MICHELE HARDENNE

Je suis une rêveuse et je vous invite à visiter un jardin imaginaire où les mots sont des fleurs qui poussent dans le champ de mes lubies.

 
  • Accueil
  • > Recherche : ciel automne

Les neiges d’antan 13 février, 2014

Classé dans : LES 4 SAISONS,POESIES, TEXTES — michelehardenne @ 10:20

Les neiges d'antan dans LES 4 SAISONS il-nei10

Les neiges d’antan

 

Mais où sont donc les neiges d’antan ?

Celles que l’on balayait devant son seuil

Emportant de la fin d’un automne ses dernières feuilles.

 

Mais où sont donc les neiges d’antan ?

Celles qui brillaient dans les yeux des enfants

Lançant des boules sur un bonhomme blanc.

 

Mais où sont donc les neiges d’antan ?

Celles qui tombaient en gros flocons

Blanchissant la nuit le toit de nos maisons.

 

Mais où sont donc les neiges d’antan ?

Celles qui nous rapprochaient de la cheminée

Laissant sur notre peau des ombres ambrées.

 

Où est passé ce ciel qui laissait glisser son manteau blanc

Le déposant en poudre d’argent sur une terre au repos

Apaisant son sommeil jusqu’au prochain printemps

Dans l’attente qu’elle se réveille au chant des oiseaux ?

 

Où est passé ce ciel et sa belle lumière

Et ce vent de février à nous gercer les lèvres ?

Que sont devenus ces beaux matins d’hiver

Ne les aurais-je vécus que cette nuit dans un rêve ?

 

M.H.(Michèle Hardenne)

13/02/2014

 

 
  • Accueil
  • > Recherche : ciel automne

Un mot invisible 19 octobre, 2013

Classé dans : LES 4 SAISONS — michelehardenne @ 7:05

Un mot invisible dans LES 4 SAISONS plumes10

Un mot invisible

Une plume s’envole dans le vent, elle tourbillonne un certain temps, puis se pose sur une flaque d’eau. Son propriétaire s’en est allé vers des contrées plus ensoleillées.

Elle a perdu de sa superbe, sa blancheur est souillée, mais elle a dû en voir du pays et en a probablement de jolies histoires à raconter.

Je la ramasse du bout des doigts, elle tremble, je la secoue, lui souffle dessus et pour finir, je la lance en l’air.

La plume se sent à nouveau légère, elle danse et se laisse emporter par le vent d’automne.

Je la suis du regard et je souris, la plume m’a laissé un mot. Pour vous, il est peut-être invisible, mais dans ce ciel plombé d’octobre, je peux y lire : merci !

M.H. (Michèle Hardenne)

19/10/2013

 

 
  • Accueil
  • > Recherche : ciel automne

Nid d’amour 25 mai, 2013

Classé dans : MOMENT DE VIE,POESIES, TEXTES — michelehardenne @ 19:03

Nid d'amour dans MOMENT DE VIE p1040710

Nid d’amour

 

Quelques branches dénudées,

Du bois tendre bien tressé,

Le prévoir suffisamment grand,

Pour accueillir nos sentiments.

 

Le protégé des vents froids,

Dans un bel endroit,

Où le soleil le réchauffera,

Les jours où nous n’y serons pas.

 

Un nid, où nous pourrons nous aimer

Du début du printemps à la fin de l’été,

Nous y regarderons notre amour grandir,

Et notre vie faire de beaux souvenirs.

 

Puis en Automne, il prendra de jolies couleurs,

Tapissé de mille feuilles au parfum de notre bonheur,

Et quand viendra l’hiver, nous pourrons enfin nous y reposer,

Sous le ciel, comme sur la terre de notre belle éternité.

 

M.H. (Michèle Hardenne)

25/05/2013

 

 
  • Accueil
  • > Recherche : ciel automne

Adieu l’automne 29 novembre, 2012

Classé dans : LES 4 SAISONS — michelehardenne @ 7:00

Adieu l'automne dans LES 4 SAISONS p1210510

(Photo: Michèle Hardenne)

Adieu l’Automne

Les corneilles se sont installées,

Sur les fils et sur les toits

Les oiseaux chanteurs s’en sont allés,

Et l’Automne sonne le glas.

 

Les mésanges aussi sont parties,

Le bois du saule est devenu trop froid,

Il pleut sur des feuilles mortes qui scintillent,

Et que le vent d’Est bientôt emportera.

