MICHELE HARDENNE

Je suis une rêveuse et je vous invite à visiter un jardin imaginaire où les mots sont des fleurs qui poussent dans le champ de mes lubies.

 

La course du temps 25 juin, 2013

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 22:18

La course du temps dans MOMENT DE VIE course10

La course du temps

 

Le temps est un monsieur avec de longues jambes et de grands pieds, il court si vite que je ne peux pas le rattraper.

Pourtant, j’ai bien essayé de le devancer, mais à chaque fois, il me dépassait, que j’ai fini par le laisser passer.

Un jour, il finira par s’arrêter, il se mettra devant moi et m’ouvrira les bras.

Je m’y blottirai et je le laisserai me bercer, tout doucement, jusqu’à ce que je m’endorme, enfin apaisée de ne plus devoir courir après.

Mais en attendant que je sois fatiguée, il peut bien prendre ses jambes à son cou, parce que je suis bien décidée à le faire galoper jusqu’au bout !

 

M.H. (Michèle Hardenne)

25/06/2013

 

 

Magique 24 juin, 2013

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 20:37

Magique dans MOMENT DE VIE logo_m10

Magique

 

L’instant, celui que l’on prend

Pour écouter, voir, respirer,

Petites secondes hors du temps

Qui nous font voyager, rêver

Cet instant est magique !

 

La main, celle qui se tend

Qui s’agite, touche, s’ouvre,

Tremble si tendrement

Sur l’autre qu’elle découvre

Cette main est magique !

 

Le mot, celui que l’on dit,

Que l’on entend, même murmuré,

Lu, ou simplement écrit,

Plein de tendresse à partager,

Ce mot est magique !

 

Le bonheur en un mot,

Est dans la main de l’instant,

Il peut faire apparaître le beau

Il ne coûte rien, pas un franc,

Et de la vie, il en est la baguette magique !

 

M.H. (Michèle Hardenne)

24/06/2013

 

 

Les mots de la nuit 15 juin, 2013

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 16:00

Les mots de la nuit dans MOMENT DE VIE lhdfjj10

Les mots de la nuit

 

La nuit, les mots ne sont pas gris

Ils s’affichent sur l’écran, sur une page de lumière

Et prennent leur envol dès qu’on les lit

Vers des contrées imaginaires.

 

Dans nos pensées, ils construisent leur nid

Et nous les laissons s’y installer

En s’abreuvant à la source de nos envies

Ils nous offrent leur chant de liberté.

 

Les mots de la nuit ne sont pas gris

Et comme une étoile qui brille dans l’imaginaire

Ils sont de si belle compagnie

Pour ceux, dont les rêves sont solitaires.

 

M.H. (Michèle Hardenne)

 

15/06/2013

 

 

L’amour fringue 14 juin, 2013

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 14:53

L'amour fringue dans MOMENT DE VIE copies10

L’amour fringue.

L’amour est comme un vêtement.

Quand il est neuf, il nous va à ravir, il est souple et suit nos mouvements, sa coupe est ajustée, ses couleurs sont vives, et nous nous aimons à le porter.

Pour qu’un vêtement reste beau longtemps, il faut lui éviter des lessives agressives, sinon avec le temps,  il se froissera, s’effilochera, s’usera, la fibre perdra de son élasticité, il se ternira, irritera et finira par ne plus être supporté.

Un amour qui finit en serpillère ne ramasse plus que la poussière !

 

M.H.(Michèle Hardenne)

14/06/2013

 

 

Goulue en amour 12 juin, 2013

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 12:54

Goulue en amour dans MOMENT DE VIE mini_p10

Goulue en amour.

 

Je suis une gourmande, j’ai des envies immodérées, … Je suis goulue en amour !

Pour me mettre en appétit,  j’imagine un corps se laissant  modeler sous mes caresses, et la chair s’attendrissant à être pétrie avec délicatesse.

Mon cœur a besoin de calories et c’est de l’ardeur de vrais baisers qu’il est friand.

Il bat plus fort quand il est rassasié, et là maintenant il me réclame à dîner !

Pour le dessert, il me reste toujours de la place, et je vous le réserve accompagné d’un seau de glace.

 

A table !

