MICHELE HARDENNE

Je suis une rêveuse et je vous invite à visiter un jardin imaginaire où les mots sont des fleurs qui poussent dans le champ de mes lubies.

 

Petite info locale qui fait plaisir ! 28 novembre, 2013

Classé dans : AGENDA ET CALENDRIER DE MANIFESTATIONS,PUBLICATION DE MES ROMANS — michelehardenne @ 20:09
Petite info locale qui fait plaisir ! dans AGENDA ET CALENDRIER DE MANIFESTATIONS vlan_210

VLAN-SPECTACLE éditions Ans, le 27/11/2013

 

 

Plaisir d’offrir…ou de partir ailleurs ! 27 novembre, 2013

Classé dans : PUBLICATION DE MES ROMANS — michelehardenne @ 15:31
Plaisir d'offrir...ou de partir ailleurs ! dans PUBLICATION DE MES ROMANS p1070410

Iris Blanche, tome 1 – Le chant des souris

La fin d’une année, le début d’une nouvelle que l’on se souhaite plus belle et

l’envie de faire plaisir, d’offrir ou de partir ailleurs.

Pour toute commande, laissez-moi un message et réalisez un voeu !

 

Michèle Hardenne.

 

 

 

 

Nuit étoilée 26 novembre, 2013

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 0:06

Nuit étoilée dans MOMENT DE VIE 10073910

Nuit étoilée.

 

Ce soir, elles sont là, à briller

Dans leur belle insouciance,

Amies qui veillent en silence

Sur le sommeil de ses bergers.

 

Étoiles, douces confidentes,

Je vous parle avec les yeux,

Mes mots sont des vœux silencieux

Que seul votre cœur peut entendre.

 

La nuit, le ciel est un écrin à secrets

Où elles brillent d’espoir et de souhaits,

Que chaque nuit nous leur confions

En espérant qu’ils se réaliseront.

 

 

M.H.(Michèle Hardenne)

25/11/2013

 

 

Cadeau 24 novembre, 2013

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 11:16
Cadeau dans MOMENT DE VIE maman10

maman

Cadeau.

 

Être une mère

Et se souvenir…

 

Du jour où il est né,

Des nuits difficiles

Quand il était fragile

Et se mettait à pleurer.

 

Être une mère

Et se souvenir…

 

Du premier regard chagrin

Quand il est entré à l’école

Se préparant pour son envol

Puis, quittant le nid chaque matin.

 

Être une mère

Et se souvenir…

 

Des premières colères, des désaccords

Des mots qui sont jetés aux bords des larmes

Et qui finissent par un dépôt des armes

Faisant oublier la raison ou les torts.

 

Être une mère

Et finalement sourire…

 

De cette aventure merveilleuse

Qui nous a fait grandir tous les deux,

Aujourd’hui, le petit garçon est un homme radieux

Et de toutes les mamans, je suis la plus heureuse.

 

Être une mère

Et sourire…

De ce beau cadeau de la vie.

 

 

M.H.(Michèle Hardenne)

24/11/2013

 

 

La tendresse 21 novembre, 2013

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 11:08
La tendresse dans MOMENT DE VIE 01_wir10

On ne peut vivre sans tendresse

La tendresse

 

Une main enlacée,

Une joue embrassée,

Un regard à la détresse,

Une larme que l’on caresse,

Un enfant qui sourit,

En apprenant la vie,

Une fleur qui s’ouvre,

Un amour qui se découvre,

Des oiseaux dans le ciel,

La lumière du soleil,

Et puis, toi, mon ami

Qui veille sur mes nuits.

 

La tendresse s’offre en cadeau,

Emballée dans un cœur apaisé,

Elle porte en ruban la bonté

Et se passe de bien des mots.

 

M.H. (Michèle Hardenne)

21/11/2013

 

 

Iris Blanche – tome 2- extrait 20 novembre, 2013

Classé dans : ANNONCES,PUBLICATION DE MES ROMANS,RECITS - EXTRAITS — michelehardenne @ 0:40

Comme me l’ont demandé, certains lecteurs, je vous offre un nouvel extrait, d’Iris Blanche mène une nouvelle enquête (roman en cours d’écriture), bonne lecture !