 

Les pigeons et tourterelles,

Nichent déjà dans les tours et clochers,

Quant aux jolies hirondelles,

Elles se sont envolées, vers des jardins d’été.

 

Adieu Automne, bonjour ciel bas,

Le gris peut encore faire des jours heureux,

L’air dehors est dur, mais il fait bon chez moi,

Viens donc t’asseoir ici, tout près du feu,

Je ne voudrais pas que tu prennes froid !

 

M.H. (Michèle Hardenne)

29/11/2012

 

 
  • Accueil
  • > Recherche : ciel automne

Une scène de vie 24 septembre, 2012

Classé dans : LES 4 SAISONS — michelehardenne @ 17:01

 

Une scène de vie dans LES 4 SAISONS pluieb10

Une scène de vie

 

Un ciel qui se reflète sur le béton,

Des volets qui restent mi-clos,

Claquant et sifflant une douce chanson,

Qui laisse muet la plupart des oiseaux.

 

Le soleil fatigué de ses belles journées d’été,

Ne fait plus que quelques apparitions,

Il veille toujours, mais reste discret,

Respectant le rythme des saisons.

 

Et puis, il y a le vent d’automne

Qui emporte avec lui,

Les feuilles qui s’abandonnent,

Couvertes de perles de pluie.

 

Un ciel qui se mire dans les flaques d’eau,

Un soleil qui doucement s’assoupit,

Et puis, ce vent et sa belle chanson,

Nous offre une nouvelle scène de vie.

 

M.H.(Michèle Hardenne)

24/09/2012

 

 
  • Accueil
  • > Recherche : ciel automne

Un matin de pluie 3 septembre, 2012

Classé dans : GRUISSAN — michelehardenne @ 8:23

Un matin de pluie dans GRUISSAN p1200310

Un matin de pluie

 

Le ciel ce matin est plombé,

Les plages ont pris leur couleur
d’automne,

La mer semble bien agitée,

A part quelques goélands, il n’y a plus
personne.

 

Les grands oiseaux volent en silence,

Ils guettent la moindre accalmie,

De là-haut, ils assistent à la danse

Des vagues, toutes vêtues de vert et
de gris.

 

Mais dès que le vent chantera,

Le soleil sortira des nuages,

Le sable à nouveau scintillera,

Et la vie reviendra sur la plage.

 

M.H. (Michèle Hardenne)

 

 
  • Accueil
  • > Recherche : ciel automne

Automne, tu me souris. 22 novembre, 2011

Classé dans : LES 4 SAISONS — michelehardenne @ 1:01

Automne, tu me souris. dans LES 4 SAISONS leaf310 

Automne, tu me souris

L’année s’apprête à revêtir son manteau gris et blanc.

La Nature semble, toutefois, flâner en cette avant-dernière saison, et elle profite encore de doux rayons du soleil.

Elle est si belle dans sa robe aux  tons chauds de miel, qu’elle est courtisée par ses amoureux : peintres, photographes et poètes. 

C’est si bon de se laisser aller à l’air du temps et d’écouter le vent, qui étouffe le rire des feuilles jonchant les pelouses et les trottoirs.

Je les regarde trémousser et virevolter dans une insouciance qui me fait envie.

Alors, je ne peux résister et je me laisse emporter dans leur farandole.

Ces dernières se laissent tomber comme pour se joindre à la fête, et les bras tendus vers le ciel, je les accueille et leur offre mes mains. 

Automne, tu es joli, et tes couleurs me vont à ravir, quand elles déposent sur moi, ton sourire !

M.H. 

 

 
  • Accueil
  • > Recherche : ciel automne

Le sapin et le saule. 7 novembre, 2011

Classé dans : FABLE — michelehardenne @ 11:40

Le sapin et le saule. dans FABLE saule_10 

Le sapin et le saule

Dans mon jardin se côtoyaient un saule et un sapin.

Du printemps à l’automne, le saule était si imposant et prenait tant de place, que le sapin s’effaçait du paysage et se faisait oublier.

Les oiseaux préféraient de loin, le saule, qui leur offrait une protection derrière les longues feuilles vert tendre, ils y trouvaient un abri et pouvaient y  installer leur nid sur les plus hautes branches.

Le sapin avait été planté avant le saule, et était l’aîné des arbres du jardin.

Il avait été acheté, il y a bien des hivers, et fut, une nuit seulement, le roi d’une fête.

Ensuite, la motte fut enterrée et oubliée.