 

M.H. (Michèle Hardenne)

12/06/2013

 

 

coquetterie féminine 11 juin, 2013

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 9:48

coquetterie féminine dans MOMENT DE VIE blonde10

Coquetterie féminine

 

J’ai choisi de vivre en arc-en-ciel,

Et qu’importe qu’il y ait du soleil,

La pluie peut faire des merveilles aussi

En déposant des perles sur nos envies.

 

Mes cheveux changent de couleur

Au gré de mes humeurs,

Rousse, brune ou Blonde,

J’aime être différente dans ce monde.

 

Mon corps aussi se joue des formes

Tout en rondeur, il se laisse caresser

Et s’offre encore au plaisir que tu me donnes

Tout en te laissant le visiter.

 

Avec les années, je me colorie,

Je ne veux pas m’habiller de gris,

Et c’est sans doute par coquetterie

Que j’aime te surprendre mon chéri !

 

M.H. (Michèle Hardenne)

11/06/2013

 

 

L’amour d’une rêveuse 10 juin, 2013

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 13:31

L'amour d'une rêveuse dans MOMENT DE VIE 81112710

L’amour d’une rêveuse

 

Ce matin j’en avais sur le cœur

Du beau, du vrai, plein de couleurs

Je l’ai jeté au vent, balayé loin devant

Comme de la poussière de diamant,

Parce que les hommes n’en veulent pas,

L’amour d’une rêveuse ça ne compte pas.

 

Pourtant, il est né de mes rêves d’espoir

Ceux qui font de si jolies histoires,

D’où il sort toujours vainqueur

Quand il se bat contre la douleur,

Mais les hommes ne comprennent pas

Qu’une rêveuse, en l’amour, elle y croit.

 

Quand les hommes rêveront d’amour,

Ils aimeront la lumière du jour,

Ils seront fiers de leur différence

Et connaîtront cette belle délivrance

Que seul le rêve peut leur apporter

Quand plein d’amour, ils vont se réveiller.

 

M.H. (Michèle Hardenne)

 

10/06/2013

 

 

Bonne fête papa 9 juin, 2013

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 9:52

Bonne fête papa dans MOMENT DE VIE clickh10

Papa

 

Parfois, j’essaie de me rappeler ton visage, tes bras, tout ce qui faisait que tu étais mon héros, alors que je n’étais qu’une petite fille.

Je n’étais pas plus haute que trois pommes, tu me portais sur tes épaules pour que je puisse toucher le ciel et me prendre pour un oiseau.

Quand mes frères me chamaillaient, tu prenais ma défense, en ouvrant largement tes bras pour que j’y vienne me blottir.

J’étais ta petite chérie et puis…Tu es parti, le jour de mes seize ans, en me promettant que ce ne serait que pour quelques temps.

Un départ sans retour pour une histoire de grands où il n’y avait plus d’amour!

Les années ont passé, et la petite fille est devenue une femme, une mère, qui essaye encore de toucher le ciel et de se prendre pour un oiseau.

Tu as disparu sans laisser d’adresse, et depuis plus de trente années, je continue de te souhaiter en ce premier dimanche de juin : «Une Bonne fête Papa », parce que je n’en ai jamais eu d’autres que toi.

 

M.H. (Michèle Hardenne)

09/06/2013

 

 

Une île dans le temps 8 juin, 2013

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 8:58

Une île dans le temps dans MOMENT DE VIE ale10

Une île dans le temps

 

Le rêve est une île dans le temps

Où l’on se rend en solitaire

Elle est au cœur de l’instant

Entourée d’une mer de lumière.

 

Pour s’y rendre il faut aimer la vie

Avoir l’âme qui brille au fond des yeux

Pour se laisser porter par ses envies

Et faire naître l’espoir qui rend heureux.

 

 

M.H. (Michèle Hardenne)

08/06/2013

 

 

Les mots du coeur 7 juin, 2013

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 9:48

Les mots du coeur dans MOMENT DE VIE tablea10

Les mots du coeur

 

Il y a ces mots qui viennent sans réfléchir, sans être prémédités, juste par convenance, ils se disent parce que cela se fait.

Comme, Bonjour, au revoir, merci,…Des mots de politesse, question d’éducation, de savoir-vivre.