« 

Le baiser dura le temps de leur mise à nu, leur peau se frottant l’une à l’autre, partageant leurs frissons dans un corps à corps rythmé de langoureux coups de reins.

Ils se glissèrent dans les draps froissés, serrés l’un contre l’autre.

-  Tu dors ? lui demanda-t-elle en regardant le radio réveil qui indiquait une heure dix.

-  Je rêve que je suis avec une merveilleuse créature et que je lui fais l’amour sur une plage désertée du Sud.

-  Je ne te suffis déjà plus, tu es décidément insatiable !

-  Je vis un rêve avec toi mon amour et tu me satisfais plus que tu ne saurais l’imaginer ! J’adore caresser ton ventre, il est apaisant ! finit-il par lui dire.

Iris savait qu’il souriait tout en lui respirant les cheveux.

-  Marc m’a laissé un message, Eric a reçu son nouveau bateau.

-  Eric m’a téléphoné pour me dire qu’il le laisserait à l’emplacement de Pierre et qu’il remettrait les documents de bord à Marc. A quoi penses-tu ?

-  A nous ! Ces filles  y étaient au mois de février, les as-tu rencontrées ?

Lionel hésita, puis sortit du lit.

-  Viens,  je vais nous préparer une tisane !

Elle passa un peignoir et le rejoint à la cuisine.

Lionel torse nu retira deux tasses fumantes du micro-ondes.

-  Je ne savais pas que je t’y rencontrerais !

-  Yanis, Nina ou les deux ?

-  Eric sortait avec Nina !

-  C’était donc Yanis !

-  Et si je te disais que je n’ai pas couché avec cette fille. Un soir, j’ai reconnu Nina dans  un bar du port. Je m’y rendais avec Eric, nous avions juste décidé d’aller prendre un verre. Il y avait un vent terrible, nos bateaux tanguaient, les mâts s’entrechoquaient et le port était en état d’alerte suite à un avis de tempête. Nous avons bu quelques verres et Eric a entrainé Nina à l’hôtel, où elles résidaient. Je me suis retrouvé seul avec cette Yanis. Marie-France m’avait proposé de loger chez elle. Quand le bar s’est vidé, ne voyant pas Eric revenir, nous sommes retournés au bateau. Ses vêtements étaient mouillés, je lui ai proposé de se changer et d’enfiler un de mes survêtements. Lorsqu’elle s’est déshabillée, elle avait une cicatrice du début de la gorge jusqu’au nombril, j’ai cru voir le corps de Laura, j’ai été pris de nausée. Je suis allé aux toilettes et quand je suis revenu, elle était partie.  Je ne l’ai plus revue et puis j’avais une autre femme à l’esprit.

Iris l’entoura de ses bras et lui déposa un baiser dans les cheveux.

-  Merci, mon amour !

-  Je n’ai rien à te cacher ma chérie, j’ai trop vécu dans le mensonge, j’ai eu une vie avant toi, je n’en ai aucun regret. Tu es trop précieuse pour ma vie et je ne veux pas, jamais, perdre ta confiance. D’autres questions ? Insatiable…as-tu dit ! »

 

 

Iris Blanche-Tome1 18 novembre, 2013

Classé dans : ANNONCES,PUBLICATION DE MES ROMANS — michelehardenne @ 18:28
Iris Blanche-Tome1 dans ANNONCES iris_b11

Iris Blanche -tome1- nouvelle couverture.

Pour la première version de ce roman, la couverture était sans illustration. Ce sont vous, les lecteurs, qui m’avez guidé dans le choix du thème.

Pour ce premier tome, j’ai imaginé une romance sur fond d’enquête policière, je ne voulais pas créer le personnage d’une inspectrice « rambo » et super experte en investigation relevant du domaine de la police scientifique,-la télévision nous régale suffisant de ce type d’histoire-, mais décrire l’univers d’une femme qui se cherche dans l’amour qu’elle ressent pour les autres.