Le sapin avait mis longtemps à grandir, et puis les saisons passèrent et d’autres arbres vinrent remplir l’espace vert.

Et, c’est en ce matin de novembre, que je le redécouvrais !

Un ciel bas, une pluie battante et un vent froid du nord, donnaient  au  saule des allures de spectre.

Ses branches ressemblaient à de longs doigts filamenteux s’agitant  en tous sens, et les dernières feuilles aux reflets ocre étaient les lambeaux d’une robe qui avait été de bal, durant les belles saisons, et  maintenant, cet arbre faisait peur aux oiseaux.

Tandis que le sapin, qui était au fond du jardin, avait repris de sa superbe, iI se présentait fier et droit dans une tenue vert bleuté, son feuillage était touffu, le vent le caressait et les oiseaux  le courtisaient.

De l’automne au printemps, le saule se faisait discret, et de tous les arbres du jardin, le tour était enfin venu au sapin d’ouvrir la cérémonie des festivités de cette fin d’année.

Pour toutes les saisons, un bal y est donné.

Dans mon jardin, il n’est pas le plus grand, ni le plus parfumé, ni porteur des plus beaux fruits, mais il est là, fidèle et discret, sans grand apparat, et pour moi, il a tout d’un roi.

M.H. 

 

 
  • Accueil
  • > Recherche : ciel automne

Le temps de l’heur. 31 octobre, 2011

Classé dans : POESIES, TEXTES — michelehardenne @ 1:06

 Le temps de l'heur. dans POESIES, TEXTES c5675f11

Le temps de l’heur

Après la belle saison, les dernières fleurs sont coupées, pour finir dans un large vase et répandre une ultime fois leurs fragrances, dans un coin de la maison.

L’été pourra céder sa place à l’automne, qui se chargera de donner de nouvelles couleurs à la nature, qui en douceur sombrera dans le sommeil.

Quoi qu’il en soit, l’heur est au rendez-vous de chaque cycle des saisons, comme il est présent dans chaque moment important de ma vie.

L’heur qui m’accompagne  est comme la terre, après une pluie d’orage, il sent le bon, il est chargé de paix et de sérénité.

Il est comme un rayon d’argent traversant un ciel étoilé, qui va de mes rêves à la Lune, laissant dans mes yeux ses beaux reflets.

Le temps de l’heur est le fruit du hasard, porté par un arbre qui ne peut pousser que dans le cœur.

Il a besoin d’un terreau fertile en amitié, d’un peu d’eau versée par des larmes d’émotion, et de beaucoup d’amour.

Dans mon être, un arbre a pris racine,  son fruit  je le cueille quand il est mûr  et aujourd’hui, je vous offre un peu de ce bon heur.

M.H. 

 

 
  • Accueil
  • > Recherche : ciel automne

Pluie d’octobre. 13 octobre, 2011

Classé dans : POESIES, TEXTES — michelehardenne @ 7:00

Pluie d'octobre. dans POESIES, TEXTES 18048311 

Pluie d’octobre

Le macadam de la rue est un miroir dans lequel se reflètent le gris du ciel.

Quelques feuilles jaunies viennent se blottir près des déversoirs et les rigoles se transforment en ruisseaux, dont les hauts accotements en sont les berges.

Les trottoirs de la ville sont étroits et à cette heure matinale, les gens se rendent à leur travail.

Ils sont tous identiques cachés derrière leur parapluie, ils marchent tête baissée et ne voient que leurs pieds.

La pluie d’octobre étale son manteau de tristesse sur la foule.

Pas de bonjour, pas de regard, pas de sourire !

Le gris envahit la rue, l’eau qui tombe ne fait pas de bruit, elle n’a pas de mélodie, pas de rythme.

Il suffit de si peu pour que la journée retrouve de sa gaieté, l’automne est aussi une belle saison.

Je marche dans la rue, mes pas claquent sur le bitume, la pluie glisse sur la toile de mon parapluie, et soudain je me sens envahie par une jolie musique qui me donne une envie de danser, de chanter.

Je me mets à fredonner, mon parapluie devient une ombrelle que je fais tourner au-dessus de mon épaule tout en projetant de fines gouttelettes sur les passants, qui me regardent et me sourient.

Mes pieds vont s’amuser avec les feuilles que d’un coup léger, j’envoie se balader dans les airs, et qui comme des papillons prennent leur envol.

La pluie d’automne peut devenir une symphonie, le gris peut être une jolie couleur, quand l’esprit peut lui donner vie.

M.H.

