MICHELE HARDENNE

Je suis une rêveuse et je vous invite à visiter un jardin imaginaire où les mots sont des fleurs qui poussent dans le champ de mes lubies.

 

Larmes de froid 7 décembre, 2012

Classé dans : LES 4 SAISONS — michelehardenne @ 11:15

Larmes de froid dans LES 4 SAISONS images89

Larmes de froid

 

Il neige sur la ville,

Lui faisant perdre ses couleurs,

En déposant sur le gris, une douce pâleur.

 

Jolis et froids flocons,

Vous tombez sans bruit,

De jour comme de nuit,

Sur le sol et le toit des maisons,

Et mon cœur vous sourit.

 

Comme une enfant,

Je regarde le manège,

De la pluie qui se transforme en neige,

Toutes ces larmes de froid, dans une belle candeur,

Unissent Le ciel et la terre dans la même blancheur,

Pour le plaisir des yeux, seulement !

 

M.H. (Michèle Hardenne)

07/12/2012

 

 

Décembre 4 décembre, 2012

Classé dans : LES 4 SAISONS — michelehardenne @ 7:00

Décembre dans LES 4 SAISONS vitrin10

Décembre

 

Dépôt d’une poudre soyeuse

Écorce mise à nue et terreuse

Comme si toutes les couleurs étaient parties

Emportées par le vent et la pluie

Même les oiseaux ont un triste ramage

Brumes et grésil masquent le paysage

Rendant parfois pâle la lumière du jour

En grisant la ville et ses alentours.

Les vitrines apportent un peu de gaieté

Elles sont du matin au soir enluminées

Décembre fait enfin son entrée

Et avec lui ses longues nuits étoilées.

Rires d’enfants qui vont aller se coucher

Nougat et confiseries sucrant leurs pensées

Ils promettent toujours d’être sages

Et s’endorment un sourire sur leur visage

Rayonnant de ce bonheur tout tendre

Magie du mois de décembre

Ou même s’il ne reste que quelques jours

Il  peut encore il y avoir tant d’amour

Si seulement on redevenait des enfants !

 

M.H. (Michèle Hardenne)

04/12/2012

 

 

Pluie d’hiver 30 novembre, 2012

Classé dans : LES 4 SAISONS — michelehardenne @ 7:00

Pluie d'hiver dans LES 4 SAISONS corbea10

Pluie d’hiver

 

Le ciel dès l’aube est beau,

Les nuages sont roses,

Et la pluie froide se pose,

Sur les ailes noires d’un corbeau,

Comme pour le narguer,

Cet oiseau effronté.

 

Il se met doucement à neiger,

Et là, où la blancheur s’installe,

L’oiseau, comme une tache sale

Dans ce décor immaculé, reste figé.

 

Les flocons, dansant dans le vent,

Finissent leur folle farandole,

Sur les branches d’un saule,

Les recouvrant d’un léger voile blanc,

Tandis que l’oiseau prenant les teintes de gris,

S’envole finalement, pour se mettre à l’abri.

 

Le ciel d’hiver est beau,

Quand les nuages sont roses,

Et même si la pluie froide se pose,

Sur les ailes noires d’un corbeau,

Il finira par s’envoler,

Cet oiseau effronté !

 

M.H. (Michèle Hardenne)

30/11/2012

 

 

Adieu l’automne 29 novembre, 2012

Classé dans : LES 4 SAISONS — michelehardenne @ 7:00

Adieu l'automne dans LES 4 SAISONS p1210510

(Photo: Michèle Hardenne)

Adieu l’Automne

Les corneilles se sont installées,

Sur les fils et sur les toits

Les oiseaux chanteurs s’en sont allés,

Et l’Automne sonne le glas.

 

Les mésanges aussi sont parties,

Le bois du saule est devenu trop froid,

Il pleut sur des feuilles mortes qui scintillent,

Et que le vent d’Est bientôt emportera.

 

Les pigeons et tourterelles,

Nichent déjà dans les tours et clochers,

Quant aux jolies hirondelles,

Elles se sont envolées, vers des jardins d’été.

