MICHELE HARDENNE

Je suis une rêveuse et je vous invite à visiter un jardin imaginaire où les mots sont des fleurs qui poussent dans le champ de mes lubies.

 

Les costumes d’une vie 31 mars, 2013

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 0:13

Les costumes d'une vie dans MOMENT DE VIE 9f5ff811

Les costumes d’une vie.

 

Mon Corps change et le temps me taille le costume de ma prochaine vie. Il sera sur mesure, je lui fais confiance.

Je me souviens de celui que j’ai porté enfant, il était en tissu d’innocence et résistait à toutes les bêtises.

J’ai grandi, trop vite, alors le temps m’a offert un nouveau vêtement que j’ai porté fièrement, celui de mes premiers amours, il étincelait de mon printemps.

Mais l’étoffe a fini par s’effilocher, trop exposée au soleil d’été.

Pour me protéger, je me suis vêtue d’une armure, elle résistait mieux aux chocs de la vie. Et puis, jour après jour, la trame s’alourdissant d’habitudes, a fini par devenir pesante, insupportable.

J’ai voulu la retirer et je me suis blessée. Elle était cousue dans ma chair, laissant les morceaux que j’avais pu arracher rouvrir d’anciennes blessures, offrant à mon cœur de nouveaux endolorissements.

J’ai pu consolider certaines parties exposées, en tressant quelques souvenirs heureux avec des fibres moins sensibles.

Le temps ne m’a pas oubliée, et il me confectionne un manteau  en tricot, où se mélangeront les fleurs de mes rêves aux couleurs de ma vie, et c’est dans ce vêtement de soi, que je te retrouverai, et que je te laisserai me déshabiller.

 

M.H. (Michèle Hardenne)

31/03/2013

 

 

Le vent froid s’en est allé 30 mars, 2013

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 0:09

Le vent froid s'en est allé dans MOMENT DE VIE p1000510

Le vent froid s’en est allé.

.

Jour après jour, j’écoutais le vent chanter,

Et tes mots se mettaient alors à danser.

Tout en tourbillonnant, ils ont fini par se poser.

Avec la pluie d’hiver, maintenant ils sont froissés,

Ils ont perdu toutes leurs jolies couleurs

Avec le temps, ils finiront bien par sécher,

Il ne faut pas que je les approche de mon cœur

Même si j’en ai gardés dans mes pensées

En les rangeant dans un coffret à regret.

Mots d’amour, de tendresse, et d’amitié

Ont fini au vent froid mauvais par se mélanger,

Ne laissant que quelques traces salées

A l’encre d’une Lune de fin d’été.

Moments fragiles, écrits secrets,

Il ne m’en reste plus dans les yeux que quelques traits.

.

M.H.(Michèle Hardenne)

30/03/2013

 

 

Un papillon fait le printemps 29 mars, 2013

Classé dans : LES 4 SAISONS — michelehardenne @ 0:13

Un papillon fait le printemps dans LES 4 SAISONS papipr10

 

Un papillon fait le printemps.

 

Papillon, tu es sorti de ton cocon

La lumière te fait mal aux yeux

Tu ne perçois pas encore l’horizon

Mais tu veux t’envoler vers le merveilleux.

 

Tu te poses sur les fleurs d’un jardin inconnu

Tu hésites parmi toutes leurs couleurs

Des pétales de velours en pétales velus

Tu te lies à elles, enivré par leur odeur.

 

Elles t’accueillent en ami

Se laissent doucement butiner

Te faisant oublier tes jours gris

Où tu vivais tout replié.

 

Elles te font tourner la tête

Te soulant de leurs fragrances sucrées

Et toi, tu te crois à la fête,

Et tu fais le beau, toutes ailes déployées.

 

Les fleurs, elles continueront d’embaumer,

Du début du printemps à la fin de l’été,

Mais, toi papillon, tu ne fais que passer

Alors, profite de ta vie, elle est de si courte durée.

 

M.H.