 

 
  • Accueil
  • > Recherche : ciel automne

Un ciel d’automne. 20 septembre, 2011

Classé dans : LES 4 SAISONS — michelehardenne @ 8:15

 Un ciel d'automne. dans LES 4 SAISONS p1040311

Un ciel d’automne

Cette veille d’automne, la nature se prépare à changer:

le ciel porte sa chevelure grise des mauvais jours, avec un horrible chapeau orné de perles de pluies.

Il ressemble à une vieille dame, un peu acariâtre…

Vivement que le soleil lui donne un baiser, que nous puissions encore, un peu, en profiter !

M.H.

 

 
  • Accueil
  • > Recherche : ciel automne

Le cerisier de la discorde. 24 octobre, 2010

Classé dans : POESIES, TEXTES — michelehardenne @ 20:31

p1080103.jpg 

Le cerisier de la discorde

Un oiseau venant d’un pays lointain, prit dans une averse, chercha un endroit pour se protéger.

En ce mois d’avril, les arbres d’un verger commençaient à être en fleurs.

Du ciel, l’oiseau aperçut un magnifique cerisier.

Il le survola une première fois, hésita, puis il prit la décision de s’y poser.

L’arbre était feuillu et abritait pas mal d’autres volatiles. 

Leur plumage était à chacun différent mais ils avaient le même ramage.

L’oiseau au début fut accueilli chaleureusement.

Un nouveau voisin est toujours un sujet intéressant.

D’autant plus qu’il était différent de par son plumage qui était très coloré et sans doute un peu trop voyant, mais également de par son sifflement.

L’oiseau était infatigable, il chantait de jour comme de nuit.

Les diurnes commencèrent à l’ignorer et dès la tombée de la nuit les nocturnes fuirent le cerisier pour aller sans doute chasser dans d’autres lieux.

L’été arriva et le cerisier chargé de fruits attira de nouveaux arrivants.

Mais les oiseaux, ceux qui les premiers avaient occupé ce cerisier, commencèrent à piailler car les branches les mieux fournies se trouvaient à présent occupées par ce nouvel arrivage.

La discorde s’installa dans le cerisier.

Les nouveaux avaient un chant mélodieux, ils se comprenaient entre eux, ce qui ne plaisait pas aux anciens.

Puis l’été passa à son tour et l’automne fit son entrée.

L’arbre commença à perdre ses feuilles, offrant moins d’ombrage et devenant la proie des premiers vents d’hiver.

Les anciens qui se faisaient rares, se cachaient dans des haies et attendaient que les oiseaux les plus colorés migrent afin de récupérer leur cerisier.

Mais les saisons mettent souvent du temps à s’affirmer.

Il aura fallu d’un orage pour que l’arbre de discorde soit foudroyé, alors ni les anciens oiseaux, ni les nouveaux, ne trouvèrent  d’aussi bel arbre que pour s’y arrêter, ne serait-ce que quelques instants.

 (M.H) 

 

 
  • Accueil
  • > Recherche : ciel automne

L’automne 19 septembre, 2010

Classé dans : POESIES, TEXTES — michelehardenne @ 18:01

feuilles.gif 

 L’automne.

Il fallait bien que cela arrive un jour

les saisons ont chacune leur tour

celui de l’automne est arrivé

l’été ne pouvait s’éterniser

feuilles.gif

C’est dans l’ordre des choses

le soleil apparaîtra à petites doses

les arbres s’effeuilleront lentement

doucement au rythme du vent

feuilles.gif

La couleur du ciel se teintera du gris

de nuages porteurs de pluie

et les feuilles de couleurs brunes et ocrées

iront mourir sur un sol mouillé

feuilles.gif

Notre amour est à la fin de son été

il n’est pas mort, juste fatigué

et tout comme l’automne

il vit au ralenti et parait monotone

feuilles.gif

Comme l’arbre qui se dénude peu à peu

je te sens triste et malheureux

mais regarde les feuilles qui volent au vent

elles ne sont pas mortes pour autant

elles s’en vont juste rejoindre la terre

et nourriront l’arbre pendant l’hiver

feuilles.gif

Alors prends-moi dans tes bras mon amour

et ensemble attendons les beaux jours

ils reviendront, il leur faut juste le temps

qu’arrive à nouveau le printemps.

(M.H) 

 

 
 

Il y a penser et pensées ... |
mademoisellec |
carnet de notes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Je suis un "écrit-rien"
| Publications Patrice Gros-S...
| Litteratures Negro Africain...