Merci de vous et de vos merveilleux partages !

Pour commander cette nouvelle version, laissez-moi un message, je me ferai un plaisir de vous renseigner sur la facilité de l’acquérir.

 

Michèle Hardenne

18/11/2013

 

 

Iris Blanche mène une nouvelle enquête, extrait 16 novembre, 2013

Classé dans : PUBLICATION DE MES ROMANS,RECITS - EXTRAITS — michelehardenne @ 8:27

… »

Roger les fit entrer dans son bureau. Il leur présenta un dossier avec les devoirs d’enquête, le rapport du légiste et de la police scientifique, des photos du corps et une fiche détaillée de chacune des suspectes.

Alain commença par lire les procès-verbaux et dépositions des témoins, Marc s’intéressa au pédigrée des deux femmes.

-  Il n’y a rien concernant Eric ! souleva Alain.

-  Pierre et moi l’avons suspecté en le reliant aux filles et au moyen de transport qui aurait servi à déplacer le corps. Les témoignages ayant disculpé ces demoiselles, Eric n’avait pas lieu d’être inquiété, il est célibataire et aime s’entourer et côtoyer de jolies femmes. La Marina et le club nautique n’ont jamais eu à s’en plaindre, c’est un bon locataire, respectueux des règlements imposés, jamais aucune plainte n’a été déposée à son encontre. Le juge n’a pas estimé nécessaire de poursuivre d’autres investigations. La victime, après avoir été identifiée, était fichée pour des faits d’escroqueries, d’associations de malfaiteurs, elle avait déjà passé plusieurs séjours dans nos hôtels cinq étoiles, alors pour nos supérieurs, il ne pouvait s’agir que d’un règlement de compte entre truands.

-  Salement amoché ! Les entailles sont profondes et inégales sur les bords, remarqua Marc, en observant les photos dans leurs détails.

-  Pierre m’a fait une démonstration convaincante en frappant une superbe pièce de bœuf. Et je peux vous assurer, les garçons, que c’est un pareil à celui-ci qui a découpé le bonhomme !

Roger déposa sur la table un couteau qu’il sortit de la poche de sa veste.

-  Décidément, on le retrouve partout celui-là ! dit Marc en portant sa main à sa cuisse.

-   Ne me dis pas que tu l’as sur toi ! reprit Alain.

-   Je ne m’en sépare plus, lui avoua Marc.

-   Espérons que Lionel pourra récupérer le bateau d’Eric, ce sera le seul moyen de connaître une partie de la vérité sur cette affaire ! poursuivit Alain.

-  Il compte l’acheter ? demanda surpris Roger.

-  Lionel est convaincu qu’Eric est un brave type, et que s’il s’est trouvé mêlé à ce meurtre, ce ne peut être que par suite de manipulations. Nina était la sœur de son ex-femme, le savais-tu, Roger ?

-  Oui, Marc ! C’est dans le dossier et nous avons interrogé Lionel sur le passé judiciaire de Nina. Tout comme nous, il la suspecte, mais sans preuve, elle et son amie sont toujours présumées innocentes.

… »

M.H. (Michèle Hardenne)

16/11/2013

 

 

Envolée sauvage 14 novembre, 2013

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 9:30

Envolée sauvage dans MOMENT DE VIE femme-10

Envolée sauvage

 

Je me pose sur une branche, celle d’un arbre sans fin

Entre ciel et terre, je prends les couleurs du matin,

Plus rien n’a d’importance, je suis déjà si loin.

 

Je rêve que je pars à contre-courant en oubliant les bonnes manières,

Laissant tomber une robe d’hypocrite pour une tenue plus légère

En abandonnant des instants de pures illusions éphémères

Pour vivre nue sous un simple habit de lumière.

 

Une envolée sauvage, sans préméditation,

Un coup d’ailes vers de nouveaux horizons,

D’autres paysages, sans bruit, sans pollution,

Quitter enfin sa cage, libre de sa raison,

Je rêve, mais c’est tellement bon !