29/03/2013

 

 

Affinités partagées 28 mars, 2013

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 4:12

Affinités partagées dans MOMENT DE VIE 52261710Affinités partagées

 

Il ne voulait plus de sa solitude,

Il a mis ses rêves de côtés,

A pris de nouvelles habitudes,

Pour oublier celles du passé.

 

Il a fini par trouver une amie,

Sur un de ces réseaux sociaux

Elle cherchait à combler sa vie,

Avec un nouveau compagnon.

 

Il l’invita dans le Sud, chez lui,

Dans son petit appartement,

Et une seule nuit suffit

Pour qu’ils deviennent amants.

 

Elle rentra chez elle, plus au Nord,

Dans son pays, si cher à son cœur,

Emportant avec elle comme un précieux trésor,

Ses sourires, ses « je t’aime », son odeur sur son corps.

 

Bientôt, il fera ses bagages,

Quittera cette ville qu’il n’aime plus,

Fera des projets de voyage

Pour rattraper le temps qu’il a perdu.

 

En l’attendant, chaque soir, avant de s’endormir

Ils joindront sur l’écran leurs deux mains,

Se feront des promesses d’avenir,

S’enverront des baisers, en se disant « à demain » !

 

M.H.(Michèle Hardenne)

28/03/2013

 

 

Le désert 27 mars, 2013

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 7:58

Le désert dans MOMENT DE VIE vent_d10

Le désert

Le désert ne sera jamais un endroit où s’épanouit la vie.

S’il offre à l’esprit un paysage sauvage, que l’on pourrait s’approprier pour s’y sentir libre, se retrouver avec soi-même, il n’en demeure pas moins une terre brûlante, où tout finit par mourir en se desséchant.

M.H. (Michèle Hardenne)

27/03/2013

 

 

Nettoyage de Printemps 26 mars, 2013

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 5:12

Nettoyage de Printemps dans MOMENT DE VIE nettoy10

Nettoyage de Printemps

Les beaux jours se préparent à revenir, invitant l’intérieure de la garde-robe et de la commode  à prendre de nouvelles couleurs.

Dans une caisse en carton se glissent des chaussettes norvégiennes, les collants de laine, des écharpes et des bonnets, dans une autre les pulls en mohair et angora, les pantalons de velours, les polars, les pulls à col roulé, des vêtements lourds et trop foncés.

Dans un sac jetable se retrouve des vêtements gardés depuis plusieurs années et finalement qui n’ont plus été portés, et qui pourraient encore faire des heureux.

Le mobilier de la chambre est ainsi allégé, et juste quelques vêtements attendront que finisse la saison.

La commode se voit débarrassée des pyjamas en coton épais, de la lingerie usée, décolorée et dépareillée, des petits sachets de lavande qui n’ont plus d’odeur.

La fin de l’été et celle de l’hiver sont, à la maison, deux raisons pour que j’entame le tri de ce qui ne m’est plus utile, ou qui ne me plait plus, surtout en ce qui concerne les vêtements.

Je venais de terminer la vidange des trois tiroirs de la commode dans laquelle je range ma lingerie, des foulards, des ceintures, quelques bijoux de fantaisies, des petits savons parfumés, lorsque je découvris tout au fond du dernier, un petit coffret en carton épais.

En l’ouvrant, il s’en dégagea les fragrances d’un parfum masculin, dont  j’en avais oublié le nom. L’odeur était imprégnée sur un petit carré de papier épais, qui lui-même était emballé dans de la cellophane. Il y avait également deux lettres manuscrites dont l’une était un pacte que nous avions convenu entre nous et l’autre, juste quelques mots de lui. Et puis, il y avait cet objet « insolite » qu’il m’avait fait parvenir et qui m’avait fait rire aux éclats.

J’avais un sac poubelle à portée de main qui n’attendait que ce dont je voulais me débarrasser à tout jamais, hésitante je regardais la boîte, elle ne tenait pas vraiment de place et puis son contenu avait été de beaux instants entre nous. Je la remis dans le fond du tiroir, avec un journal intime que j’avais tenu lorsque j’étais adolescente et quelques photos de mon enfance.

