MICHELE HARDENNE

Je suis une rêveuse et je vous invite à visiter un jardin imaginaire où les mots sont des fleurs qui poussent dans le champ de mes lubies.

 
  • Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 10 novembre 2013

Le roi sapin 10 novembre, 2013

Classé dans : CONTE — michelehardenne @ 11:55

Le roi sapin dans CONTE bigth_10

Le roi sapin.

 

Léa avait passé une mauvaise nuit, la pluie n’avait cessé de frapper à la fenêtre de sa chambre mansardée, le vent se disputait, il hurlait dans le conduit de la cheminée, semblant vouloir qu’elle le laisse entrer.

Enfouie sous un épais édredon, la petite fille tremblait, les mains plaquées contre ses oreilles, en balbutiant, elle récitait des tables de multiplication.

La tempête qui sévissait avait eu raison des fils qui amenaient l’électricité dans la maison située à l’orée de la forêt.

Dès son réveil, la petite fille se rendit à la fenêtre et constata la tristesse que la nuit avait déposée aux alentours ; les arbres avaient dû être bien secoués pour abandonner leurs feuilles aux couleurs automnales, certains avaient même été amputés et d’autres étêtés.

Ceux qui avaient résisté, agitaient leurs branches dénudées, comme pour chasser ce vent moqueur.

La pluie s’était faite plus douce en ce début de matinée, et lavait les arbres de ce qu’ils leur restaient.

Léa voulait aller les consoler, elle se vêtit d’un imperméable et se rendit dans la forêt.

Elle caressa certains troncs, essuyant de sa petite main quelques larmes qui ruisselaient.

L’endroit était devenu silencieux, plus aucun bruit ne s’en échappait, le vent s’en était allé, probablement se quereller ailleurs.

« Mais où sont donc passés les oiseaux, les écureuils, les blaireaux, et tous les animaux, ont-ils pu se mettre  l’abri ? », demanda la petite fille en s’adressant au ciel.

« Ceux qui n’ont pas de tanières, ou d’abris au sol, sont ici ! », lui répondit un arbre caché derrière un gros chêne.

Léa s’avança vers la voix.

Au centre d’une clairière se dressait un sapin majestueux. Le vert de son feuillage était étincelant, couvert de milliers de perles d’eau.

La fillette s’en approcha, le toucha et se piqua.

« Voici la raison qui font que mes sujets, préfèrent de loin venir sous ma couverture épineuse. Son épaisseur les protège et le vent ne me fait pas peur, s’il me frotte, il se pique! », dit fièrement l’arbre.

« Vos sujets ? », demanda-t-elle surprise.

«  Mademoiselle, sachez que de cette forêt, j’en suis le roi, et c’est un privilège que veiller sur ses habitants ! ».

La pluie cessa et les branches du sapin s’écartèrent pour laisser apparaître des familles d’animaux n’ayant aucun autre arbre pour s’abriter, tout le temps qu’allait durer la saison la plus froide de l’année.

La gamine rentra chez elle, monta dans sa chambre, s’installa devant la fenêtre et salua en faisant une révérence, ce sapin roi qui protégerait tous les hôtes de ce bois !

 

M.H.(Michèle Hardenne)

10/11/2013

 

 
 

Il y a penser et pensées ... |
mademoisellec |
carnet de notes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Je suis un "écrit-rien"
| Publications Patrice Gros-S...
| Litteratures Negro Africain...