 

M.H.(Michèle Hardenne)

14/11/2013

 

 

Les mots voyageurs 12 novembre, 2013

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 10:21

Les mots voyageurs dans MOMENT DE VIE thomps10

Les mots voyageurs


Je te les ai envoyés par bateaux

Ils sont restés en fond de cale

Et n’ont jamais connu d’escales

Disparaissant au fond des eaux

 

Je t’en ai envoyés par trains

Ils sont restés dans cette gare

Sur le quai des départs

Emballés dans du carton chagrin.

 

Je les ai confiés à des oiseaux

Ils les ont glissés sous leur manteau noir

Et les ont emportés dans le brouillard

Cachés sous leurs ailes de corbeaux.

 

Mais chaque jour, j’en écris de nouveaux

Mes mots d’amour gardent l’espoir

Ils partent sur des chemins de hasard

Portés par les vents ou glissant sur l’eau.

 

M.H. (Michèle Hardenne)

12/11/2013

 

 

Le roi sapin 10 novembre, 2013

Classé dans : CONTE — michelehardenne @ 11:55

Le roi sapin dans CONTE bigth_10

Le roi sapin.

 

Léa avait passé une mauvaise nuit, la pluie n’avait cessé de frapper à la fenêtre de sa chambre mansardée, le vent se disputait, il hurlait dans le conduit de la cheminée, semblant vouloir qu’elle le laisse entrer.

Enfouie sous un épais édredon, la petite fille tremblait, les mains plaquées contre ses oreilles, en balbutiant, elle récitait des tables de multiplication.

La tempête qui sévissait avait eu raison des fils qui amenaient l’électricité dans la maison située à l’orée de la forêt.

Dès son réveil, la petite fille se rendit à la fenêtre et constata la tristesse que la nuit avait déposée aux alentours ; les arbres avaient dû être bien secoués pour abandonner leurs feuilles aux couleurs automnales, certains avaient même été amputés et d’autres étêtés.

Ceux qui avaient résisté, agitaient leurs branches dénudées, comme pour chasser ce vent moqueur.

La pluie s’était faite plus douce en ce début de matinée, et lavait les arbres de ce qu’ils leur restaient.

Léa voulait aller les consoler, elle se vêtit d’un imperméable et se rendit dans la forêt.

Elle caressa certains troncs, essuyant de sa petite main quelques larmes qui ruisselaient.

L’endroit était devenu silencieux, plus aucun bruit ne s’en échappait, le vent s’en était allé, probablement se quereller ailleurs.

« Mais où sont donc passés les oiseaux, les écureuils, les blaireaux, et tous les animaux, ont-ils pu se mettre  l’abri ? », demanda la petite fille en s’adressant au ciel.

« Ceux qui n’ont pas de tanières, ou d’abris au sol, sont ici ! », lui répondit un arbre caché derrière un gros chêne.

Léa s’avança vers la voix.

Au centre d’une clairière se dressait un sapin majestueux. Le vert de son feuillage était étincelant, couvert de milliers de perles d’eau.

La fillette s’en approcha, le toucha et se piqua.

« Voici la raison qui font que mes sujets, préfèrent de loin venir sous ma couverture épineuse. Son épaisseur les protège et le vent ne me fait pas peur, s’il me frotte, il se pique! », dit fièrement l’arbre.

« Vos sujets ? », demanda-t-elle surprise.

«  Mademoiselle, sachez que de cette forêt, j’en suis le roi, et c’est un privilège que veiller sur ses habitants ! ».

La pluie cessa et les branches du sapin s’écartèrent pour laisser apparaître des familles d’animaux n’ayant aucun autre arbre pour s’abriter, tout le temps qu’allait durer la saison la plus froide de l’année.

La gamine rentra chez elle, monta dans sa chambre, s’installa devant la fenêtre et salua en faisant une révérence, ce sapin roi qui protégerait tous les hôtes de ce bois !