Quand il ne portera plus son odeur,  alors ce coffret n’aura plus de raison d’être, et probablement qu’un de ces prochains printemps, il quittera ce tiroir aux précieux secrets où nos rêves avaient été partagés et allaient se laisser oublier.

 

M.H. (Michèle Hardenne)

26/03/2013

 

 

La route d’émeraude 25 mars, 2013

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 10:01

La route d'émeraude dans MOMENT DE VIE amerau10

La route d’émeraude

 

Sur la route de ma vie

Je ramasse des cailloux

De toutes formes et toutes couleurs,

Je les entasse dans un coin,

Je les compte quand il fait nuit,

Les plus gros me font penser à nous,

Ils sont parfois si lourds sur mon cœur,

Chargés de secrets et de chagrin,

Que je les casse et les réduis

Pour qu’ils ne restent pas entre nous,

Ils se transforment en poudre quand je les pleure,

Et le matin elle se dépose sur mon chemin,

Dès que le soleil se pointe à l’aube,

Ils prennent de nouveaux éclats

Et c’est sur une route d’émeraude

Que je poursuis mes rêves avec toi.

 

M.H. (Michèle Hardenne)

25/03/2013

 

 

La fête du livre 24 mars, 2013

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 10:00

La fête du livre dans MOMENT DE VIE foire_10

La fête du livre

 

La foule, et son brouhaha,

Odeur de papier et de chocolat,

Vampires sortant de nulle part,

Personnages de Manga et Art square,

La voix des poètes annonçant le Printemps,

Les grands chefs et leurs plaisirs gourmands,

Mélange de génération, des plumes usées,

D’autres qui sortent à peine de l’encrier,

Des politiciens, des héros de bandes dessinées,

Des auteurs anonymes et des célébrités,

Tous réunis sous un même toit

Pour la fête du livre, qui reste roi.

 

M.H. (Michèle Hardenne)

24/03/2013

 

 

Blanc 23 mars, 2013

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 5:14

Blanc dans MOMENT DE VIE plume_10

Blanc

 

Comme un drapeau

Un jour de paix

Comme un oiseau

De liberté

Comme l’encre séchée

Sur la page vide d’un cahier

Comme le sourire d’un nouveau-né

A qui la vie va tout donner

Comme un bouton de rose

Un matin de Printemps

Comme le temps d’une pause

Dans le cœur des amants

Blanc, couleur qui attend

Que la vie vienne y mélanger

Un peu de son eau, un peu de son temps

Pour faire naître des instants colorés.

 

M.H. (Michèle Hardenne)

23/03/2013

 

 

Harmonie 22 mars, 2013

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 0:46

Harmonie dans MOMENT DE VIE stock-11

Harmonie

Lorsque ton cœur me parle, le mien prend des notes, qu’il va déposer sur une portée.

Chaque battement fait naître des rondes en forme de bulles, des noires pleines d’espoir, des croches qui s’accrochent, des dièses puis des bémols qui s’affolent, ensuite des bécarres pour que de silences en soupirs,  mon cœur puisse finir d’arpéger.

Depuis qu’il t’écoute, il n’a plus besoin de clé, mon cœur s’est épris de ta mélodie et il est en harmonie.

 

M.H. (Michèle Hardenne)

22/03/2013

 

 

Un nouveau décor 21 mars, 2013

Classé dans : LES 4 SAISONS — michelehardenne @ 7:03

Un nouveau décor dans LES 4 SAISONS 42029310

Un nouveau décor

 

La pluie fait danser la lumière,

Et sur les rameaux du noisetier

Le noir fait place maintenant aux tendres verts,

Le Printemps se prépare à arriver

Et tout en douceur chasse l’hiver.

 

Le ciel se couvre de gris encore

Mais le rideau s’apprête à tomber

Sur une nouvelle scène, un tout nouveau décor

Celui d’une Nature qui renaît

S’offrant à nous comme un trésor.