 

Adieu Automne, bonjour ciel bas,

Le gris peut encore faire des jours heureux,

L’air dehors est dur, mais il fait bon chez moi,

Viens donc t’asseoir ici, tout près du feu,

Je ne voudrais pas que tu prennes froid !

 

M.H. (Michèle Hardenne)

29/11/2012

 

 

Premier vent d’hiver 27 novembre, 2012

Classé dans : LES 4 SAISONS — michelehardenne @ 11:55

Premier vent d'hiver dans LES 4 SAISONS images87

Premier vent d’hiver

Poudre d’argent,

Perles d’eau gelées,

Béton fumant,

Feuilles givrées,

Et puis ce vent,

A vous glacer !

Ce matin, il est à la fête,

Et novembre prépare son départ,

Sans tambours, ni trompettes,

Arrivent les premiers brouillards,

Qui déposent de jolies gouttelettes

Sur des routes miroirs.

Arbre scintillant,

Tu casses comme du verre,

Tu es nu à présent,

Vulnérable et solitaire,

Les caresses de ce vent,

Te berceront tout l’hiver !

Poudre de diamants,

Perles de pluie glacées,

Béton luisant,

Feuilles nacrées,

Tous ces éclats brillants,

Ne me font pas t’aimer,

Pour autant !

M.H. (Michèle Hardenne)

27/11/2012

 

 

Promenons-nous dans les bois… 21 octobre, 2012

Classé dans : LES 4 SAISONS — michelehardenne @ 19:00
Promenons-nous dans les bois... dans LES 4 SAISONS champi10
 
Promenons-nous dans les bois…
 
« Promenons-nous dans le bois
Tant que loup n’y est pas ,
Car s’il y était… »
 
Pourquoi me mangerait-il ?
Je ne suis pas une chèvre docile,
Je ne suis même plus comestible,
Trop nourrie d’OGM , je suis indigestible !
 
Il vaudrait mieux pour lui,
Qu’il se nourrisse de fruits !
Et puis, dans les bois en cette saison,
Le sol est recouvert de champignons,
Et dont l’apparence est plus qu’appétissante,
Il pourrait se régaler d’une amanite rougissante,
Ou de sa sœur, l’amanite panthère,
Ou le bolet Satan, qui paraît-il a un goût d’enfer !
 
« Promenons-nous dans les bois,
Tant que le loup n’y est pas,
Car s’il y était…
 
Il s’émerveillerait des couleurs d’automne,
D’une Nature qui sourit et qui donne,
Ce qu’elle a mis toute une année à faire pousser,
Et maintenant qui va aller se reposer !
 
M.H. (Michèle Hardenne)
21/10/2012
 

 

La fête au Potiron 13 octobre, 2012

Classé dans : LES 4 SAISONS — michelehardenne @ 7:00
 La fête au Potiron dans LES 4 SAISONS images22
 