Ou, Monsieur, Madame, vous,…Civilité, respect des usages.

Et puis, il y a le Oui,…Affirmation, accord, il peut être soufflé, susurré, crié, faire sourire, rendre le regard plus lumineux, plus ouvert.

Et, le Non,…Opposition, interdiction, se marque en un pli sur le front, fait serrer les poings et les mâchoires, provoque la colère, met de la distance.

Il y a aussi les mots que l’on hésite à dire, par peur, au risque d’être blessant.

Qu’ils soient dits, écrits, pensés, les mots sont expression et communication, des plus laids au plus beaux, mais certains nous rendent meilleurs, plus grands, plus dignes, parce qu’ils ne sont pas prononcés, juste partagés, universels, ce sont les mots du cœur.

 

M.H. (Michèle Hardenne)

07/06/2013

 

 

Pile ou face 6 juin, 2013

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 10:39

Pile ou face dans MOMENT DE VIE lancer10

Pile ou face

Tes idylles

Te dépassent

Trop fragile

Tu te casses

Sourire facile

Devant ta glace

C’est difficile

De perdre la face

 Tes maux s’empilent

Tu t’effaces

Cœur sensible

Laisse des traces

 Quitte ton île

La vie t’enlace

Elle n’a qu’un fil

Prends-le de face.

 

M.H. (06/06/2013)

 

 

Sens interdit 5 juin, 2013

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 9:56

Sens interdit dans MOMENT DE VIE coeur-10

Sens interdit

 

Passage non autorisé

Risque de danger

Attention à l’infraction

Risque de violation

Pas de sens unique

Risque stratégique

Faire un détour

Risque de non-retour

Prendre par d’autres sens

C’est tenter sa chance

Et pour le sens interdit

Dans ce cas-là, tu l’oublies !

 

M.H. (Michèle Hardenne)

05/06/2013

 

 

Les maux interprétés 4 juin, 2013

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 9:14

Les maux interprétés dans MOMENT DE VIE sens_m10

Les maux interprétés

 

Il y a parfois des lectures qui sont étranges, du moins ce que le lecteur peut comprendre d’un texte et de l’interprétation qu’il en donne.

Pendant la nuit, je garde de bonnes habitudes comme celles d’aller lire quelques textes sur des blogs, et, j’ai dû sourire sur celui d’un auteur, alors que les commentaires des lecteurs ne s’y prêtaient guère.

Le texte semble est un courrier intime, une lettre adressée à une personne qui devrait se reconnaître. Entre les « je m’excuse » et « je t’accuse », l’auteur étale sur la toile ses humeurs sentimentales, des mots mièvres pour insister sur la sincérité de  ses sentiments, il ne se reproche finalement que d’être un homme honnête qui ne comprend pas.

La lectrice, que je suis, saisit que l’auteur s’est fait larguer par le « nouvel amour de sa vie »

Ce n’est pas la première fois qu’il écrit des billets racontant, dénonçant, ses frasques minables, ses ratages et dérapages avec la gente féminine. Et puis, il y a ses dernières lignes, après une longue tirade, qui laissent à supposer que pour la énième fois, il quittera ce monde qui décidément ne sera jamais fait pour lui.

Dans cette communauté virtuelle, un auteur très apprécié s’en est allé, emporté par la maladie. Nombreux sont les membres qui ont tenu à lui rendre hommage en écrivant sur leur blog de très jolis textes, de beaux hommages.

Et c’est ainsi que des commentaires ont été déposés sur la page de « l’auteur malheureux », qui ignorait la disparition de ce membre, mais qui dès qu’il l’a compris, n’a pu faire autrement que d’abonder dans le sens des lecteurs, allant jusqu’à regretter un écrivain-auteur-compositeur qu’il n’avait jamais lu !

La lecture reste un monde d’imagination, d’interprétation et finalement, c’est le lecteur qui en gardera toujours le dernier mot.

M.H.(Michèle Hardenne)

04/06/2013

 

 

Dans tes bras 3 juin, 2013

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 10:43

Dans tes bras dans MOMENT DE VIE bras10

Dans tes bras.

