MICHELE HARDENNE

Je suis une rêveuse et je vous invite à visiter un jardin imaginaire où les mots sont des fleurs qui poussent dans le champ de mes lubies.

 

Kiny et Nadine 22 décembre, 2012

Classé dans : CONTE — michelehardenne @ 10:48

 

Kiny et Nadine dans CONTE une_so10

Kiny et Nadine

Kiny, une souris blanche vivait dans une vieille penderie en chêne.

Elle y coulait des jours heureux en compagnie des jouets et peluches qu’y rangeait Nadine, une petite fille qu’elle avait rencontré un soir de Noël.

Ce soir là, il faisait très froid et la neige avait blanchi les toits.

Kiny avait quelques mois à peine, et habitait dans le grenier d’une belle demeure avec toute sa famille.

La pièce se trouvait au dessus de la chambre d’un enfant qui riait.

Par l’interstice des lattes du plancher, Kiny pouvait apercevoir et entendre, une vieille dame qui tout en bordant le lit, racontait à sa petite-fille que cette nuit, dès qu’elle s’endormirait, un homme à la barbe blanche et tout vêtu de rouge, se glisserait par la cheminée et viendrait déposer un cadeau au pied de l’arbre décoré dans le salon.

Nadine demanda à sa grand-mère, si le vieil homme était son papy qui descendrait du ciel en cette veillée de Noël.

La vieille dame se mit à rire et lui répondit que lorsqu’elle-même était petite, elle trouvait aussi à son lever en ce jour de fête, un paquet emballé dans du joli papier coloré, déposé près de la cheminée.

Le vieil homme ne passait qu’une fois par an et il n’aimait pas être dérangé.

Elle recommanda à Nadine, de rester au lit, et si elle faisait un joli rêve, il se promènerait dans le ciel sur un traîneau tiré par quatre rennes, il l’entendrait et la récompenserait.

Nadine n’arrivait pas à s’en dormir, elle guettait tous les bruits de la maison.

Dans le grenier, la famille de Kiny se préparait à dîner. Il faisait si froid que la maman souris, avait tricoté pour chacun de ses petits, avec des fils de laine qu’elle avait ramenés au nid, des pulls de toutes les couleurs, avec  la culotte et le bonnet assortis.

A table, la maman se rendit compte qu’elle avait oublié de ramener des grains de maïs qu’elle avait vus dans une assiette déposée sur le bord de la cuisne.

Kiny se proposa d’aller les chercher avec deux de ses frères.

Les souriceaux prirent le chemin des escaliers, mais Kiny connaissait un raccourci.

Elle passa par le conduit de la cheminée, et fut la première à arriver dans le salon qui se situait à côté de la cuisine. Au pied d’un arbre décoré, elle vit une série de boîtes recouvertes de papier argenté et doré, et portant de gros nœuds satinés.

Elle frottait ses poils enduits de suie, assise sur un énorme paquet entouré d’un ruban bleu, lorsque deux grands yeux verts la fixèrent.

« Ne part pas » chuchota Nadine, « regarde, j’ai aussi un cadeau pour toi ! ».

Elle tendit sa main qui s’ouvrit sur une petite perle nacrée,qu’elle déposa aux pattes de Kiny.

La souris prit le présent et s’enfuit par le chemin qu’elle avait pris.

Arrivée à table, elle déposa le grain blanc et brillant au milieu du repas.

Le papa de Kiny s’en saisit et le rangea dans un coffret qui devait en contenir une dizaine. Il lui donna une rondelle de métal en lui demandant d’aller la glisser doucement sous l’oreiller de la jeune fille, et raconta qu’il s’agissait d’une tradition, que sa famille respectait depuis des générations.

Le lendemain, la neige avait recouvert le paysage, la grand-mère de Nadine avait allumé un feu dans la cheminée.

Nadine était venue la rejoindre.

« Tu sais mamy, je sais qui a mis ces cadeaux » dit-elle en montrant du doigt le pied du sapin.

La grand-mère fut surprise.

« Ce n’est pas un vieil homme, mais une souris blanche qui portait un bonnet, une culotte et un pull rouge qui est passée par la cheminée,  et elle était très contente que je lui fasse, moi-aussi un cadeau » dit Nadine en souriant et en lui montrant une petite pièce de monnaie .

« Le père Noël doit avoir beaucoup de travail, et il a dû t’envoyer un de ses assistants, et il est très rare qu’un enfant puisse les apercevoir, ton rêve devait être extraordinaire ! »

« Oui, j’ai rêvé que ma sœur allait mieux, qu’elle sortirait de l’hôpital et que Papa et Maman serait là ce soir autour du repas ».

« Ma chérie, va vite te préparer, ils ne devraient plus tarder ! ».

 

M.H. (Michèle Hardenne)

22/12/2012

 

2 Commentaires

  1.  
    Plumes de Corbeau * Stephane *
    Plumes de Corbeau * Stephane * écrit:

    Bonjour Michèle !!!
    Toujours autant de talent dans ta plume pour raconter des petites histoires. C’est toujours bien amener avec une belle ambiance particulière :)

    A bientôt !
    Stéphane ^^

    ***
    Bonjour Stéphane,

    Noël nous permet de redevenir enfant, et pendant cette courte période d’innocence, de quitter le monde des grands, de l’absurde et du méchant, pour se laisser emporter par la magie d’un esprit qui se veut festif !

    A bientôt.

    ***

    Dernière publication sur D'esprit et de Coeur ( * Cri du Loup * ) : DEMANDE DE FERMETURE DEFINITIVE DE CE BLOG

  2.  
    FANETTE
    FANETTE écrit:

    Bonjour Michèle
    Joli conte de noël qui fait encore voir que les enfants ont ceci d’extraordinaire : c’est de croire en plein de belles choses
    bonne journée à toi et merciiiiiiiiiiiiiiiiiiiii petit facteur :lol:
    bisous

    ***
    Bonjour Fanette,
    j’aime les mots et les partager !
    En cette période, les mots se déposent sur de jolies cartes et ils se personnalisent quand ils sont adressés à des personnes qui sont particulières.
    Merci de toi !

    Gros bisous.

    ****

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

 
 

Il y a penser et pensées ... |
mademoisellec |
carnet de notes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Je suis un "écrit-rien"
| Publications Patrice Gros-S...
| Litteratures Negro Africain...