La fête au Potiron
 
Sur le marché aux légumes, les coloquintes, courgettes et potirons tenaient la vedette.
Ils étaient montrés du doigt par les enfants qui riaient de leur forme, et caressés par les mamans qui jugeaient de leur maturité.
Camille, du haut de ses cinq ans, s’était assise sur un gigantesque potiron qui se trouvait au pied de l’étal.
Il avait la même hauteur que le petit fauteuil qu’elle avait dans sa chambre, mais était du double de sa largeur.
Pendant que sa maman choisissait des légumes de saisons,  tout en discutant avec la commerçante, Camille s’était assoupie sur la grosse courge.
Elle entendait la voix de sa mère, et celle de la commerçante qui lui répondait que le climat se déréglait, qu’il n’y avait plus de saisons, et que les fruits et légumes devenaient de plus en plus chers, que les gens désertaient le marché pour se rendre dans des grands magasins où il y avait, sans doute, plus de choix…
Mais la petite fille n’entendait rien aux paroles des grands.
Elle avait appris une chanson à l’école pour la fête d’ « Halloween » et elle se la répétait dans la tête : 
« Monsieur Potiron,
Veille sur ma maison,
Et dis aux feuilles mortes,
Qui sont devant la porte,
Que Monsieur le vent les fera danser,
Tout au long de la soirée,… ».
-  Faire de moi un gardien de maison, quelle drôle d’idée ! Vu mon poids, le vent se méfiera, et s’il compte m’emporter, il aurait intérêt à savoir souffler ! Alors, pourquoi pas ! Dis-moi fillette, m’emmèneras-tu chez toi ?
Camille sursauta et glissa du potiron.
Sa maman l’aida à se relever, et la petite fille lui expliqua que le potiron était enchanté, qu’il lui avait parlé. Sa maman éclata de rire, elle demanda à la marchande de l’aider à le mettre dans le coffre de la voiture.
L’énorme fruit fut installé sur le seuil de la maison.
La chanson de Camille disait vrai, les feuilles évitaient de s’en approcher et s’éloignaient de la porte, quant au vent, il avait beau souffler, le gardien ne bougeait pas d’un pouce.
En rentrant de l’école, Camille s’asseyait sur lui et lui racontait sa journée.
Le potiron lui faisait également la conversation.
La fête d’Halloween n’aurait lieu que fin de la semaine prochaine.
Camille avait dit à son ami le fruit que la tradition voulait qu’elle se déguise et que, pour cette année, elle mettrait une robe orange et qu’elle porterait un petit chapeau vert pour lui ressembler.
Le potiron trouva que l’idée de se travestir mettrait davantage de gaieté pour une veillée de fête en l’honneur des disparus.
Le grand jour était arrivé, Camille avait revêtu sa tenue de « dame potiron », il ne restait plus qu’à préparer « Monsieur Potiron ».
Camille lui annonça qu’il devrait subir une petite opération pour son déguisement, mais sa maman étant un excellent chirurgien, il ne sentirait rien et serait de loin le plus beau.
Le potiron se laissa porter à la cuisine. Il fut vidé et allégé, son trop plein de chair fut remplacé par une bougie,  il avait les yeux grands ouverts et une large bouche par laquelle, en cette soirée d’Halloween, il pourrait laisser s’échapper sa belle voix.
 
M.H. (Michèle Hardenne)

13/10/2012

 

 

Octobre 9 octobre, 2012

Classé dans : LES 4 SAISONS — michelehardenne @ 7:00
 Octobre dans LES 4 SAISONS images19
 
Octobre
 
Le vent d’octobre chante le blues
Des feuilles qui recouvrent les pelouses.
 
Serrées contre quelques herbes un peu folles,
Elles se laissent mourir sur le sol,
Abandonnant ainsi l’arbre qui les a tant aimées,
Du printemps jusqu’à la fin de l’été.
 
Elles emportent avec elles quelques perles de pluie,
En offrande à la Terre qui les a nourries.
 
Mais octobre n’est pas un mois triste,
Il fait la joie des poètes et des artistes,
Qui savent composer avec la mélodie du vent,
Et prendre sur la palette des saisons, les couleurs du temps !
 
M.H. (Michèle Hardenne)
09/10/2012
 

 

Le chagrin du saule 4 octobre, 2012

Classé dans : LES 4 SAISONS — michelehardenne @ 7:53

Le chagrin du saule dans LES 4 SAISONS images18

Le chagrin du saule

Toi, l’oiseau qui n’arrêtait pas de siffler,
Tu es parti un beau matin,
Laissant au saule tant de chagrin,
Qu’il en pleure la fin de l’été.
 
Ses feuilles perdent le tendre de leur vert,
Et prennent la couleur du miel,
Elles font leur adieu au soleil,
S’envolent et retombent par terre.
 
L’arbre se sent bien seul sans toi,
Il a beau agiter ses branches au gré du vent,
Rien ne pourra modifier le temps,
Et c’est la saison qui veut cela !
 
 Avec le froid, le saule s’endormira
Alors, lorsque tu reviendras au pays,
Viens donc y installer ton nid,
Pour que le saule pleure à nouveau de joie !
 