 

M.H.(Michèle Hardenne)

10/11/2013

 

 

Des ronds dans l’eau 7 novembre, 2013

Classé dans : MOMENT DE VIE,POESIES, TEXTES — michelehardenne @ 9:10

Des ronds dans l'eau dans MOMENT DE VIE 17900111

Des ronds dans l’eau

Dans la mare de mes souvenirs

J’y ai jeté des cailloux bien trop lourds

Je les ai regardés lentement s’engloutir

Dessinant des ronds dans l’eau de notre amour

Ils disparaissaient de la surface de cette eau lisse

Allant toucher lentement le fond de mes silences

Là où les douleurs passées s’obscurcissent

Dans la plus grande des indifférences

Le temps les a recouvertes d’une peau d’amertume

Les rendant invisibles en atténuant leur noirceur

Mais, il arrive que certains soirs de brume

Ces ronds remontent à la surface de mes pleurs.

 

M.H.(Michèle Hardenne)

07/11/2013

 

 

L’amour en manteau 5 novembre, 2013

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 10:16

L'amour en manteau dans MOMENT DE VIE voile_10

L’amour en manteau

 

Je porte ton amour en manteau

Il me protège contre tous les maux

Brillant d’un soleil intérieur

Il rend évanescentes mes douleurs

Mon âme s’accroche à toutes ses coutures

Apaisée par de tendres murmures

Ne me laisse pas attraper froid

Mon cœur ne le supporterait pas.

 

Je porte ton amour en manteau

Ton cœur à nu contre ma peau

Douces caresses de moments intimes

Chaleur des sentiments qui nous subliment

Couvre-moi encore de tes désirs

Mon âme s’enrhume sans tes soupirs

Ne la laisse pas attraper froid

Elle est malade sans tes bras.

 

M.H. (Michèle Hardenne)

05/11/2013

 

 

Ici, je me sens papillon 2 novembre, 2013

Classé dans : GRUISSAN — michelehardenne @ 9:07

Ici, je me sens papillon dans GRUISSAN p1070212

Ici

 

Ici,

Ma nature s’ouvre au grand soleil

Prenant la force de cette terre

Elle s’émerveille et se libère

Je renais de l’essentiel.

Je me sens comme un papillon

Déployant ses ailes fragiles

Je ne suis plus en terre hostile

Où je restais dans mon cocon.

Ici,

Je retrouve cette liberté

Mon esprit redevient sauvage

Il se lave de ses mirages

Et se remet à penser.

Demain, je retrouverai ma vie

Celle que j’ai laissée avant de partir

J’emporte d’ici de nouveaux souvenirs

Qui mettront de la lumière sur mes jours gris.

 

M.H (Michèle Hardenne)

02/11/2013

 

 

Des chevaux de bois salé 1 novembre, 2013

Classé dans : GRUISSAN — michelehardenne @ 9:14

Des chevaux de bois salé dans GRUISSAN chevau10

Des chevaux de bois salé

 

Sur une plage désertée, des bois que la mer avait rejetés, et qui pendant des jours avaient connu la caresse des embruns, se séchaient au vent salé qui les sculptait modifiant ainsi leur ancienne apparence, celle de troncs d’arbres sans vie, en des créatures extraordinaires.

Le soleil et le vent venaient de se lever, la mer était encore agitée et les vagues semblaient vouloir toucher un ciel teinté d’orange et de gris.

Ils étaient là, dans un enclos de dunes, leur robe blanche scintillante, le regard tourné vers l’horizon.

Ces chevaux de bois salé se laissaient approcher, caresser et monter uniquement par des rêveurs, et les emmenaient par-dessus la mer, laissant leurs sabots frapper les déferlantes pour prendre leur élan, avant de galoper vers les nuages, où ils trottaient partageant avec leur cavalier un instant de paix et d’éternité.