 

M.H. (Michèle Hardenne)

21/03/2013

 

 

Les jours de pluie 20 mars, 2013

Classé dans : LES 4 SAISONS,MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 8:46

Les jours de pluie dans LES 4 SAISONS jour_d10

Les jours de pluie.

 

Les jours de pluie ne sont pas forcément tristes.

Pour chasser le gris, on cherche un peu de lumière, juste pour ne pas que les ombres de la journée ne fassent oublier que le soleil, même invisible, c’est levé.

Alors, on appuie sur l’interrupteur, celui que l’on a posé sur son cœur, et on se souvient.

Dans une pièce de la mémoire, il y a toujours ces pensées que l’on ne veut pas jeter ; celles qui ont fait la gaieté d’un moment de vie, celles qui nous ont donné tant d’émotions, celles auxquelles on s’accroche encore et toujours, tellement chargées d’espoir, de souhaits, celles qui font nos souvenirs, celles qui nous projettent dans l’avenir.

Les jours de pluie, j’en profite pour me rappeler, pour rêver  et dans mon cœur le soleil finit toujours par briller.

 

M.H. (Michèle Hardenne)

20/03/2013

 

 

La limace et l’escargot 19 mars, 2013

Classé dans : FABLE — michelehardenne @ 9:43

La limace et l'escargot dans FABLE limace10

La limace et l’escargot

 

Une limace se cachait derrière un pot de terre au jardin

Un oiseau perché sur une branche du cerisier la guettait

Elle aurait bien voulu se rendre jusqu’au potager du voisin

Mais elle craignait que le merle ne la choisisse pour son petit déjeuner

 

La pluie fine qui tombait rendait l’herbe glissante

Mais cela ne dérangeait nullement un escargot

Qui tout en prenant son temps, appréciait sur sa coquille brillante

Cette eau du ciel qui lui chatouillait le dos.

 

Il salua la limace sa cousine et tout en la narguant

Avança à son rythme vers le pied du cerisier

La limace essaya de le prévenir du danger menaçant

Mais l’escargot n’en avait cure, il se sentait protégé.

 

La limace aperçut une demi-noix évidée

Courageusement, elle alla dessous s’y glisser

Le merle étant bien trop occupé

A regarder l’escargot se traîner.

 

Soudain, le merle sembla embarrassé

Quand il vit la limace portant péniblement son abri

Se diriger avec lenteur  sur une terre trop mouillée

Et  un escargot bien insouciant qui se moquait de lui.

 

Le rôle du moqueur revenant à l’oiseau

Celui-ci  avait maintenant le choix

Et il préféra la coquille tendre de l’escargot

A la maison de la limace faite de bois.

 

La morale de cette histoire

C’est que l’on n’est jamais à l’abri

Et que la chance n’est pas le fruit du hasard

Elle compte aussi sur un peu d’esprit.

 

M.H.(Michèle Hardenne)

19/03/2013

 

 

Bon jour 18 mars, 2013

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 8:45

Bon jour dans MOMENT DE VIE rave_a10

Bon jour

Bonjour les magiciens de la vie

Qui invitez le soleil à se lever

Même si le ciel est encore gris

Le Printemps ne saurait tarder

Son parfum est dans l’air

Et je peux déjà  le respirer.

.

Bonjour matin caresse

J’ouvre les yeux sur le jour

Ils brillent encore d’une infinie tendresse

Gardant les lueurs d’une nuit d’amour

Et je paresse encore un peu dans cette lumière

Que tu as oublié sur l’oreiller.

.

La journée sera belle

L’hiver dans ma tête s’en est allé

Ton amour m’a donné des ailes

Et ce matin, je vais les déployer

Pour aller planer dans toutes les couleurs

Du sourire que tu m’as dessiné.

.

M.H.(Michèle Hardenne)

18/03/2013

 

 

Week-end Bienvenue… à Awans.

Classé dans : AGENDA ET CALENDRIER DE MANIFESTATIONS — michelehardenne @ 7:15

Week-end BIENVENUE EN WALLONIE, vous invite ce 22 et 23 juin, au coeur de mon village.