M.H. (Michèle Hardenne)
 04/10/2012
 

 

Au jardin d’octobre 3 octobre, 2012

Classé dans : LES 4 SAISONS — michelehardenne @ 8:00

Au jardin d'octobre dans LES 4 SAISONS 19995610

Au jardin d’octobre

Chaque saison, chaque mois, le jardin ouvre les bras et octobre est celui de la récolte des derniers fruits et légumes de l’été.

Les poires, les pommes, les myrtilles, les mûres se sont gorgées de soleil. Elles sont à point pour devenir des confitures qui rangées dans l’armoire s’étaleront avec délice sur le pain grillé des petits déjeuners d’hiver.

Les noix et les châtaignes seront ramassées et stockées, dans un endroit bien sec et, quand le froid arrivera, devant le feu de cheminée, elles seront ouvertes : leur chair se grignotera par gourmandise et leur coque servira de combustible.

Les courges et courgettes, les carottes, les céleris, les poireaux, les choux et choux fleurs, les pommes de terre, les oignons, sans oublier le potiron, feront de bonne soupe.

Tous ces aliments contiennent les vitamines et minéraux dont notre corps à besoin pour résister au changement du climat.

Les insectes et petits animaux s’activent à faire leur provision pour l’hiver, alors comme eux, je vais prendre mon panier et faire mon marché !

M.H. (Michèle Hardenne)

03/10/2012

 

 

Septembre s’en va 29 septembre, 2012

Classé dans : LES 4 SAISONS — michelehardenne @ 14:59

Septembre s'en va dans LES 4 SAISONS images17

Septembre s’en va

 Septembre arrive à sa fin,

Les plages peuvent se rhabiller,

Se recouvrir d’un sable fin,

Les touristes s’en sont allés.

 Septembre s’en va doucement,

Les arbres vont se déshabiller,

Et les feuilles dansant dans le vent,

Iront mourir sur un tapis mouillé.

 Septembre, tu t’enfouis déjà,

Avec tes jours qui ont filé,

Et maintenant le ciel va se voiler,

Se recouvrant de nuages si gris et si bas !

 M.H.(Michèle Hardenne)

29/09/2012

 

 

Le corbeau de campagne 28 septembre, 2012

Classé dans : LES 4 SAISONS — michelehardenne @ 7:00

 Le corbeau de campagne dans LES 4 SAISONS corbea10

Le corbeau de campagne

Les vaches retourneront bientôt à l’étable,

Où le foin moissonné les attend,

Et les bacs remplis d’eau potable,

Serviront aux corbeaux qui envahiront les champs.

Ils seront là, à guetter, et à se chamailler,

Sur la carcasse de quelques rongeurs,

Qui par leur putride odeur, les auront attirés,

Et faisant de leur estomac, leur dernière demeure.

Mais, c’est ainsi, c’est la vie, et elle est fragile,

Ces nécrophages ont leur utilité, aussi

Tant qu’ils restent à la campagne, et loin de nos villes,

Leur croassement en rien ne nous nuit !

 

M.H.(Michèle Hardenne)

28/09/2012

 

 

Volez coton et mousseline 27 septembre, 2012

Classé dans : LES 4 SAISONS — michelehardenne @ 7:00

 Volez coton et mousseline dans LES 4 SAISONS vateme10

Volez coton et mousseline !

Au revoir jupes légères, fins chemisiers de coton, pantalons recouvrant à peine le mollet, sandalettes et ballerines,.. et  voilà, vos jolies couleurs ne sont plus assorties à la saison, et vos matières donnent le frisson.

Vous allez retourner au placard, pour un bout de temps, et cèderez la place aux vêtements plus épais, qui eux se réjouissent que ce soit à nouveau leur tour d’être portés !

Blousons, vestes et manteaux, pulls à col roulé, laine et fibres mélangées, sortez donc des valisettes, et soyez les bienvenus dans cette penderie, qui devrait résister au poids de vos fils entrelacés.

Vos couleurs sont comme ces journées, plus sombres, mais un rien peut vous enluminer, il ne tient qu’à moi de vous les présenter.

