits,

Mais la route ne s’arrête pas là,

Elle se poursuit au-delà !

.

M.H. (Michèle Hardenne)

02/11/2012

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour novembre 2012

Traces éphémères 1 novembre, 2012

Classé dans : GRUISSAN — michelehardenne @ 9:15

Traces éphémères dans GRUISSAN p1210312

Traces éphémères

.

Je laisserai mes pas

Sur le sable mouillé

Tu les reconnaitras

Si tu viens me chercher

Mais ne tarde pas

La mer s’est réveillée

Et elle les emportera

Dans ses embruns salés.

.

J’écrirai ton nom

Au bord de la plage

Dans un cercle rond

Fait de coquillages

Mais ne tarde pas

Le vent s’est levé

Les grands oiseaux sont là

Pour les emporter.

.

Je resterai là

A regarder la mer

Et ces traces pour toi

Qui sont éphémères

Seront un sourire

Pour une belle journée

Que nous allons vivre

Puisque tu m’as trouvée.

.

M.H. (Michèle Hardenne)

01/11/2012

 

12
 
 

Il y a penser et pensées ... |
mademoisellec |
carnet de notes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Je suis un "écrit-rien"
| Publications Patrice Gros-S...
| Litteratures Negro Africain...