 Commune
Awans (4340)
Week-end Bienvenue... à Awans. dans AGENDA ET CALENDRIER DE MANIFESTATIONS resp_258_13790
Situé au Nord de la province de Liège, Awans possède un caractère rural important. Parallèlement, sa situation géographique exceptionnelle lui procure un développement économique remarquable.
Autrefois industrielle, la commune en conserve des traces comme l’emblématique tour Kone de 56 m reconvertie en un site de saut à l’élastique ou encore un marteau pilon trônant à l’entrée de la localité.
Awans c’est aussi de nombreuses richesses comme un tumulus, des églises, d’anciens château ou encore le site naturel des Marnières. C’est aussi 5 villages foisonnant de passionnés que nous vous proposons de venir découvrir.
Enfin, un grand concours sera organisé avec de nombreux lots. Bulletins de participation, règlement et urnes seront accessibles au point d’accueil et chez les Ambassadeurs.

 

Je vous y accueillerai avec plaisir

http://www.walloniebienvenue.com/ambassadeur.php?id_mem=7481&ma_page=

 

 

L’hiver s’en va ! 17 mars, 2013

Classé dans : LES 4 SAISONS — michelehardenne @ 8:49

L'hiver s'en va ! dans LES 4 SAISONS p1010810

L’hiver sans va !

Timidement, il nous quitte, laissant derrière lui quelques lambeaux de son manteau.

Il a été long, la neige n’a pas laissé que de bons souvenirs, mais quand chanteront les oiseaux, petit à petit, l’hiver emportera avec lui le gris des arbres, quand renaitront les bourgeons, l’hiver nous quittera pour de bon, et le soleil adoucira les maux.

 

M.H. (Michèle Hardenne)

17/03/2013

 

 

Isabelle, la tourterelle (fin) 16 mars, 2013

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 19:24

Isabelle, la tourterelle (fin) dans MOMENT DE VIE isabel10

Isabelle, la tourterelle (fin)

Lorsque je l’ai recueillie, ce dimanche de mars, je l’ai placée dans une boîte en carton que j’ai mise dans une des pièces les plus chaudes de la maison, à l’écart des chats et du chien.

La petite caisse n’avait pas besoin d’être fermée, l’oiseau était mal en point ; il n’avait plus de plumes sur le dos et les pennes étaient brisées à leur base, il aurait été incapable de voler.

Le lendemain matin, la tourterelle s’était redressée dans le nid de fortune et battait nerveusement des ailes. A peine, lui avais-je présenté une écuelle d’eau fraîche qu’elle y plongea le bec.

La peau nue sur son dos laissait apparaitre quelques petits trous faits par le bec du faucon que j’avais surpris à l’attaquer. Tout en la tenant d’une main, je lui appliquai sur les blessures une lotion désinfectante.

En quatre jours, elle ne perdait plus de plumes et lorsque je la posais sur le carrelage, elle sautillait en ouvrant largement ses ailes. Elle acceptait de picorer les graines d’un mélange de millet rouge et blanc, et de brisure de maïs que je lui lançais, et appréciais de patauger dans l’eau de l’évier de la cuisine.

Je l’avais finalement installée dans un panier de transport pour chat, afin qu’elle puisse avoir plus d’espace et de lumière.

Hier soir, lorsque je la remis dans son abri, après lui avoir laissé faire quelques exercices sur le carrelage, elle refusa de manger et se glissa au fond.

Ce matin, avant de partir, en lui changeant l’eau de l’écuelle, elle s’approcha de mes doigts, je lui tendis un morceau de pomme, elle y frotta le bec, puis détourna son regard.

Lorsque, je revins, en début d’après-midi, Isabelle, cette petite tourterelle, s’était envolée en me laissant son petit corps d’oiseau blessé.

La vie est précieuse, elle doit être respectée, peu importe sa durée, mais quand elle doit s’en aller, elle doit le faire en toute dignité.

Adieu l’oiseau, vole et ne t’arrête jamais !