M.H. (Michèle Hardenne)

01/11/2013

 

 

Du bleu sur mes silences 31 octobre, 2013

Classé dans : GRUISSAN — michelehardenne @ 9:03

Du bleu sur mes silences dans GRUISSAN des_bl10

Du bleu sur mes silences

 

Avec la mer en bord de cœur,

Le sable se couvre de larmes salines,

Les oiseaux ont le rire moqueur,

Planant dans une brise maritime,

Et je suis là, dans la tendresse du matin,

Écoutant le murmure apaisant du vent,

Laissant mes pensées s’emporter au loin,

Plus rien n’est important en cet instant.

Le ciel et la mer déposent du bleu sur mes silences,

Je suis vide de haine et me sens si légère,

Que tout mon être au rythme des vagues se balance,

Me faisant oublier la raison de mes colères.

M.H.(Michèle Hardenne)

31/10/2013

 

 

Forêt noire 30 octobre, 2013

Classé dans : GRUISSAN — michelehardenne @ 8:54

Forêt noire dans GRUISSAN p1070110

Forêt noire

Les oiseaux n’y chantent plus,

Leur corps difforme effraye un peu

Le vent ne les caresse plus,

Depuis que leur bois a pris feu.

Sur leur écorce noircie,

Ils gardent en cicatrice la trace

De leurs larmes de sève durcie

Que plus rien, même la pluie n’efface.

 

M.H (Michèle Hardenne)

30/10/2013

 

 

 

 

 

 

L’accalmie 29 octobre, 2013

Classé dans : GRUISSAN — michelehardenne @ 9:09

L'accalmie dans GRUISSAN p1070011

L’accalmie

Mes limites étaient atteintes, je le sentais dans mon corps, dans ma tête.

Plus rien n’arrivait à m’affecter, je suffoquais, ma vue se brouillait, et puis il y avait ce bourdonnement incessant qui m’empêchait d’entendre ces sons qui font tant de bien, qui apaisent, qui rassurent.

L’air que je respirais me donnait la nausée, je l’expirais en des soupirs de vent mauvais.

Le temps était venu de me dépolluer, de mettre fin à ces vertiges avant de basculer, de tomber, de sombrer dans l’habitude qui fait perdre toute identité.

Il fallait que j’épure les lignes de ma vie, que j’efface les ombres du passé et que j’’aille chercher ailleurs de nouvelles couleurs pour égayer mon intérieur.

Et c’est ici, que je peux enfin laisser s’échapper les cris qui me brûlent la gorge, que mes poings se desserrent, que mes yeux se rincent, que tout mon être s’ouvre, laissant le gris d’hier s’emporter dans le vent du bord de mer, confrontant ainsi mon corps à ses tempêtes pour finir en une accalmie de bien-être.

 

M.H (Michèle Hardenne)

29/10/2013

 

 

Attends-toi de moi 26 octobre, 2013

Classé dans : MOMENT DE VIE — michelehardenne @ 23:32

Attends-toi de moi dans MOMENT DE VIE vent_e10

Attends-toi de moi

 

Je suis en attente de toi,

De tes bras autour de mon coeur,

Je vais venir te rejoindre là-bas

Et te surprendre de très bonne heure.

Sur la pointe de mes soupirs,

Comme une eau vive et ses bruissements,

Attends-toi de moi et de mes sourires,

J’arrive dans le vent, portée par tes sentiments.

 

M.H. (Michèle Hardenne)

26/10/2013

 

 

Le chant des souris 25 octobre, 2013

Classé dans : ANNONCES,PUBLICATION DE MES ROMANS — michelehardenne @ 13:12

Le chant des souris (nouvelle impression)

Le chant des souris, roman en autoédition, un cadeau personnalisé à offrir aux fêtes de cette fin d’année.

Pour le commander, il suffit de me laisser un message en me laissant une adresse de courriel, je me ferai un plaisir de vous contacter pour vous informer  et vous le faire parvenir dans les meilleurs délais.

 

Merci à vous de me lire !

 

Michèle Hardenne

(25/10/2013)

 

Le chant des souris dans ANNONCES p1070010

 

123456...65
 
 

Il y a penser et pensées ... |
mademoisellec |
carnet de notes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Je suis un "écrit-rien"
| Publications Patrice Gros-S...
| Litteratures Negro Africain...