Cela fait des mois, qu’ils dorment dans un tiroir, mais le temps est venu de les réveiller et, qu’accessoirement , ils vous tiennent compagnie.

Voici donc des foulards, des gants, des chapeaux, des ceintures et des bonnets, qui devraient vous rendre des allures plus gaies !

M.H.(Michèle Hardenne)

27/09/2012

 

 

Un vent d’espoir 26 septembre, 2012

Classé dans : LES 4 SAISONS — michelehardenne @ 7:00

Un vent d'espoir dans LES 4 SAISONS vent_e10

Un vent d’espoir

 

Non, je ne suis pas triste de t’avoir perdu,

Toi, le temps de ma prime jeunesse,

Et jamais, je ne t’en aurais voulu,

De n’avoir pas tenu toutes tes promesses.

 

Les années passent et emportent avec elles,

Les mensonges, source de tant de maux,

Elles les ont balayés,  aidées par un vent rebelle,

Et maintenant, elles font place à de jolis mots.

 

Ils se couchent sur une page du souvenir,

Je les écris à l’encre de ma mémoire,

 Et, si je n’ai que mon coeur pour te les lire,

C’est parce que le temps me souffle un vent d’espoir !

 

M.H.(Michèle Hardenne)

26/09/2012

 

 

Une scène de vie 24 septembre, 2012

Classé dans : LES 4 SAISONS — michelehardenne @ 17:01

 

Une scène de vie dans LES 4 SAISONS pluieb10

Une scène de vie

 

Un ciel qui se reflète sur le béton,

Des volets qui restent mi-clos,

Claquant et sifflant une douce chanson,

Qui laisse muet la plupart des oiseaux.

 

Le soleil fatigué de ses belles journées d’été,

Ne fait plus que quelques apparitions,

Il veille toujours, mais reste discret,

Respectant le rythme des saisons.

 

Et puis, il y a le vent d’automne

Qui emporte avec lui,

Les feuilles qui s’abandonnent,

Couvertes de perles de pluie.

 

Un ciel qui se mire dans les flaques d’eau,

Un soleil qui doucement s’assoupit,

Et puis, ce vent et sa belle chanson,

Nous offre une nouvelle scène de vie.

 

M.H.(Michèle Hardenne)

24/09/2012

 

 

Bonjour l’Automne 22 septembre, 2012

Classé dans : LES 4 SAISONS — michelehardenne @ 7:00

Bonjour l'Automne dans LES 4 SAISONS 985b2710

Bonjour l’Automne !

Bonjour, toi !

Au rendez-vous, comme prévu. C’est vrai qu’il fait plus frais et que les jours deviennent plus courts…

Il est un fait que les nuits sont plus longues, mais pour moi cela ne change rien ! Six heures restent six heures, et quand il faut se lever, et bien, il me faut t’avouer que je préférerais le faire avec le soleil !

Certes, il a eu sa saison, mais il aurait pu s’éclipser avec plus de douceur !

Et puis, regarde les oiseaux, ils commencent à bouder le jardin et même les arbres et les fleurs en perdent leur couleur…

Qu’apportes-tu avec toi ?

Du vent, de la pluie, du brouillard et une échelle pour faire descendre les températures !

Te voilà bien chargé, mais cela t’est-il nécessaire ?

A chaque saison suffit sa peine !

Mais toi, tu ne viens pas effacer les souvenirs d’été en les remplaçant par de tristes soupirs ?

Alors, je te promets que j’écouterai la chanson du vent, que j’applaudirai le ballet des feuilles, que je danserai avec la pluie, et …

Malgré le brouillard , je sourirai à la vie !

Et bien, installe-toi et que la fête commence !

 

M.H. (Michèle Hardenne)

22/09/2012

Merci à Fandeloup pour ces jolies réalisations http://fandeloup.centerblog.net/rub-regard–17.html

 

 

L’ordre est dans la Nature 18 septembre, 2012

Classé dans : LES 4 SAISONS — michelehardenne @ 9:36

L'ordre est dans la Nature dans LES 4 SAISONS roue10

 L’ordre est dans la Nature

L’été vit ses derniers jours, il n’est pas souffrant, mais il laisse son tour !