 

M.H. (Michèle Hardenne)

16/03/2013

 

 

Le Printemps au jardin 15 mars, 2013

Classé dans : LES 4 SAISONS,MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 7:05

Le Printemps au jardin dans LES 4 SAISONS images14

Le Printemps au jardin

.

Mes yeux partent en promenade,

Ils retournent dans ce jardin,

Où je t’ai abandonné un matin de novembre.

Posés sur le bord de la cascade,

Ils ne trouvent plus trace de mon chagrin,

Qui s’est sans doute noyé dans l’eau de décembre.

Mon cœur accompagne mes yeux,

C’est lui qui a  le plus souffert de s’en aller,

De quitter cet endroit de l’heureux,

Il était fou de toi, il aimait tant t’écouter,

Mais à présent, qu’il va beaucoup mieux,

Il se sent léger de pouvoir y retourner.

Le jardin a pris la couleur de la saison,

Il a retrouvé du blanc toute sa sérénité,

Et il est prêt à accueillir les oiseaux.

Avec le Printemps, ils auront de nouvelles chansons,

Leurs nids dans le saule apporteront de la gaieté,

Et dans ce paradis, je pourrais aimer à nouveau.

.

M.H.(Michèle Hardenne)

15/03/2013

 

 

Jolie tourterelle 14 mars, 2013

Classé dans : LES 4 SAISONS — michelehardenne @ 11:56

Jolie tourterelle dans LES 4 SAISONS p1010710

 

Jolie tourterelle

 

Jolie tourterelle, sur le seuil de ma maison

J’ai cru que tu venais chanter une ode au Printemps

Un chant merveilleux annonçant la nouvelle saison,

Celle des idylles et des amours naissants.

 

Lorsque j’ai vu que tu ne pouvais plus sauter, voler,

Je t’ai prise dans les mains et je t’ai caressée,

Ton aile était blessée, tu t’es mise à trembler,

Tu étais si fragile, que je devais te protéger.

 

Jolie tourterelle, repose-toi chez moi

Et bientôt, tu retrouveras ton chant mélodieux

Le printemps n’est pas encore là,

Attendons-le ensemble près du feu.

 

M.H. (Michèle Hardenne)

14/03/2013

 

 

Iris Blanche mène une seconde enquête (extrait)

Classé dans : RECITS - EXTRAITS — michelehardenne @ 0:50

« J’accompagnais Jacques, nous allions nous chercher des sandwiches, lorsque j’ai entendu l’appel du central. Une voiture était stationnée devant la deuxième sortie de la gare, sur une place de parking pour personnes handicapées. Un automobiliste voulant s’y stationner, a remarqué que le véhicule n’avait pas sa vignette bleue, il a vu un passager, il est allé frapper à la vitre et a constaté qu’une femme ne donnait aucun signe de vie. Il a ensuite téléphoné au commissariat. Nous étions à moins de cent mètres de la gare, nous avons signalé que nous nous y rendions. Après avoir demandé aux badauds de s’écarter de la voiture, la police scientifique est arrivée et le périmètre a été sécurisé. En faisant le tour de la Renault, j’ai remarqué que les pneus avant et arrière gauche étaient crevés, et que la clé de contact était restée dans le démarreur. Du côté conducteur, une partie de la porte et la poignée avaient été nettoyées, et elle était verrouillée. Du côté passager, une femme avait la joue contre la vitre, les yeux étaient fermés et les paupières gonflées, ses cheveux étaient poisseux et attachés avec un élastique, elle avait les mains croisées sur les genoux, elle n’avait ni jupe, ni pantalon, et le boutonnage de la chemise blanche qu’elle portait était pour homme. Elle était pieds nus, ses chevilles étaient enflées, ainsi que ses poignets, et elle avait des marques de ce que je pense être des menottes. Je continue ?

 

M.H. (Michèle Hardenne)

13/03/2013 -extrait d’Iris Blanche mène une nouvelle enquête.

 

12
 
 

Il y a penser et pensées ... |
mademoisellec |
carnet de notes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Je suis un "écrit-rien"
| Publications Patrice Gros-S...
| Litteratures Negro Africain...