 

Tu sais toujours trouver les mots pour me le dire,

Et s’ils ne viennent pas de ta voix réconfortante

Je les vois briller dans tes yeux et ton sourire.

 

Tu as toujours des grands bras et de larges mains

Ouverts pour accueillir mes larmes d’un désespoir

Sans vouloir connaître la cause de ce chagrin.

 

Tu me dis souvent de laisser le temps au temps

Que les choses de la vie ne sont pas aussi importantes

Que le monde est ainsi, parfois bête et méchant.

 

Quand je me vois dans tes yeux, j’en ai le cœur qui tremble,

Quand tes bras se referment sur moi, j’oublie la peur du noir

Ne les ouvre pas, serre-moi encore et restons ainsi, ensemble.

 

M.H. (Michèle Hardenne)

03/06/2013

 

 

Ivre d’aimer 1 juin, 2013

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 12:31

Ivre d'aimer dans MOMENT DE VIE 11183210

Ivre d’aimer

 

Ivre d’aimer en buvant au calice de la vie

Se saouler de belles amitiés apportant tant de richesse

Prendre l’instant de l’amour qui sourit

Et laisser le cœur déborder de toute sa tendresse

Pour courir vers toi, Liberté.

 

Ivre d’aimer et danser avec les étoiles

Dans une lumière de paix et de sérénité

Tanguer sur la vie en sortant la grande voile

Pour que les vents soient de charité

Pour me porter vers toi, en toute liberté.

 

M.H. (Michèle Hardenne)

01/06/2013

 

 

Difficile pari 31 mai, 2013

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 12:52

Difficile pari dans MOMENT DE VIE 6951bu10

Difficile pari

 

C’est fait, c’est décidé

Je vais t’abandonner

Je quitte ta brume, tes fumées

Tu m’as suffisamment empoisonnée.

 

C’est dur de vouloir t’oublier,

C’est long une journée sans toi

T’ignorer alors que tu es là,

Ne plus te laisser t’interposer, t’éviter.

 

Retrouver un nouveau goût à la vie,

Un défi, qui me contrarie, si difficile pari,

Mais, cette fois-ci, je te tiendrais tête,

Et je te dis bye, bye : cigarette !

 

M.H.(Michèle Hardenne)

31/05/2013

 

 

Zombiphobia 27 mai, 2013

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 1:13

Zombiphobia dans MOMENT DE VIE cartoo10

Zombiphobia

La pièce de vingt mètres carrés ne possède que peu de mobilier : un bureau métallique, un fauteuil sur roulettes aux accoudoirs en simili usé, et quelques anciens cageots à légumes en bois blanc empilés pour faire un semblant de bibliothèque, chargée de vieilles encyclopédies jaunies et de diverses revues.

Un des murs est recouvert de lambris de pin, deux laissent apparaître les blocs de maçonnerie, et le dernier, une baie vitrée est la seule issue de cette remise située au fond du jardin.

L’endroit n’est qu’à une vingtaine de mètres de mon habitation principale. J’avais décidé de le vider de toutes les vieilleries d’un temps passé et révolu, pour y faire mon petit sanctuaire, celui où je pourrais m’isoler, loin des décibels qui bombardaient de façon cacophonique la maison.

Le seul éclairage provenait d’une lampe de bureau posée sur la table.

La pluie de ce mois de mai avait eu un bel effet sur la nature et surtout sur les grands arbres.

Cette soirée-là, la nuit était tombée plus rapidement, la clarté de la lune essayait de se frayer un chemin parmi les nuages, l’averse étant passée, j’allais pouvoir retourner auprès des miens.

Je voyais de la lumière dans la chambre, mon compagnon devait m’attendre pour se mettre au lit.

Soudain, l’ampoule de la lampe se mit à grésiller puis éclata, me plongeant dans l’obscurité de ma petite pièce.

Le nez contre la vitre, je scrutais le ciel. J’entendais des gouttes de pluie frapper le toit en tôle de mon cagibi, elles provenaient d’eau résiduelle glissant des feuilles des arbres, et je pouvais aussi observer la fenêtre de ma chambre, toujours éclairée.