Chaque saison respecte le cycle de la Nature.  

Pour le bon équilibre de la vie, les changements s’organisent dans un ordre que le temps contrôle.

D’abord vient la naissance, avec ses apprentissages, tout se met en place.

Ensuite, les fruits apparaissent, la vie se poursuit, elle laisse une trace.

Le temps de la cueillette permettra de savourer des beaux instants passés, qui rempliront de joie la fin d’une vie bien remplie.

Un printemps, un été, un automne et un hiver sont dans l’ordre de la vie, alors pourquoi vouloir le changer ?

 

M.H. (Michèle Hardenne)

18/09/2012

 

 

Un début d’automne 15 septembre, 2012

Classé dans : LES 4 SAISONS — michelehardenne @ 11:07

Un début d'automne dans LES 4 SAISONS images16

Un début d’automne

 Parée de ses couleurs chatoyantes,

Elle se balance au gré des jours heureux,

Et c’est dans un vent d’automne qui chante,

Qu’elle se prépare pour sa saison des adieux.

 Jolie feuille qui au bout de la branche te balance,

Du printemps à ces jours de fin d’été,

Tu as su mettre dans ce jardin de l’ambiance,

Mais maintenant, il te faut t’en aller !

 Vole, vole et emporte en dansant,

Le souvenir des fruits que tu as protégés

D’un soleil qui se voulait trop gourmand,

Mais qui ne faisait que passer.

 C’est ainsi, c’est la vie,

Chaque saison apporte sa joie,

L’automne aura ses belles journées aussi,

Et au printemps, tu reviendras !

 

 M.H. ( Michèle Hardenne)

15/09/2012

 

 

Changement de couleur 13 septembre, 2012

Classé dans : LES 4 SAISONS — michelehardenne @ 14:10

Changement de couleur dans LES 4 SAISONS images15

Changement de couleur

 

Une saison s’en est allée,

Une autre la remplace,

Et la fin d’un été,

Cède à l’automne sa place.

 

Le soleil adoucit ses rayons,

Et la Nature en rougit,

Elle se met à son diapason,

Et poursuit doucement sa vie.

 

Le vent se met à lui souffler des mots doux,

Il l’apaise pour le prochain hiver,

Et même si le gris est au rendez-vous,

Le soleil continue son partage de lumière.

 

Du côté de chez moi, il se met au repos,

Il s’efface petit à petit en emportant des couleurs,

Il se lève plus tard et se couche plus tôt,

Et chacun de ses réveils m’offre un peu de chaleur.

 

M.H.(Michèle Hardenne)

Le 13/09/2012//mh

 

 

Une meule de foin 20 août, 2012

Classé dans : LES 4 SAISONS — michelehardenne @ 10:01

Une meule de foin dans LES 4 SAISONS meule_11

(les Marnières, entre Villers et Rutten, nos campagnes)

Une meule de foin

 

La moisson est terminée,

Le blé s’en est allé

Rejoindre le meunier,

Qui va l’égrener, l’écraser,

Le broyer et l’affiner.

Puis, ce sera au tour du boulanger,

De le travailler pour nous régaler.

 

Les bruits de la ville sont loin,

Et la campagne nous tend les bras,

Avec ses étroites routes aux confins

De plaines d’or que le vent balaye sans voix.

Allongés sur une meule de foin,

Toi et moi, nous restons là,

Le coeur au soleil et le corps en émoi.

 

Tu enfouis dans ma chevelure rebelle,

Quelques épis qui n’ont pas été emportés,

N’ayant pour témoin que le bleu du ciel,

Je m’abandonne au plaisir de l’été,

Sous tes caresses habiles et sensuelles,

Je suis comme un épi de blé,

Heureuse d’une campagne si belle !

 

M.H. (Michèle Hardenne)

 

12345
 
 

Il y a penser et pensées ... |
mademoisellec |
carnet de notes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Je suis un "écrit-rien"
| Publications Patrice Gros-S...
| Litteratures Negro Africain...