Derrière les rideaux, je voyais une ombre animée dans de lents mouvements. Elle levait les bras, puis les abaissait, avec difficultés, comme si les vêtements qu’elle portait la rendaient plus rigide. Je ne reconnaissais pas mon ami, une déformation visuelle pensais-je, l’ombre était trapue, plus petite que le corps auquel je m’étais habituée depuis tant de nuit.

Le ciel dégagé laissait les rayons de la lune se poser sur la cime des sapins, qui clôturaient le jardin, donnant aux arbres davantage de reliefs.

J’étais prête à quitter mon abri, lorsque j’entendis le craquement d’une branche suivi d’un grognement sourd, un bruit de respiration difficile, de suffocation.

Je me suis éloignée de la vitre pour aller me glisser sous la table, la chambre était plongée dans l’obscurité.

Je ne sais pas combien de temps, je suis restée accroupie. C’est lorsque j’entendis mon ami m’appeler que je sortis de ma cachette, et que sans fermer la porte je la quittai pour courir me réfugier auprès de lui, rassurée de voir qu’il ne lui était rien arrivé.

Depuis, que les vampires ont cédé leur place aux zombies, que ce soit dans la littérature ou dans des séries télévisées, j’ai dû mal avec les ombres et les bruits de mes nuits.

Je dois être un peu trop sensible, et puis être moche et en décomposition pour l’éternité, n’est pas vraiment propice à mes instants de rêves !

 

M.H. (Michèle Hardenne)

27/05/2013

 

 

La porte 26 mai, 2013

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 13:27

La porte dans MOMENT DE VIE porte10

La porte

 

Elle s’ouvre pour accueillir, mais surtout elle se ferme pour retenir, cacher, protéger ce que l’on veut garder discret ;

Elle peut avoir un œil, mais il ne s’ouvre que sur l’extérieur et en réduit la vision, donne juste un aperçu ;

Elle se claque aussi au souffle des vents mauvais ;

Elle peut être vitrée, de glace, coupée, brisée, croisée, battante, perdue, feinte, fausse, peu importe sa matière, sa forme, elle restera une barrière entre deux mondes, deux univers.

On peut la prendre qu’elle soit grande ou petite, l’enfoncer même si elle est ouverte ;

Mais, si la porte à une serrure, son propriétaire en garde la clé, et si elle reste fermée, il est inutile d’insister.

 

M.H. (Michèle Hardenne)

26/05/2013

 

 

Nid d’amour 25 mai, 2013

Classé dans : MOMENT DE VIE,POESIES, TEXTES — michelehardenne @ 19:03

Nid d'amour dans MOMENT DE VIE p1040710

Nid d’amour

 

Quelques branches dénudées,

Du bois tendre bien tressé,

Le prévoir suffisamment grand,

Pour accueillir nos sentiments.

 

Le protégé des vents froids,

Dans un bel endroit,

Où le soleil le réchauffera,

Les jours où nous n’y serons pas.

 

Un nid, où nous pourrons nous aimer

Du début du printemps à la fin de l’été,

Nous y regarderons notre amour grandir,

Et notre vie faire de beaux souvenirs.

 

Puis en Automne, il prendra de jolies couleurs,

Tapissé de mille feuilles au parfum de notre bonheur,

Et quand viendra l’hiver, nous pourrons enfin nous y reposer,

Sous le ciel, comme sur la terre de notre belle éternité.

 

M.H. (Michèle Hardenne)

25/05/2013

 

 

L’artiste 23 mai, 2013

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 9:48

L'artiste dans MOMENT DE VIE photos10

L’artiste

 

Dans la tête, tout reste possible

D’un coup de pensée,

On peut balayer des idées mortes

Celles qui s’entassent devant la porte

D’un regard trop fatigué.

 

Dans la tête, on peut être artiste

Musicien, peintre, ou poète

Créer un tableau, une belle symphonie

Avec les sons, les couleurs que l’on choisit

Il suffit de se mettre devant une fenêtre

Et se laisser aller à rêver…

 

Alors tout devient possible

D’un simple coup de pensée

Le monde peut changer !

 

M.H.(Michèle Hardenne)

23/05/2013

 

123456...20
 
 

Il y a penser et pensées ... |
mademoisellec |
carnet de notes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Je suis un "écrit-rien"
| Publications Patrice Gros-S...
| Litteratures Negro Africain...